Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Billie-Anne Leduc
<em>Le Bassin aux nymphéas, harmonie verte</em>, Claude Monet, 1899
<em>Le Bassin aux nymphéas, harmonie verte</em>, Claude Monet, 1899

Décrocher

CHRONIQUE / Décrocher, suivre son cœur, est difficile. Mais il faut aller à la source. Celle qui coule en cascade. Se coucher dans cette eau; se déposer.

Se trouver en équilibre dans le courant. S’imaginer une chute dans le dos. Incarner la rivière, pour que plus rien d’autre n’existe.

Pour que seuls les sapins existent.

Détricoter son cœur. Décrasser son esprit. Dérouiller ses articulations en plongeant dans la rivière.

C’est ce que j’ai fait - ce que tous devraient faire.

S’ouvrir les valves; décrocher la lune.

Parfois, il faut tomber. Ne plus penser, et se laisser chuter dans le vide - une dégringolade douce.

***

Décrocher des écrans.

Ceux qui emplissent la tête de lumière opaque. Et qui ne permettent pas de véritablement voir la rivière couler, les arbres frémir et la terre remuer.

Puis - oser le silence. Ne pas avoir peur, de nous-mêmes, notre voix interne, notre intérieur.

Oser ses goûts.

« J’ai le goût de l’élégance. J’ai le goût... De chuchotements qui apaisent et de choux à la crème qu’on déguste du bout des doigts. J’ai le goût... De mots qui insufflent l’héroïsme et de coeurs qui s’abreuvent à l’humanité. [...] J’ai le goût... De nuages qui s’effilochent et de gestes comme des caresses. » (Le goût de l’élégance, Johanne Seymour, 2020)

***

Décrocher du métro.

Découper un morceau de ciel et s’en envelopper. Sentir le bleu prendre d’assaut chaque partie de notre corps.

Surtout - s’emplir de bonté. Laisser le blanc effacer le noir.

Aimer les couleurs.

Danser en silence.

Écrire la vie.

***

Décrocher ses peines.

Les déprendre, les déposer. Elles sont là, toujours, mais au repos.

Se rappeler : rien n’est grave. Que malgré la pierre, au milieu, le flot ne s’interrompt pas. Que plaire est superflu.

Décrocher le boulet de ses pieds, les imaginer touchant le sable fin sous les vagues.

Puis - la promesse de l’automne, de vent frais, de feuilles craquantes.

S’embourber dans la terre mouillée qui nettoie tout.

Laisser le plexus s’ouvrir, se fermer, s’ouvrir, se fermer.

***

Décrocher des murs - toujours les mêmes.

Aller ailleurs, se tourner la tête.

Voir autre chose; voir autrement. Sans jugement. Laisser les yeux n’être que des yeux.

Ça fait du bien.