Joël Martel

Cellulaire ou pick-up?

CHRONIQUE / Au cours des 15 dernières années partagées avec bonheur avec mon amoureuse, notre moyenne au bâton des chicanes de couple a toujours été très faible. Certes, il y a eu ici et là quelques tensions causées par des ennuis financiers et d’autres sources de stress du quotidien, mais le facteur de discorde le plus récurrent dans notre couple a généralement été la technologie, ou si vous préférez, «mon maudit téléphone».

Il faut savoir qu’avec le temps, j’ai appris à considérablement modérer mon utilisation de la technologie. Sans vouloir m’en vanter, je suis maintenant le genre de gars qui se sert très rarement de son téléphone lorsque je suis en public, car je veux être là à 100%.

Vie de famille

«C’est pas juste!»

CHRONIQUE / «C’est pas juste, elle en a plus que moi!»

Je regarde les deux morceaux de gâteau. Les deux m’apparaissent pourtant pas mal identiques. Je propose de sortir la balance et le ruban à mesurer pour s’en assurer! Ma blague ne passe pas. Pour elle, le constat est clair : la sœur en a plus, c’est évident! Une preuve irréfutable que je l’aime plus qu’elle...

Chroniques

La compétence faciale

CHRONIQUE / Le 26 septembre 1960, John F. Kennedy a affronté Richard Nixon lors du premier débat présidentiel télévisé aux États-Unis.

Kennedy était bronzé et reposé. Nixon était pâle et fatigué à la suite d’une récente hospitalisation.

Le premier avait l’air calme et confiant; le second malade et en sueur. 

À l’époque, de nombreux électeurs écoutaient encore le débat à la radio, mais la télé la surpassait déjà.

Les téléspectateurs disaient que Kennedy avait gagné le débat. Mais surprise: la grande majorité de ceux qui l’avaient écouté à la radio disaient que Nixon l’avait emporté. 

Est-ce que les apparences comptent en politique? C’est une bonne question à se poser, je trouve, en cette période de campagne électorale québécoise.

Aux dernières nouvelles, on est censé voter selon nos convictions. Quand vous écoutez les débats entre Philippe Couillard, Jean-François Lisée, François Legault et Manon Massé, ce qu’ils disent est supposé avoir beaucoup plus de poids que ce qu’ils ont l’air, non?

Bon, vous êtes peut-être prêts à avouer que l’apparence joue un rôle mineur. Vous devriez peut-être vous méfier davantage de vous-mêmes. 

Une série d’expériences fascinantes en psychologie politique a montré qu’un facteur compte plus que tous les autres lorsque vient le temps d’élire un candidat: l’«apparence de compétence». 

Non, ça n’a pas grand-chose à voir avec la beauté physique, mais tout à voir avec la perception qu’un candidat est qualifié et capable de faire le boulot. 

Et ce qui est particulier, c’est que les gens peuvent se former une opinion de la compétence d’un candidat seulement en voyant son visage — il n’a même pas besoin de parler. Appelons ça la compétence faciale.  

Il y a une dizaine d’années, le professeur de psychologie Alexander Todorov, de l’Université Princeton, a demandé à un millier d’étudiants de donner leur avis sur une série de candidats à une centaine d’élections sénatoriales américaines en se basant uniquement sur leurs photos.

Pour chaque paire de visages inconnus, les étudiants devaient répondre à des questions comme: «qui a l’air le plus honnête?», «à qui feriez-vous le plus confiance?», «qui est le plus compétent?» 

Plus que l’honnêteté ou la confiance, la perception de compétence permettait de prédire le résultat des élections. Ainsi, les candidats qui avaient l’air les plus compétents remportaient la course dans 70 % des cas. 

L’étude de Todorov a aussi été reproduite dans plusieurs pays: Brésil, Bulgarie, Danemark, Finlande, France, Italie, Japon, Mexique et Royaume-Uni. Plus étonnant encore: des enfants suisses ont réussi à prédire les résultats d’élections françaises juste en se basant sur des visages. 

Ces résultats démontrent tout le pouvoir des premières impressions. Imaginez : avant de décider quel politicien avait l’air le plus compétent, les répondants voyaient les paires de photos pendant moins d’une seconde et parfois aussi peu que 100 millisecondes. 

