C'est facile? Tant mieux

CHRONIQUE / Je déjeunais en famille au resto quand j'ai entendu le «ding» d'un texto. J'ai regardé sur mon téléphone — rien. Ah, je me suis dit, ça ne devait pas être le mien.

Deux minutes plus tard, le même bruit résonne dans mon oreille. Toujours rien. Je commençais à me trouver un peu ridicule, et j'ai mis mon iPhone sur «vibre».

Puis, j'entends encore le «ding» deux autres fois tout près, et je repère les coupables : un homme et une femme assis à deux tables distinctes, avec le même téléphone à la pomme et le même bruit de texto que moi. J'ai failli me lever : pouvez-vous modifier vos réglages?

Mais je me suis calmé les nerfs, et j'ai mangé mon assiette brunch comme si de rien n'était, reprenant la discussion avec mon père jusqu'à ce qu'il ne reste que les quartiers d'oranges dans mon assiette. 

En y repensant plus tard dans la journée, je me suis dit qu'il était peut-être temps que je change le son de mes «SMS». Il y a une quarantaine d'autres options sur le iPhone, dont des sons tragiquement sous-exploités comme «forêt de Sherwood», «printemps» ou «menuet». Pourquoi s'en priver?

Un mois plus tard, me voilà avec un nouveau téléphone, le vieux est mort exténué. Et moi, Sherlock, j'ai remarqué une foule d'autres sons pour les appels, les messages vocaux, les courriels, les publications Facebook, les alertes de calendrier, les rappels! Et vous savez ce que j'ai fait de toutes ces possibilités? E-rien.

Finalement, je suis comme mes voisins de déjeuner. Je refuse de prendre cinq minutes de ma vie pour choisir des sons sur mon cellulaire. Et des recherches montrent qu'une grande proportion de consommateurs font comme moi. Ils choisissent l'option la plus facile, celle que le fabricant a sélectionnée pour eux.  

***

Ç'a l'air banal comme ça, mais cet exemple des sonneries illustre notre puissant penchant pour la facilité. On a beau avoir des tonnes d'options devant nous, on choisit souvent de ne pas choisir.

Alors, imaginez si vous souhaitez changer quelque chose dans votre vie ou dans celle des autres. De grâce, ne rendez pas les choses compliquées. 

Vous souhaitiez ingérer davantage de verdure, remuer votre carcasse plus souvent, roupiller au moins sept heures par nuit ou cesser de procrastiner sur Facebook? La facilité est votre alliée.

Vous voudriez que vos clients craquent pour votre nouveau logiciel, que vos enfants rangent leurs assiettes dans le lave-vaisselle, que les citoyens de votre ville compostent davantage? Rendez-leur la tâche la plus aisée possible. 

Ce n'est pas une question de paresse (en fait, oui, c'est ça), mais de compétition entre nos deux esprits: le rationnel et l'émotionnel.

Le premier veut aller courir, le deuxième ambitionne de faire la patate sur le divan. Le premier aimerait se coucher à 22h, le deuxième veut continuer Game of Thrones. Le premier souhaite manger végé, le deuxième se commande un Big Mac. Le premier a la ferme intention de redonner les pelures à la nature, le deuxième les a mélangées avec les ordures...  

Déjà que c'est dur de résister aux envies de l'esprit émotionnel, il faut donner un coup de main à l'esprit rationnel. Et pour ça, la facilité est votre alliée (voyez, j'ai réécris la même chose).

Concrètement, il y a un moyen très efficace d'y arriver. Et c'est de contrôler votre environnement pour faciliter le comportement que vous voulez adopter.

Mettons que vous vous inscrivez au gym. Il y en a un avec de l'équipement sophistiqué et des entraîneurs diplômés, mais c'est loin de chez vous, faut prendre l'auto et le stationnement est compliqué. L'autre gym possède de vieilles machines, diffuse du boom-boom à tue-tête et les entraîneurs sont plus musclés que qualifiés, mais c'est à deux pas de votre boulot. 

Où est-ce que vous vous abonnez? Si vous ne voulez pas abandonner après trois semaines, le deuxième est la meilleure option. Parce que vous avez le temps de vous rendre dans le vestiaire avant que votre volonté change d'idée. 

Même principe avec la bouffe. Pour être sûr de ne pas manger de cochonneries le soir, il y a un truc très simple: n'en achetez pas. Plus facile de résister à l'appel du sac de chips quand il végète au dépanneur que quand il vous souffle «mange-moi, mange-moi» par la fente de l'armoire.

Et le compost? Il y a quelques années, j'ai essayé le lombricompostage et je pense que mes vers de terre ont souffert de malnutrition. Même si je trouvais ça génial comme moyen de récupérer les matières organiques, c'était bien trop compliqué pour moi, et j'ai lâché.

Maintenant, j'ai une petit contenant à compost près de la poubelle. S'il n'était pas aussi proche, je suis pas mal sûr que mes épluchures se retrouveraient plus souvent dans la boîte à ordures. 

D'ailleurs, c'est sans doute pour ça que le bac brun a autant de succès dans les villes qui l'ont adopté. C'est facile à comprendre, à utiliser et s'intègre très bien à la routine des vidanges. 

Je vous parlais de la démocratie paresseuse la semaine dernière. Pour diminuer l'ignorance politique, peut-être qu'une des voies les plus prometteuses serait justement de rendre les choses plus faciles aux électeurs?

Je pense au succès de la boussole électorale de Radio-Canada, par exemple, un moyen à la fois simple et recherché de savoir où on loge politiquement.

Bon, j'arrête. Mais souvenez-vous: la facilité est votre alliée. Je vous l'avais peut-être déjà dit?