Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Billie-Anne Leduc
Karèle Galaise-Séguin est décédée à l’âge de 16 ans d’une hémorragie cérébrale, le 16 mai 2008. Elle était branchée depuis 18 jours à un appareil cœur-poumons. Elle souffrait d’une myocardite causée par un virus qui empêchait l’organe de pomper suffisamment de sang.
Karèle Galaise-Séguin est décédée à l’âge de 16 ans d’une hémorragie cérébrale, le 16 mai 2008. Elle était branchée depuis 18 jours à un appareil cœur-poumons. Elle souffrait d’une myocardite causée par un virus qui empêchait l’organe de pomper suffisamment de sang.

Un cœur de 16 ans

CHRONIQUE / Ma meilleure amie se fait briser le cœur à 16 ans et meurt.

Il y a 12 ans, j’ai vécu la mort. Il y a 12 ans, j’ai reçu le plus horrible des appels.

À l’âge de 16 ans, j’ai dit à l’antenne de Radio-Canada : « Cette expérience nous fera grandir. »

Il y a 12 ans, j’ai pris 12 ans.

Le 16 mai 2008, les médecins débranchaient ma meilleure amie, vivant artificiellement à travers un cœur-machine, l’ECMO.

Parce que, 18 jours avant, le cœur de Karèle Galaise-Séguin s’était arrêté de battre.

À 16 ans.

Un cœur de 16 ans.

2002

Karèle et moi suivons des cours d’anglais le samedi matin. Un jour, après notre cours, elle m’invite chez elle.

Elle me présente à sa mère, à ses chats. Nous montons sur le toit du cabanon et nous nous racontons des histoires. Elle va chercher une éprouvette, la remplit de gomme de sapin, et y écrase un cheetos. Nous montrons la mixture à sa mère, en lui disant que c’est une cervelle d’oiseau.

***

À l’hôpital de Montréal pour enfants, Karèle ne m’entend pas, plongée dans le coma.

Je ne sais pas si elle sait que je suis là : je lui chatouille les avant-bras. Je lui mets des écouteurs et Blink-182 dans les oreilles.

Elle ne me regarde pas. Il y a de la gelée dans ses yeux.

Sa mère me parle d’hémorragie, d’une certaine pourriture, dans son corps.

Le 16 mai 2008, ils la débranchent.

2006

Je suis la pianiste de notre école de filles. Karèle enlève son uniforme derrière la statue de l’église Notre-Dame, mais moi je garde ma jupe bleue marine, mes longs bas, et nous allons nous promener sur la rue Principale. Certains midis, nous restons à l’école et elle m’écoute jouer Crime of the Century.

***

Son amoureux est toujours près d’elle à l’hôpital. Il lui passe des chansons dans les oreilles, en espérant qu’elle aime ça, qu’elle se réveille, que les notes régénèrent ses organes pourris.

Il a brisé son cœur. Il a embrassé une autre fille deux jours avant que son cœur ne s’arrête, que sa jambe ne devienne bleue et qu’on la branche à l’ECMO.

Peur des fantômes

La nuit de sa mort, ses parents lui mettent des bas doux, qui sentent son parfum.

J’hérite de ses crayons gels, sa veste de jeans, du tome 1 des Chevaliers d’Émeraude, de son ensemble de couture et de son collier papillon.

Je ne pense pas à Dieu. Je porte des bracelets verts pour l’espoir.

Aux funérailles, je prononce un discours avec une amie. Personne ne comprend nos mots à travers nos voix brisées.

Mes amies et sa mère me disent qu’elles ont eu des signes d’elle, après. Une musique de flûte la nuit, un collier qui se brise, un fusible qui saute. 

Moi, je n’en ai pas eu.

Je pense qu’il faut en vouloir pour en avoir, et qu’elle sait que j’ai peur des fantômes.

***

Il y a 12 ans, ma meilleure amie est devenue un ange.

Il y a 15 ans, je lui ai fait lire mon premier roman, écrit dans un cahier Harry Potter.

Il y a 7 ans, je gagnais un concours d’écriture de Radio-Canada avec un texte inspiré de notre histoire, Les anges sont des fantômes.

Aujourd’hui, Karèle serait archéologue; elle aurait exploré le monde. Ses pieds auraient continué de danser, comme elle aimait tant faire.

Aujourd’hui, je regarde les nuages, et m’imagine parfois qu’elle est couchée dessus, bien.

Il y a 18 ans, ma nouvelle meilleure amie et moi inventions des cervelles d’oiseau en mélangeant des cheetos et de la gomme de sapin dans une éprouvette.

J’ai aujourd’hui l’infini pour l’aimer.