Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jean-Marc Salvet
Le Soleil
Jean-Marc Salvet
La journée de vaccination sans rendez-vous à l’Université Laval, lundi, a été fort populaire.
La journée de vaccination sans rendez-vous à l’Université Laval, lundi, a été fort populaire.

Début de sortie de crise sanitaire: les clés d’un succès

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Le Québec est passé de dernier de classe au Canada lors de la première vague épidémique à modèle canadien ces dernières semaines pour les mesures mises en place lors de la troisième, ainsi que pour la campagne de vaccination.

Le Québec demeure la «première province sur 10 pour le pourcentage de population ayant reçu la première dose», s’est réjoui François Legault, mardi.

La crise n’est pas terminée, mais elle paraît s’achever. Après les épouvantables drames des premiers mois, les choses ont mieux été. La campagne de vaccination en témoigne.

La liste qui suit n’est pas exhaustive, mais voici quelques clés de ce qui a contribué à son succès à ce jour:

• Le grand nombre de doses de vaccins. Après un démarrage désespérant, le Canada a fini par se distinguer avantageusement à ce chapitre. Il se classe actuellement au troisième rang des pays du G20 en ce qui a trait au nombre de doses administrées par habitant.

• L’efficacité de la logistique mise en place sur le plan québécois, ainsi que régionalement. À titre d’exemple, pensons au travail de l’équipe de Patricia McKinnon, la directrice de la vaccination au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

• L’imagination et la contribution de plusieurs : songeons à la vaccination sur le circuit de Formule 1 à Montréal.

• L’incroyable efficacité du site de prise de rendez-vous Clic Santé, sans lequel tout cela n’aurait pas été possible à ce niveau et ne se poursuivrait pas aujourd’hui à vitesse grand V.

• La mobilisation de la population en général doit par ailleurs beaucoup à la large présence sur la place publique de médecins et de spécialistes ayant expliqué les bénéfices de la vaccination. Ils ont contribué à faire tomber les craintes infondées.

• La popularité du premier ministre François Legault. Un gouvernement contesté suscite moins l’adhésion dans tout ce qu’il entreprend, sans doute aussi dans un épisode comme celui-là. 

• Les points de presse réguliers du gouvernement en général. Ils ont créé une certaine cohésion nationale et suscité une mobilisation générale.

• Christian Dubé. En décembre, dans une revue de fin d’année, j’avais déjà eu de bons mots pour sa coordination, ainsi que pour les points sur les I qu’il avait imprimés dans le réseau de la Santé pour lutter contre la pandémie, depuis sa nomination à titre de ministre de la Santé et des Services sociaux. Je réitère le tout.

• La relative marginalité des groupes contestataires ou complotistes.

• La solidarité envers autrui de la grande majorité des citoyens.

Il est vrai que ce long épisode n’est pas terminé et que l’on n’est jamais à l’abri de quoi que ce soit. Mais on peut tout de même tirer quelques coups de chapeau. Pas pour l’entrée dans la crise, qui a été épouvantable. Mais pour le début de sortie.