Je t’aime même quand tu fêtes la St-Jean en virant une brosse plutôt que de célébrer la Fête nationale en affirmant ton unicité.

Bonne fête Nation!

CHRONIQUE / « Et à force d’avoir pris en haine toutes les servitudes, nous serons devenus des bêtes féroces de l’espoir. » — Gaston Miron

CHRONIQUE / Québec, je t’aime. J’aime tes petites villes et tes gros villages qui longent le fleuve. J’aime tes 400 000 lacs et tes millions de kilomètres de rivières. J’aime ta capitale pleine d’histoire, de fonctionnaires et de touristes. J’aime ta métropole débordante de festivals, de couleurs et d’interminables chantiers. J’aime tes riches accents du Saguenay, de la Côte-Nord, de la Gaspésie et de Trois-Rivières. J’aime tes anglophones francophiles de Lennoxville et tes chants de gorge inuits d’Ivujivik. J’aime tes légendes amérindiennes, tes résistances françaises, tes quartiers italiens ou chinois, tes chants africains et tous les mets qui se retrouvent dans le même buffet que notre poutine et nos crêpes au sirop d’érable. J’aime ta langue, le Québécois, une langue française qui n’est pas celle de la France, du Mali ou de la Belgique, mais une langue à nous, avec nos québécismes, nos néologismes et nos emprunts aux Premières Nations. J’aime tes forêts de conifères, tes bouleaux jaunes, tes salamandres pourpres et tes geais bleus. J’aime ta faune, ta flore et tes 8,2 millions d’humains.  

Je suis fier d’être Québécois. Et je suis fier des Québécois, des Québécoises qui portent et nourrissent ma culture, qu’ils se nomment Robert Lepage ou Boucar Diouf, qu’elles se nomment Kim Thuy ou Louise Dupré. Si tu marches sur ma terre et embrasses ma langue, tu es des miens. Si tu reconnais que nous ne sommes pas des Canadiens-français, mais bien des Québécois, et que tu veux en être, tu es des miens. Et si tu veux t’identifier comme Québécois, même si tu viens de débarquer, même si tu attends toujours d’obtenir ta citoyenneté, même si tu ne maîtrises pas encore la langue et les codes de notre culture, tu es des miens.

Ma nation, ce n’est pas la Meute ni le troupeau. Et je ne m’identifie à aucun loup solitaire, peu importe sa couleur, sa cause ou sa religion. Le Québec est une terre d’accueil et ses habitants sont bienveillants, ouverts et solidaires. Ils l’ont prouvé mille fois dans leurs crises du verglas, dans leurs inondations comme dans le soutien à leurs frères haïtiens, à leurs sœurs thaïlandaises. Les humains de ma nation, tous plus ou moins issus de magnifiques métissages, sont sensibles et généreux. Pas tous, évidemment, mais même les plus beaux corps ont des trous de cul. Faut pas focaliser dessus!

La nation québécoise, ça va plus loin que la motion parlementaire déposée en Chambre par Stephen Harper en 2006 : « That this House recognize that the Québécois form a nation within a united Canada », ça va plus loin que la « Représentation du Québec au sein de la Délégation permanente du Canada auprès de l’UNESCO », et ça va bien plus loin que le pays que nous aurions pu faire, que nous aurions dû être.

Au-delà du territoire et de la langue, nous portons un idéal social-démocrate, laïque, égalitaire et inclusif. Nous sommes enfants de l’Histoire, le résultat de brillantes conquêtes et de cuisantes défaites. Nous rayonnons dans le monde par nos géants de la littérature, de la musique, de la cuisine, des affaires et du sport. Nous sommes plus qu’une province dans le Canada, nous sommes une nation dans le monde.

Je t’aime, ma nation. Même quand tu votes tout croche, même quand tu parles franglais, même quand tu oublies d’être créative et préfères te coller au modèle états-unien. Je t’aime même quand tu fêtes la St-Jean en virant une brosse plutôt que de célébrer la Fête nationale en affirmant ton unicité. J’aime tes grands éclats de rire, j’aime tes sacres alambiqués, j’aime ton folklore mélangé aux musiques du monde, j’aime te voir mobilisé et prendre la rue pour gueuler ta colère, j’aime te voir chialer quand il fait frette et chialer encore quand il fait chaud, j’aime ta poésie effervescente, j’aime ta curiosité et ton inventivité, j’aime te voir chanter et danser, j’aime ta façon d’aimer tes enfants, j’aime quand tu prends le temps d’écouter tes parents, j’aime tes feux de joie qui finiront en cendre, mais qui laisseront plein de souvenirs et d’histoires. Notre Histoire reste à écrire. Pour l’aimer, il faut la rédiger nous-mêmes, avec tout le poids d’une nation, d’une grande nation qui sait se tenir debout. Et fêter!