À la suite d’une batterie de tests, le diagnostic est tombé. Alexi est atteint de la leucémie lymphoblastique aiguë (LLA). Le cancer du sang.

Combattre le cancer à 3 ans

CHRONIQUE / Alexi Martel a trois ans. Un jeune garçon enjoué, plein de vie, un peu taquin et drôle comme pas un.

En avril dernier, il a combattu une pneumonie qui l’a beaucoup affaibli pendant quelques semaines. Et l’enfant avait beaucoup de difficultés à s’en remettre. Même que sa santé semblait se dégrader de jour en jour.

« Il ne mangeait presque plus, affirme sa mère, Janick Bercier. Il était faible et il passait pratiquement toute la journée au lit. Mon médecin m’a dit que c’était difficile de reprendre le dessus après une pneumonie, mais que la santé d’Alexi allait s’améliorer et de ne pas trop m’en faire. »

Mais la semaine dernière, lorsque le jeune garçon souffrait d’une fièvre de 40 degrés, sa mère en avait assez vu. Vite à l’urgence de l’Hôpital de Gatineau. À peine une heure après leur arrivée, Alexi était transporté d’urgence au Centre hospitalier pour enfants de l’Est de l’Ontario (CHEO).

Et à la suite d’une batterie de tests, le diagnostic est tombé. Alexi est atteint de la leucémie lymphoblastique aiguë (LLA). Le cancer du sang.

« Les médecins au CHEO étaient anglophones, raconte Janick. Et ils m’ont appris la nouvelle en anglais. Mais moi, mon anglais est très rudimentaire. Je n’étais pas certaine d’avoir bien compris. Alors j’ai simplement demandé : “What !?” Ils ont répété, deux fois. Puis je me suis mise à pleurer. Tout ce que je pensais dans ma tête c’était : “Le cancer, mon enfant va mourir.” J’étais sans mot. »

Alexi a débuté des traitements de chimiothérapie dimanche. « Et il a eu un autre traitement hier (lundi), dit sa mère. Et pour les semaines et les mois à venir, ce sera de trois à quatre traitements de chimiothérapie par semaine. À part pour ces visites au CHEO, Alexi ne pourra pas sortir de la maison pendant huit mois, car son système immunitaire sera trop faible. Mais les médecins me disent que ça pourrait être plus que huit mois. En fait, huit mois, c’est le minimum. Donc, pas de sorties dans des endroits publics, pas de visites chez des amis ou des proches, rien. Ce sera une année difficile, on le sait. Mais mon garçon est brave et courageux. Et je serai avec lui tout au long de son combat. De notre combat. »

Janick Bercier, 31 ans, de Gatineau, est mère monoparentale de son fils et de sa fille, Noémie, cinq ans. Elle travaille au magasin HomeSense des Promenades de Gatineau depuis un an et demi et elle parvient à subvenir aux besoins de ses enfants.

« Ma sœur et ses enfants filaient le parfait bonheur jusqu’au jour où le diagnostic est tombé », a écrit la sœur de Janick, Marie-Josée Bercier, sur sa page Facebook.

Mais Janick a été obligée de laisser son emploi aux Promenades de Gatineau la semaine dernière puisque la prochaine année sera entièrement consacrée à son fils.

« Et il faut que je sois là pour ma fille Noémie aussi, dit-elle. Je ne peux pas juste m’occuper de mon garçon. Noémie commence l’école en septembre. Donc je vais faire tout mon possible afin d’être là pour les deux. Alexi et elle sont très proches et elle veut être là pour aider son frère. Et à l’hôpital, Alexis demande sans cesse de voir Noémie. »

« Je sais que l’année qui vient sera financièrement difficile, poursuit Janick. J’ai été obligée de quitter mon emploi, mais j’ai tout de même le loyer à payer (850 $ par mois), ma voiture, les factures et le reste. Les dépenses restent les mêmes et il faut que je continue ma vie, je n’ai pas le choix. On me dit qu’il y a de l’aide financière pour un proche aidant, mais ça représente moins de la moitié du salaire que je gagne présentement. Le père de mes enfants peut aussi aider un peu, mais il y a des limites à ce qu’il peut faire. Ce sera difficile », ajoute Janick.

Photo prise au CHEO

La bonne nouvelle dans tout ça ? Sur le site web de la Société de leucémie et lymphoïde du Canada ont peut lire ce qui suit : « Après avoir été traités, la plupart (90 %) des enfants atteints de LLA seront guéris de la maladie. »

Marie-Josée Bercier a lancé une campagne de sociofinancement afin d’amasser des sous pour aider sa sœur et ses deux enfants à traverser la prochaine année. Si vous pouvez aider : www.gofundme.com (mots clés : Capitaine Alexi le super héros).