Denis Gratton
Le Droit
Denis Gratton
C’est aujourd’hui que ça se passe à Ottawa. C’est aujourd’hui que le port du masque dans les lieux publics intérieurs deviendra obligatoire dans la capitale du pays.
C’est aujourd’hui que ça se passe à Ottawa. C’est aujourd’hui que le port du masque dans les lieux publics intérieurs deviendra obligatoire dans la capitale du pays.

À vos marques, prêts… masquez !

CHRONIQUE / C’est aujourd’hui que ça se passe à Ottawa. C’est aujourd’hui que le port du masque dans les lieux publics intérieurs deviendra obligatoire dans la capitale du pays.

En fait, le port d’un couvre-visage sera d’abord exigé aujourd’hui par la Dre Vera Etches, médecin-chef de Santé publique Ottawa. Puis dans quelques jours — le 15 juillet pour être exact — les élus d’Ottawa voteront sur une motion déposée par le maire Jim Watson pour créer un règlement rendant obligatoire le port du masque dans les endroits publics intérieurs. Et puisque la majorité des conseillers d’Ottawa se rangent toujours du côté du maire Watson, le port du masque deviendra «officiellement» obligatoire dans neuf jours.

Vous allez faire les courses à l’épicerie? Masquez-vous. Vous allez prendre un repas au restaurant et vous comptez prendre place à l’intérieur parce qu’il fait 40 degrés sur la terrasse, 53 avec le facteur humidex? Masquez-vous. Vous allez vous rafraîchir, magasiner ou poireauter dans un centre commercial ou dans un magasin à grande surface? Masquez-vous. Vous allez chercher vos cigarettes et vos «gratteux» au dépanneur du coin? Masquez-vous.

Partout où vous irez, partout où vous entrerez, vous devrez vous couvrir la bouche et le nez.

Si j’avais écrit les paragraphes précédents il y a quatre mois, quatre courts mois, vous m’auriez fortement recommandé de consulter un professionnel de la santé mentale. Mais voilà où nous en sommes rendus dans ce monde qui est viré «boutte pour boutte» en un claquement de doigt.

Après le confinement, qui est toujours fortement recommandé, après le lavage des mains à chaque tournant, qu’on doit toujours respecter, après la distanciation physique, qu’on doit toujours observer, voici le port du masque obligatoire. Mieux vaut tard que jamais.

C’est une mesure nécessaire, je comprends. C’est une simple question de solidarité, de sécurité et de santé. On ne veut pas infecter l’autre. On veut que l’économie reprenne et que les commerçants locaux puissent respirer un peu. Et on veut combattre ce satané virus qui, de toute évidence, ne nous quittera pas de sitôt.

Donc si ça peut sauver des vies dont la nôtre, aider autrui et réduire la propagation de notre ami le «Corona p’tit crisse», porter le masque est un bien petit sacrifice à faire. Et si ça peut vous convaincre, sachez que vous avez 18 fois plus de chances d’attraper la COVID-19 à l’intérieur que dans des endroits ouverts à l’extérieur, selon les épidémiologistes. Pensez-y.

Je me demande, par contre, comment la Ville d’Ottawa réglementera cette nouvelle mesure. Mettra-t-on sur pied «la police du masque»? Des gens se mettront-ils à dénoncer leurs voisins «non-masqués»? Remettra-t-on des contraventions à ceux qui ont oublié leur masque à la maison ou, pire, aux gens qui ne peuvent tout simplement pas se permettre l’achat d’un masque?*

Et comment arrivera-t-on à convaincre ceux qui voient en cette pandémie une conspiration machiavélique de nos dirigeants et des plus riches de ce monde? Selon eux, le port du masque obligatoire est un affront à leur liberté et à leurs droits, et une façon de nous contrôler. La santé des autres, ils s’en sacrent à la Donald Trump. Alors comment les convaincra-t-on de se masquer la gueule?

On ne sait trop. On verra. On répondra à vos questions en temps et lieux. On improvisera, comme on le fait depuis mars dernier.

D’ici là, masquez-vous. Ce n’est plus une option. Ce n’est plus un choix. C’est une obligation. Bientôt la loi.

Ça va bien aller, qu’ils disaient…

* Centraide Est de l’Ontario a collaboré avec Santé publique Ottawa pour lancer le projet «Face vers l’avenir» afin d’aider à fournir des masques en tissu aux résidents dans le besoin. Pour plus de renseignements: centraideeo.ca ou le 613-228-6700 (Ottawa), 613-632-4699 (Hawkesbury).