Dans son livre Face Value: The Irresistible Influence of First Impressions (non traduit en français), Alexander Todorov explique que les électeurs indécis ou peu informés sont plus susceptibles de se laisser influencer par leurs premières impressions et de chercher à les confirmer avec des faits aléatoires. 

Chez les hommes, les visages plus masculins, plus étroits, avec un menton plus proéminent et un nez plus large, apparaissaient plus dominants. Et les visages «dominants» donnaient la plus forte impression de compétence.

Mais est-ce une illusion? Oui. La science n’a montré aucun lien entre certains traits du visage et la compétence. 

Vrai, «les politiciens qui ont l’air compétents sont plus susceptibles de gagner les élections», affirme Todorov. Mais une impression n’est pas la réalité. 

Alors attention aux pancartes électorales, elles pourraient vous influencer plus que vous pensez.

Chronique

«Il va y avoir une catastrophe»

CHRONIQUE / Bruno Tremblay est médecin de famille depuis presque 40 ans, il «commence sa 40e année» en fait.

Des réformes, il en a vu une et une autre.

Il travaille dans une clinique à Beauport, il a ses «1642 patients dont 940 vulnérables», il doit en plus faire du sans rendez-vous dans une super clinique, environ une fin de semaine par mois. 

Ce n’est pas lui qui choisit, on lui dit quand il doit prêter main-forte.

Il est bien placé pour voir ce qui ne va pas.

Il en a particulièrement contre les cibles que le gouvernement s’entête à imposer aux médecins, ce fameux 85 % des Québécois qui devraient avoir un médecin de famille attitré. «Ça sort d’où, ce 85 %? En partant, cet objectif-là, c’est tout croche. On ne sait même pas ça repose sur quoi.»

Il ferait les choses autrement. «En réalité, il faut que 100 % des gens malades aient un médecin. J’en vois plein des malades qui n’ont pas de médecins et des gens qui en ont un et qui n’en ont pas besoin. Les “pas malades”, c’est plus payant.»

Pour eux, il faut du sans rendez-vous efficace.

Des malades orphelins, il en voit plusieurs à la superclinique. «J’ai vu un diabétique, il n’avait pas de médecin de famille, ça faisait deux ans sans prises de sang. On me demande tous les jours : “Docteur, avez-vous de la place? ”»

Il n’en a plus. «J’ai une clientèle très lourde, ça me prend tout mon petit change pour les voir. J’ai 61 ans, je ne peux pas en prendre plus.»

Comme si ce n’était pas suffisant, Philippe Couillard a promis il y a trois semaines d’augmenter la cible à 90 %. Selon Bruno Tremblay, la capacité de prise en charge a atteint sa limite. Il doute fort que les médecins de famille de la région arrivent à en prendre davantage. «C’est impossible à Québec.»

Et le pire est à venir.

Bruno Tremblay a fait un exercice intéressant, il a inscrit dans le bottin de 2017 des médecins de famille de Québec l’année à laquelle chacun a été diplômé. «Dans la région 03, on est des médecins vieux, il y a plus de départs que d’arrivées. Il y en a un, à 83 ans, il vient de prendre sa retraite, ses 2000 patients se retrouvent dans le système. Il y en a un autre, on a fêté ses 50 ans de pratiques il y a quelques années. Quand il va s’en aller, sa clinique va probablement fermer.»

J’ai feuilleté le bottin annoté, j’ai pu constater que bon nombre de médecins de famille pratiquent depuis les années 70 ou 80. «Il y en a qui partiraient, mais ils restent parce qu’ils ne veulent pas que leurs patients se retrouvent sans médecin...»

Il m’a remis un tableau fait à la main, recensant par décennies la diplomation des médecins de famille. 

1967-1977: 44

1977-1987: 116

1988-1997: 78

1998-2007: 40

2008-2016: 14

«Tu peux en rajouter une dizaine de plus depuis 2016, mais ça ne changera pas grand-chose. Regarde ça comme tu veux, dans cinq ans, il va y avoir une catastrophe. Il y a d’autres cliniques qui vont fermer, dans deux ans? Dans cinq? Et les patients qui n’auront plus de médecins, ils vont se retrouver sur la liste d’attente...»

