En 2015, le Conseil du statut de la femme avait réclamé un ajout de trois semaines au congé de paternité, pris à même le congé parental.

Demandez des congés aux mamans

CHRONIQUE / Si les nouveaux papas veulent plus que cinq semaines de congés de paternité, ce n’est pas vers le gouvernement qu’ils doivent se tourner, mais vers les mamans.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, préfère inciter les parents d’un nouveau-né à un partage plus équitable des 32 semaines du congé parental plutôt que de modifier le régime québécois d’assurance parentale (RQAP) pour allonger le congé de paternité.

Alexandre Leduc, le porte-parole de Québec solidaire en matière de travail, de solidarité sociale, de justice et de sécurité publique, vient d’écrire au ministre pour lui demander de bonifier de trois semaines le congé de paternité.

Étant donné les surplus du régime d’assurance parentale, Québec solidaire souhaiterait que le congé réservé exclusivement aux pères passe de cinq à huit semaines, et que le couple continue de partager à sa guise le bloc de 32 semaines du congé parental.

Selon le député solidaire, mieux vaut utiliser les surplus en bonifiant ainsi le régime, plutôt que de baisser de 6 % le taux de cotisation des employeurs et des travailleurs à partir de janvier 2020. Il précise toutefois que sa position sur les surplus n’est pas dogmatique. 

Irréaliste de réclamer trois semaines de congés supplémentaires pour le père alors que plusieurs entreprises s’arrachent déjà les cheveux pour combler leurs besoins de main-d’œuvre et pour faire les remplacements lorsqu’un employé ou une employée part en congé de paternité, de maternité ou parental? 

Pour M. Leduc, qui a profité du «faussement appelé congé parental» de 32 semaines, l’ajout de trois semaines pour le père ne sera pas «terrible» à gérer par les ressources humaines des entreprises. «Ce ne sera pas la mer à boire».

Il estime que l’intérêt visé doit être le bien de l’enfant et l’harmonie de la famille. Valoriser la paternité va, selon lui, en ce sens. 

Le ministre Boulet veut bien lui aussi valoriser le rôle des pères. Mais pour lui, cela passe par un partage plus équitable des 32 semaines du congé parental. Il y a, selon lui, trop peu de négos dans le couple. 

En entrevue, il rappelle que le régime d’assurance parentale du Québec est l’un des plus généreux au monde. 

Dans sa lettre, le député Leduc signale toutefois que l’Espagne vient de hausser le congé de paternité de cinq à huit semaines, qu’il passera à 12 semaines l’an prochain, puis à 16 semaines à 2021, rejoignant l’exemple des pays scandinaves.

M. Boulet promet néanmoins des bonifications au régime d’assurance parentale. Il compte toujours présenter un projet de loi à cette fin cet automne. Il juge que des pistes contenues dans le défunt projet de loi libéral sont intéressantes. Les libéraux ne proposaient pas non plus de congés supplémentaires pour les papas.

Le ministre rappelle que la Coalition avenir Québec a promis de remettre de l’argent dans les poches des citoyens. «Avec la diminution de 6 % du taux de cotisation au RQAP, c’est 141 millions $ de plus dans l’économie québécoise».

En 2015, le Conseil du statut de la femme avait réclamé un ajout de trois semaines au congé de paternité. Il suggérait cependant qu’il soit pris à même le congé parental, qui plus est, le Conseil prévoyait que le congé de paternité soit prolongé à condition que le père soit le seul prestataire du RQAP durant ces trois semaines, «afin de développer le sentiment de compétence parentale des pères et de favoriser un plus grand partage des soins aux enfants». Il préconisait un essai de cinq ans de cette nouvelle mesure.

Au lieu d’écrire noir sur blanc que les pères auront davantage de congés pour s’occuper de leur nouveau-né, le ministre Boulet invite plutôt les pères et les mères à une meilleure discussion entre eux sur ce sujet. Son ministère pourrait y contribuer, dit-il, en faisant de la pédagogie et en menant des campagnes de sensibilisation. 

Si tous les gouvernements précédents avaient misé uniquement sur la pédagogie et la sensibilisation, bon nombre de Québécoises seraient encore à la maison pour s’occuper de leurs enfants pendant que les papas travaillent. Des femmes devraient encore mettre leur carrière en veilleuse, ou en danger, pour profiter de la maternité. On ne parlerait pas de conciliation travail-famille.

Sans loi et sans politique gouvernementale, des hommes hésiteraient encore à prendre congé pour s’occuper de leur petite marmaille et vaquer aux tâches domestiques au quotidien, et des employeurs leur diraient encore de «demander à leur femme» de rester avec les «petits».

Si les pères prennent aujourd’hui cinq semaines de congés à l’arrivée d’un enfant et s’impliquent davantage, c’est notamment parce que le régime d’assurance parentale prévoit et facilite cette implication. 

Un petit coup de pouce est parfois nécessaire pour faire changer les mentalités, les pratiques et atteindre l’égalité entre les hommes et les femmes. La sensibilisation a des limites.