Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jean-Marc Salvet
Le Soleil
Jean-Marc Salvet
Une femme dépose des fleurs au mémorial dédié aux victimes fauchées à London, en Ontario.
Une femme dépose des fleurs au mémorial dédié aux victimes fauchées à London, en Ontario.

De London à Québec, tous concernés, tous meurtris

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Un crime terroriste a été perpétré dimanche en Ontario contre une famille musulmane. La police de London, où l’abomination a été commise, a rapidement qualifié de haineux ce crime dans lequel trois adultes et une adolescente ont été tués.

Les victimes ont été frappées intentionnellement par un véhicule en raison de leur foi musulmane, a indiqué le service de police de London.

«Il s’agit d’un acte de meurtre de masse, perpétré contre des musulmans – contre des Londoniens – et ancré dans une haine indescriptible», a déclaré le maire Ed Holder.

Tout comme le parlement ontarien, à Toronto, la Chambre des communes à Ottawa prendra le temps de condamner cet attentat. Il est impossible qu’il en soit autrement.

L’Assemblée nationale du Québec devra aussi joindre sa voix à la condamnation de ce crime — tout comme devront le faire toutes les assemblées législatives au Canada. 

Il n’existe ici aucune frontière interprovinciale. Nous sommes tous concernés.

Voilà pourquoi le parlement québécois, comme les autres, s’arrêtera sur ce crime. C’est une nécessité de société. C’est une obligation morale. 

Nos parlementaires sont nos représentants. Ils sont les représentants de nos sociétés. Ils sont là pour dire les choses. A fortiori dans des moments comme ceux-là.

Il faut se dresser contre le déchaînement de haine et de violence chaque fois qu’il surgit. Sans relâche.

Où que celles-ci se produisent, toutes nos sociétés sont concernées par les épouvantables tueries découlant de la haine et du racisme.

Soutenons, chacun à la hauteur de ses moyens, tous ceux qui se sentent aujourd’hui en danger après cet attentat islamophobe. C’est important. C’est un devoir d’humanité, de fraternité.