Par milliers.

Les jeunes médecins ne seront pas assez nombreux pour pallier le départ des plus vieux, il faudra nécessairement trouver une solution.

Bruno Tremblay n’aimerait pas être de ceux qui sortent de l’école. «Il y a déjà eu un temps où on avait accès aux spécialistes. Ce n’est pas facile présentement pour les jeunes médecins, l’accès n’est pas facile. Tu as quelqu’un de malade et tu essayes de le soigner. Et ce n’est pas évident.»

Il le vit aussi. «J’ai eu un dossier pour une hernie, ils m’ont rappelé après un an pour demander une nouvelle IRM (imagerie par résonnance magnétique), l’autre IRM n’était plus bonne! Il y a quelques spécialités où ça va mieux, comme la rhumatologie. La cardio et la pneumo, c’est resté bon. L’orthopédie, c’est pourri, la physiatrie, t’oublies ça. Un cas d’arthrose, c’est six mois ou un an, et pour la psychiatrie, si tu n’es pas suicidaire, t’oublies ça.»

Sans compter les formulaires qui se multiplient à la vitesse de l’éclair, aux procédures qui ne vont pas en se simplifiant.

Prescrire certains examens est plus compliqué qu’avant.

Depuis 40 ans, Bruno Tremblay a vu sa clientèle vieillir, les problèmes de santé se complexifier. Le jour où il va partir, il arrivera plus tôt que tard, ce sont 900 malades vulnérables qui se retrouveront le bec à l’eau en devant, au mieux, tout recommencer à zéro avec un autre médecin. 

Au pire, ils n’auront plus de médecin.

Chronique

Le débat de trop?

CHRONIQUE / Les pièges étaient tendus. Certains les ont contournés, d’autres pas. On ne saura qu’au gré des prochains jours si ce troisième débat d’une campagne à l’emporte-pièce et essoufflante aura changé la donne. Pour les commentateurs de tous jus, le verdict est tombé, mais nous n’avons qu’un vote chacun. Comme s’il en avait manqué, il reste l’exercice d’information récréative de Tout le monde en parle. Compte tenu des profils d’auditoires des uns et des autres, cette dernière intervention simultanée des quatre chefs sera aussi très importante.

Autres lendemains de débat, autre tourbillon d’influenceurs, chroniqueurs et analystes — dont votre modeste serviteur — de plus en plus suspectés en cette fin de course serrée et intense de négliger leur réserve et plonger dans la mêlée sans vraiment l’admettre.

Certaines évidences émergent toutefois : François Legault a fait mieux. Beaucoup mieux. Moins grimaçant, moins belliqueux, meilleure livraison de messages bien préparés, acte de contrition sur l’immigration, pertinent sur la laïcité, perspective économique plus efficace. La fin d’une chute qui semblait interminable est maintenant possible. Le séjour au purgatoire est terminé.

Il est aidé en ceci par l’erreur, à son tour, de Philippe Couillard. Quelque 75 $ de victuailles pour une famille pour une semaine. Comment peut-on penser une telle chose? En ignorant complètement la réalité et le quotidien des gens dont le premier ministre sollicite la confiance. Erreur, maladresse, oui, mais aussi révélation de plus d’une personnalité cérébrale et peu empathique. Encore vendredi, il a tenté par tous les moyens de s’en sortir et sa réponse habile — il n’a que fait état d’une réalité à laquelle il est sensible, dit-il — ne suffit pas. Le grelot est accroché.

Bien sûr, la palme de la maladresse lors de cet échange à TVA va à Jean-François Lisée. Non, il n’a pas eu ce débat d’apocalypse que le spin a voulu lui attribuer dans les heures suivantes, mais oui, il a été d’une grande imprudence. Pourquoi se rendre de nouveau vulnérable à cette persistante accusation d’arrogance? Pourquoi s’en prendre à Manon Massé et QS, téflons, le vent en poupe, fluorescents d’autorité morale dont ils n’ont pas à prouver la viabilité et de surcroît, sur une formalité interne qui n’intéresse personne…?

