Pendant les travaux à l’intersection des boulevards Montclair et Saint-Joseph, le propriétaire de la Pataterie hulloise, Richard Rivers, affirme que son chiffre d’affaires a chuté de 25 %.

Enfin débouché!

CHRONIQUE / «Ça bouche un coin ! » Ce slogan de la Pataterie hulloise a pris tout son sens au cours des deux derniers mois. Parce que le coin où elle se trouve était réellement « bouché ».

Cette populaire pataterie qui, selon les experts en la matière, prépare l’une des meilleures poutines en ville, se trouve à l’angle des boulevards Montclair et Saint-Joseph, dans le secteur Hull. 

Et du début du mois de mai jusqu’à lundi dernier, cette intersection a été complètement fermée à la circulation, le temps que la Ville de Gatineau complète d’importants travaux de réfection sur le boulevard Saint-Joseph.

Il va sans dire que les commerçants du « coin » ont trouvé les deux derniers mois longs. Très longs. Il y a même un restaurant – le Bistro l’Alambic, voisin de la Pataterie hulloise – qui a fermé ses portes à tout jamais.

« J’ai été plus chanceux, dit le propriétaire de la Pataterie hulloise, Richard Rivers. Mon chiffre d’affaires n’a chuté que de 25 % durant ces travaux. Mais je suis certain que d’autres commerces autour ont connu des baisses d’au moins 75 %.

«Ce que je n’arrive pas à comprendre, ajoute-t-il, c’est pourquoi la Ville de Gatineau a réalisé ces travaux en plein été. Ne pouvait-elle pas attendre à l’automne, à la rentrée scolaire ? Nous, les restaurateurs, c’est à l’été avec nos terrasses qu’on fait le gros de nos profits annuels. Et le pire, c’est qu’on a perdu une dizaine de jours de plus puisque les travaux étaient complétés depuis plus d’une semaine. Nous avions un beau boulevard tout neuf, sauf que les feux de circulation ne fonctionnaient pas. Il a fallu attendre qu’Hydro-Québec puisse venir, et on a attendu une douzaine de jours avant qu’ils se pointent le nez. Ce n’est que lundi dernier vers 14 h ou 15 h qu’ils ont enfin ouvert l’intersection à la circulation.»

Même son de cloche de l’autre côté de la rue, au restaurant Le BBQ Shop.

«J’ai une belle terrasse devant qui donne sur le boulevard Saint-Joseph, dit le propriétaire de l’endroit, Karim Filiou. Mais personne n’y allait, les clients ne pouvaient pas s’entendre parler avec le bruit qui provenait de ce chantier de construction.»

Le BBQ Shop se trouvait auparavant sur le boulevard Fournier. Il est déménagé en février dernier à cette intersection achalandée du secteur Hull.

«Heureusement, il y a encore l’effet nouveauté ici, affirme M. Filiou. Donc mon chiffre d’affaires n’a pas trop souffert. Peut-être une baisse de 15 %. Mais la grande majorité de nos clients venaient sur réservations. Pour les walk-ins, oubliez ça. Les gens ne s’aventuraient pas dans notre secteur. Je savais en déménageant ici que ces travaux allaient être réalisés cet été. Sauf que j’ai été voir les plans sur le site web de la Ville, et rien n’indiquait que l’intersection (Montclair-Saint-Joseph) allait être condamnée pendant ces deux mois de travaux. Personne ne nous avait avertis. Mais bon, ça devait se faire, je n’en veux pas à la Ville. Mais espérons que les travaux ne reprennent pas l’été prochain.»

Plusieurs commerçants déplorent que les travaux aient été réalisés à l’été.

L’AMI JEAN-COUTU

Le pharmacien propriétaire de la pharmacie Jean Coutu du boulevard Montclair, Luc Chainé, a lui aussi été surpris par la fermeture complète de cette intersection. Ce Jean Coutu a même perdu plusieurs «amis» durant ces travaux.

«Une baisse de mon chiffre d’affaires d’au moins 15 %, dit M. Chainé. Heureusement, nous avons le bureau de poste qu’on a obtenu lorsque la libraire Réflexion a fermé ses portes [en juin dernier]. Et nous avons aussi les cliniques médicales qui se trouvent au deuxième étage de notre édifice. Donc pour la poste et les ordonnances, les clients n’avaient d’autre choix que de venir ici. Mais pour le reste, c’est-à-dire pour les clients qui venaient se procurer autre chose dans notre commerce, ce fut désastreux au cours des deux derniers mois. Personne n’osait se rendre ici avec tous ces travaux.

«La Ville nous avait avisés que le boulevard Saint-Joseph allait être fermé à la circulation. Mais personne ne nous a avisés que le boulevard Montclair allait aussi être fermé. Et la Ville n’a posé aucune pancarte pour indiquer les détours à suivre pour se rendre à notre pharmacie. Il a fallu que je fabrique ces pancartes moi-même et que j’obtienne ensuite la permission de la Ville pour pouvoir les poser. Les communications entre la Ville et les entrepreneurs n’ont pas été bonnes durant ces deux mois de travaux. Mais pas du tout», déplore le pharmacien.