Dans le cas des enseignants qui entrent dans la profession, Statistique Canada indiquait en 2017 que les enseignants du Québec étaient les moins bien payés au Canada en début de carrière, mais aussi les moins bien payés après 10 ans de pratique et au maximum de l’échelon.

Surplus budgétaires: ni aux syndicats ni à la CAQ

CHRONIQUE / Remplir des engagements électoraux paraît plus important pour le gouvernement Legault que de s’assurer que les conditions de travail des employés du secteur de la santé, de l’éducation et de la fonction publique sont à la hauteur et permettent à l’État de tirer son épingle du jeu dans un contexte de rareté de main-d’œuvre. Un choix discutable.

Non, les surplus budgétaires du Québec n’appartiennent pas aux syndicats et aux groupes de pression. 

Mais, ils n’appartiennent pas non plus aux caquistes pour leur permettre de dire à la fin de leur mandat qu’ils ont livré toutes les promesses qu’ils ont formulées lors de la campagne électorale de 2018.

Les intérêts partisans de la Coalition avenir Québec (CAQ) ne doivent pas faire perdre de vue aux députés l’intérêt public et le bien commun. 

Le premier ministre François Legault a déjà avisé les employés du secteur public et les syndicats les représentant qu’ils devaient limiter leur appétit dans le cadre du prochain renouvellement des conventions collectives. Ils devront se contenter de hausses salariales limitées au taux d’inflation. 

M. Legault prévoit des exceptions pour les préposés aux bénéficiaires et pour les enseignants en début de carrière.

C’est de bonne guerre une telle mise en garde. Les organisations syndicales préparent leur cahier de revendications et les négociations débuteront au cours des prochains mois. Québec tente de guider l’opinion publique et d’avoir la population de son bord si un affrontement survient lors des discussions.

Les propos de M. Legault font cependant sourciller lorsqu’il explique que malgré les importants surplus budgétaires (4,4 milliards $ l’an dernier), il n’a pas de marge de manœuvre une fois qu’il a rempli des engagements électoraux plus coûteux que prévu (et mal évalué), comme de baisser la taxe scolaire, d’augmenter les allocations familiales, de mettre fin à la modulation des tarifs de services de garde et d’implanter des maternelles 4 ans sur tout le territoire.

Le gouvernement Legault ne voit aucun problème à retourner de l’argent dans les poches de contribuables riches et bien nantis, notamment par des baisses de taxes scolaires. Il vit bien également avec un coûteux dédoublement de services pour les enfants de 4 ans. 

Mais, il se soucie peu de bonifier et d’améliorer les conditions de travail — non seulement les salaires — des employés de l’État pour s’assurer d’avoir une main-d’oeuvre compétente et stable pour donner des services aux Québécois dans les établissements de santé et de services sociaux, les écoles, les cégeps, les ministères et les organismes publics. 

Comme si le défi d’attractivité et de rétention de la main-d’œuvre s’arrêtait aux dirigeants de sociétés d’État et ne concernait pas aussi des salariés syndiqués.

Pourtant, comme employeur, le gouvernement ne doit pas devenir un club-école où les municipalités, l’administration fédérale et les entreprises privées viennent recruter les employés expérimentés dont elles ont grandement besoin.

Comme employeur, le gouvernement ne peut non plus être indifférent aux importants coûts reliés à l’assurance salaire et aux congés de maladie de longue durée. Le ratio d’heures en assurance salaire a augmenté de 18 % en 2017-2018 par rapport à 2015-2016 dans le secteur de la santé. Une facture supplémentaire de 555 millions $ pour l’État mais qui ne se traduit pas par plus de services pour les Québécois. 

On peut également se demander comment les caquistes feront pour stabiliser les équipes de professionnels travaillant à la protection de la jeunesse s’ils ne rendent pas la charge et les conditions de travail de ces derniers plus attrayantes. 

En novembre dernier, l’Institut de la statistique du Québec a relevé que le salaire des employés de l’administration québécoise était inférieur de 13,7 % à celui des autres salariés québécois, et de 10,6 % à celui des salariés du secteur privé œuvrant dans des entreprises de 200 employés et plus. 

Certes, l’écart rétrécit ou disparaît lorsque l’Institut considère la rémunération globale par heure travaillée (salaire, avantages sociaux et heures de présence au travail). L’écart s’avère de 6,6 % par rapport à l’ensemble des autres salariés , et une parité est observée avec le secteur privé. 

Dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, dans un contexte où les millénariaux n’ont pas les mêmes attentes et le même rapport au travail que les générations précédentes, le gouvernement devrait faire preuve de plus de doigté et de vision lors des prochaines négociations avec les syndicats d’employés. 

Il peut difficilement se limiter à améliorer les conditions de travail des préposés aux bénéficiaires et de hausser les salaires des enseignants qui entrent dans la profession. 

Dans le cas de ces derniers, Statistique Canada indiquait en 2017 que les enseignants du Québec étaient les moins bien payés au Canada en début de carrière, mais aussi les moins bien payés après 10 ans de pratique et au maximum de l’échelon. 

Des difficultés de recrutement et de rétention n’existent pas uniquement non plus pour les préposés aux bénéficiaires. Informaticien, ingénieur et comptable trouvent souvent plus avantageux de travailler dans le secteur privé que dans le secteur public.

Rappelons que la perte d’expertise dans le secteur public peut s’avérer coûteuse pour le gouvernement et les contribuables. La commission Charbonneau sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction a très bien exposé les dangers qui guettent un ministère des Transports lorsqu’il perd ses ingénieurs d’expérience au profit du privé.

M. Legault a également indiqué la semaine dernière qu’il était favorable à des «augmentations différenciées» selon les catégories d’emploi et qui tiennent compte notamment de la réalité du marché du travail.

Pour qu’une telle approche soit appliquée, encore faut-il qu’elle soit transparente et basée sur des faits et des indicateurs fiables. Il faut également que les syndicats soient partie prenante. Sinon, l’exercice risque d’être arbitraire et encore là, de répondre davantage à des intérêts partisans qu’à l’intérêt public.