Pour arranger les choses, Pierre Bruneau s’instaure véritable vedette du débat, rabroue Lisée et le prend en grippe pour la première heure de l’exercice. Cet homme affable, courageux et attachant deviendra le glaive par lequel le débat de Lisée s’enlisera. Le chef péquiste n’a que lui-même à blâmer. Il aura du mal à retrouver un certain aplomb en seconde heure. Il lui reste Tout le monde en parle et il a brûlé dans un moment malheureux son capital d’attaques contre ses adversaires. Il n’a pas été si mauvais, il a transmis de l’information pertinente, il maîtrisait toujours autant ses dossiers. C’est toutefois son sang à lui que la machine a senti jeudi. Les commentateurs ne lui pardonneront plus rien.

Cela dit, selon ce que mesurait le BAROMÈTRE ÉLECTIONS 2018 vendredi matin, les libéraux seraient toujours en avant de 1,6 % (28,9 %) sur la CAQ à 27,3 %. Québec solidaire est à 16,4 %, mais surtout, le Parti québécois atteint un 23,4 % sans précédent. Inespéré. Fragile? Entre le meneur et le quatrième joueur, l’écart n’est plus que de 12,5 % et entre l’équipe du Parti québécois et le premier ministre Couillard, de 5,5 %. Un retard de moins de 3 % sur la CAQ, de 3,3 % chez les francophones et 3,4 % dans le «reste du Québec». Il ne fait aucun doute que ce qui se dit en ces lendemains de débat est névralgique. Chacun d’entre nous sent bien le poids du crayon et du micro qu’il a en main.

Enfin, une question devra être posée. On reproche aux chefs l’acrimonie qui plombe les débats, les privant d’une large part de leur pouvoir d’information. Les chefs n’en sont pas les principaux responsables. L’appareil média se nourrit de ces affrontements, et les plus vifs et désordonnés ils sont, les plus écoutés ils semblent aussi être. Ça sert bien le commerce, mais mal la démocratie. C’est peut-être la formule même des débats qui doit être revue : davantage d’interventions en parallèle, moins d’affrontements programmés, moins de complaisance face aux obstructions systématiques, moins de spectacle au détriment du mandat d’aider les électeurs à faire un choix.

Dans l’intervalle, il est légitime de nous demander aussi si ce débat était de trop. Parce qu’encore ici, le commerce a imposé un spectacle de plus au détriment d’un grand rendez-vous national lors duquel les réseaux mettent leurs différends de côté pour le bien commun. Comme on le demande si souvent aux partis politiques.

Chronique

Un rendez-vous avec l’histoire?

CHRONIQUE / Préparez-vous à l’entendre, on va vous le répéter dans les derniers milles de cette campagne : les élections du 1er octobre sont importantes parce que le Québec est arrivé à un point tournant de son histoire. Tous les politiciens tiennent ce genre de propos pendant les campagnes électorales, comme s’il y avait des élections plus importantes que les autres. En réalité, ce n’est pas vrai, du moins pas toujours.

J’admets que la prochaine campagne électorale aux États-Unis sera plus importante : nos voisins du sud auront enfin l’occasion de nettoyer la Maison-Blanche et de renvoyer son locataire dans sa Trump Tower. Mais chez nous, cette année, c’est différent.

D’une part, considérons-nous chanceux : je connais Philippe Couillard, François Legault et Jean-François Lisée depuis près de deux décennies, et aucun de ces trois chefs ne nous fera honte s’il prend le pouvoir. Quant à Manon Massé, c’est une femme intelligente et très engagée. Elle ne jouit pas encore de l’autorité morale d’une Françoise David, mais elle y travaille sérieusement. Elle a fait bonne figure depuis qu’elle a été élue à l’Assemblée nationale, et elle a démontré au débat de jeudi soir qu’elle méritait sa place sur la scène politique québécoise. C’est un véritable exploit si on se rappelle les préjugés colportés à son endroit à cause de son apparence lorsqu’elle est arrivée en politique.

Quant aux trois autres leaders, une fois les propos partisans mis de côté, ce sont des politiciens responsables qui portent assez bien les valeurs de la société québécoise. C’est pour ça qu’il y a tellement de points communs dans leurs promesses électorales. Nous ne courons pas le risque d’élire un Doug Ford.

Au fond, c’est beaucoup plus pour eux et leurs partis respectifs que cette campagne électorale est historique. Parce que dans les trois cas, les résultats pourraient marquer la fin de leur carrière, ou un nouveau début. 

Jean-François Lisée est peut-être celui qui a le plus gros fardeau à porter. Un échec cuisant à la tête du Parti de René Lévesque pourrait signifier la fin d’une époque et un sort similaire à celui réservé au Bloc québécois depuis le départ de Gilles Duceppe.

François Legault est à l’autre bout de l’équation. Après autant d’années et d’efforts consacrés à la mise en place de la Coalition avenir Québec, il voit enfin la porte du pouvoir s’entrouvrir. Pour lui, ce serait un moment historique. Un échec serait une énorme déception qui mettrait fin à sa carrière politique.

Philippe Couillard est dans une autre situation. Un échec serait douloureux, mais ne menacerait pas la survie du Parti libéral. À moins de se retrouver devant un gouvernement minoritaire, M. Couillard quitterait la vie politique. Il aurait quand même à son actif un mandat de quatre ans qui a permis notamment d’assainir les finances publiques du Québec. Ses adversaires auront beau critiquer les méthodes utilisées, il reste que le futur premier ministre héritera d’une situation budgétaire enviable. S’il n’est pas libéral, le prochain gouvernement pourra lui dire merci : Philippe Couillard aura fait la «sale besogne».

À compter de cette fin de semaine, de nombreux électeurs profiteront des élections anticipées pour inscrire leur décision. Les autres ont encore une grosse semaine pour soupeser le pour et le contre, prendre connaissance des programmes des partis, et évaluer lequel des trois chefs mérite le plus leur confiance. Ou lequel des candidats dans leurs circonscriptions respectives a montré le plus de sérieux et de compétence sur la scène locale. Mais peu importe les raisons. À partir de maintenant, c’est à vous de parler.

Isabelle Légaré

Une vie avec les Atikamekw

Joane Desaulniers avait 25 ans la première fois qu’elle est montée à bord du train et très honnêtement, la nouvelle enseignante n’avait aucune idée de l’endroit où on allait la faire descendre.

«Je pense que je n’avais jamais vu d’Amérindiens de ma vie.»

Chroniques

Autrement dit

Le chiffre: 400

Nombre approximatif de chats dont la mort mystérieuse était attribuée à un «tueur en série», à Croydon, dans la banlieue de Londres, depuis 2014. La cruauté de celui qui avait été baptisé «l’éventreur de Croydon», semait l’inquiétude. Après la découverte de plusieurs dépouilles de félins horriblement mutilées, la théorie du dangereux psychopathe avait fait son chemin. On redoutait que le tueur passe à une autre étape, pour s’en prendre aux humains. Il a fallu trois ans d’enquête aux détectives de Scotland Yard pour dénicher le coupable. Ou plutôt les coupables, puisqu’il s’agissait de… renards. Vous devriez refaire votre élémentaire, mon cher Watson.

Source: Le Monde

***

La comparaison

Proportion des Américains estimant plus facile d’éduquer un garçon qu’une fille

En 1941: 42 %

En 2018: 54 %

Source: Gallup

***

La punition: 20 ans de prison

Peine maximale qui pourrait être imposée à deux pompiers du Venezuela pour avoir diffusé une vidéo dans lequel un âne joue le rôle du président du pays, Nicolas Maduro. À la blague, on dit que le juge pourrait laisser tomber les accusations «d’insulte au président». Par contre, il ne leur pardonnera jamais d’avoir révélé un secret d’État.

Source: Agence France-Presse

***

Élections 2018

Une bière avec les chefs

CHRONIQUE / C’était soirée de quilles sur console Wii jeudi soir dans cette résidence pour personnes âgées de Limoilou.

L’affiche pour le vote par anticipation est déjà au mur et les candidats locaux y sont passés à tour de rôle. On parle parfois politique et on encourage les résidents à voter, explique la responsable des loisirs.

Mais entre des abats virtuels et un débat surréaliste, le choix n’était pas difficile à faire. Pas touche aux quilles sur la Wii, c’est leur «sport», m’a-t-on prévenu. L’argument était imparable. Je n’ai pas insisté.

J’ai cherché en vain une autre résidence d’aînés pour le débat des chefs. Même lorsqu’il n’y avait pas de Wii, on m’a dit non.

Ou bien il n’y avait pas de télé dans la salle commune, ou pas de résidents dans la salle à cette heure du soir, mais surtout, pas beaucoup d’intérêt. On peut comprendre.
Les débats des chefs visent en théorie un public large, mais il faut avoir la vocation pour tenir jusqu’au bout.

Je me suis retrouvé en haute-ville, sur cette rue Saint-Jean foisonnante où le casse-croûte gras à poutines voisine les commerces véganes ou d’aliments bios.

À l’étage de la Ninkasi, un écran géant derrière la table de billard au mur d’une salle vide.

Rien de l’effervescence de la semaine dernière où des militants de Québec solidaire avaient investi la place.

Premier client, un jeune artiste. Slam, piano, humour. Il venait pour une bière. Né à Varennes, il s’est installé à Québec depuis peu pour une «vie plus stable», parce que c’est «plus propre», qu’il «aime la ville» et pour «roder ses jokes». J’ai souri.

Il votera par anticipation samedi. Il avait l’habitude de voter Parti québécois, aime bien Sol Zanetti de Québec solidaire dans Jean Lesage, mais hésite encore. Québec solidaire l’énerve à refuser le regroupement des «forces progressistes».

Il était reparti quand le débat a commencé.

Ça a mal commencé pour Lisée. Son attaque sortie de nulle part contre Manon Massé et Québec solidaire qui n’a pas de vrai chef est tombée à plat.

On sentait chez lui une urgence à performer, mais ses envolées hors d’ordre, son ton accusateur («Vous mentez!») et ses obstinations avec l’arbitre ont mal paru.

Il a fini par corriger le tir et rentrer dans le rang, mais les premières impressions sont tenaces et finissent par contaminer notre lecture du reste du débat.

Autant M. Lisée avait bien fait dans les deux premiers débats, autant il se sera tiré dans le pied dans ce troisième.

Ça ne change rien à sa grande connaissance des dossiers et au réalisme de son programme, mais au jeu du débat, il aura perdu celui d’hier.

François Legault a beaucoup mieux paru. Il fut le plus distrayant avec une pétarade de punch lines percutantes.

«Les seuls qu’on veut expulser, c’est le Parti libéral», a-t-il lancé à M. Couillard qui lui reprochait ses ambiguïtés sur le traitement des immigrants.

«Les Québécois sont tannés de vous entendre donner des leçons», lui lancera-t-il plus tard. «Vous avez plus aidé la famille libérale que la famille québécoise», etc.

M. Legault a même fait acte d’humilité en reconnaissant avoir fait des erreurs, ce qui a semblé prendre tout le monde par surprise. Du moins, dans le bar où une dizaine de personnes ont fini par se regrouper pour une soirée de bière bien modeste.

L’habileté à larguer des lignes assassines ne fait pas la force d’un programme et ne peut en compenser les lacunes, mais en débat, ça a son effet. Reste à voir si ça suffira à freiner la chute de la Coalition avenir Québec que les sondeurs semblent avoir décelée.

Philippe Couillard fut égal à lui-même. Parfait contrôle de ses répliques et émotions (en a-t-il?), excellente maîtrise des contenus, approche technocratique, mais efficacité à livrer ses messages.

Son appel aux citoyens pour obtenir un «deuxième mandat» ne dupe cependant personne. Les libéraux sont au pouvoir depuis longtemps et il fait partie de la famille.

Dans un format de débat plus serré que celui de la semaine dernière à Radio-Canada et un animateur plus prompt à intervenir, Manon Massé n’a pas autant peiné à trouver son temps de parole.

Elle fut excellente, autant que peut l’être la leader d’un parti audacieux qui souffre d’un déficit de crédibilité. Elle avait le ton juste, capable d’attaques féroces contre les idées des autres tout en respectant les personnes qui les portent.

Son mot de clôture était particulièrement réussi, y reprenant des mots clés de sa soirée: courage, authenticité et ambition.

Mes adversaires, ce ne sont pas les trois autres chefs de parti, c’est la peur du changement, a-t-elle plaidé.

Mme Massé n’a peut-être pas imposé une idée forte qui aurait forcé la main aux autres chefs comme l’avait fait à l’époque Françoise David avec les personnes âgées. Mais, elle sort grandie de l’exercice.

Avec lequel des chefs aimeriez-vous prendre une bière, demande-t-on parfois dans les sondages? Jeudi soir, j’aurais dit Manon Massé. Il y a des soirs comme ça où on se prend à vouloir changer le monde. D’autres où on se sent plus paresseux.

Élections 2018

Et le gagnant est...

CHRONIQUE / S’il fallait déclarer un gagnant au débat de TVA, ce serait une gagnante. Manon Massé de Québec solidaire a démontré jeudi soir qu’indépendamment de la crédibilité contestée du cadre financier de Québec solidaire, elle pouvait tenir un discours politique pertinent. Du début jusqu’à la fin, elle a montré sa connaissance des sujets, et surtout son vécu sur le terrain. Son ton m’a rappelé par moments la sagesse de Françoise David dans ce genre de forum.

Jean-François Lisée, qui s’était démarqué dans les autres débats, a totalement raté sa rentrée. Au lieu d’y aller avec l’élégance et l’humour qui ont caractérisé sa participation à Radio-Canada et à CBC, il a été trop agressif. Il est sorti des sujets lancés par l’animateur Pierre Bruneau, qui a dû le rappeler à l’ordre à plusieurs reprises dans la première partie du débat. Lisée en a été visiblement déstabilisé.

Philippe Couillard et François Legault sont sortis indemnes de cet événement. M. Legault avait bien compris qu’il lui fallait conserver son calme au lieu d’invectiver son principal adversaire comme il l’avait fait à Radio-Canada. Pris en défaut par Philippe Couillard sur l’épineuse question de l’expulsion des immigrants, il a d’abord nié l’intention qu’on lui prêtait. Mais comme il n’allait nulle part avec ses arguments, il a habilement évacué cette controverse : «Je ne suis pas parfait, ça m’arrive de faire des erreurs. J’écoute mes gens et je me corrige». Sur cette lancée, il a reproché à Philippe Couillard de donner des leçons aux autres au lieu de les écouter.

Le chef libéral a bien mis à profit la formule de débat de TVA qui lui laissait plus de temps pour s’expliquer sur des sujets parfois complexes comme celui des soins dentaires aux jeunes de 16 ans et moins et aux aînés. Il a également profité de l’occasion pour expliquer sa déclaration du matin, concernant les gens qui n’ont que 75 $ par semaine pour se nourrir.

Ce fut un excellent débat que celui de TVA. La formule utilisée, celle des face-à-face, a permis de véritables discussions de fond entre les chefs, au lieu de laisser place à la cacophonie qui a caractérisé le premier débat. Et chapeau à l’animateur Pierre Bruneau, qui a su diriger les discussions avec son doigté habituel, mais avec fermeté au besoin.

Quel effet aura ce débat sur l’électorat? Difficile à dire, d’autant plus que les chefs se retrouvent vendredi soir chez Guy A. Lepage pour son émission de dimanche soir. Mais si effet il y a, ça ne pourrait que profiter à Québec solidaire dans des circonscriptions comme Taschereau, à Québec, où le parti a des chances réelles de l’emporter. Aux dépens du Parti québécois? Ça reste à voir. Mais Mme Massé a certainement convaincu bien des gens hier soir que les valeurs véhiculées par son parti valent la peine d’être considérées.

Je doute par ailleurs que ce débat change quoi que ce soit pour le Parti libéral et la Coalition avenir Québec (CAQ). François Legault et Philippe Couillard n’ont pas pris de risques inutiles. Ils ont joué leurs cartes avec prudence.

Il y a eu quelques bonnes citations pendant ce débat. Celle de Manon Massé dans son mot de la fin, m’a beaucoup plu: «Mes adversaires, c’est pas ces trois personnes-là, c’est la peur.»

Elle ne parlait pas de la peur du changement proposé par la CAQ. Simplement de la peur qu’ont toutes les sociétés de se lancer véritablement dans de grandes remises en question comme celle qui s’impose pour contrer les changements climatiques.