Guylaine Tremblay incarne Marie Lamontagne depuis le début de la série «Unité 9».

«Unité 9» s'arrêtera au printemps

CHRONIQUE / Marie Lamontagne n’a plus que 24 épisodes pour se libérer de son plus lourd secret, puisqu’Unité 9 s’arrêtera définitivement au printemps, après sept saisons de succès sur ICI Radio-Canada Télé. Une décision que les producteurs et que l’auteure avaient déjà fait connaître au diffuseur l’hiver dernier.

On sentait beaucoup d’émotion à l’autre bout du fil, lors de cette annonce importante en conférence de presse téléphonique. À l’origine, on avait laissé entendre que la série était prévue de sept à neuf saisons. Elle s’arrêtera finalement à la septième. C’est l’intuition qui a guidé Danielle Trottier à prendre cette décision. «Quand j’ai fini la sixième saison, mon instinct d’auteure commençait à voir la fin. Pourquoi? C’est inexplicable. Pour la septième saison, j’avais beaucoup de matériel qui convergeait vers une conclusion.»

Danielle Trottier annonce un rythme accéléré pour cette ultime saison. «J’ai encore beaucoup de choses à dire», affirme l’auteure, qui travaille déjà à une nouvelle œuvre, en développement à Radio-Canada. «Quand on commence une série comme Unité 9, s’il y a une chose qu’on ne veut pas rater, c’est bien la fin», ajoute-t-elle, laissant entrevoir une conclusion «puissante, sensible, spectaculaire émotivement».

Dès son entrée en ondes à l’automne 2012 avec l’incarcération de Marie Lamontagne, Unité 9 a connu un succès phénoménal, ralliant plus de deux millions de fidèles, et fournissant depuis à sa vedette Guylaine Tremblay une dizaine de trophées Artis. Même si elle n’a plus le succès des premières années, la série réalisée par Jean-Philippe Duval attirait encore 1567000 irréductibles la saison dernière, des chiffres dont rêverait n’importe quel auteur de fiction. La productrice Fabienne Larouche rappelle qu’Unité 9 est arrivée dans nos vies avant la vague de séries consacrées à des prisons de femmes comme Orange is the New Black et Wentworth.

On a pu reprocher à l’auteure d’escamoter certaines intrigues, laissées en suspens. Avec le succès sont aussi apparues quelques controverses, dont le fameux épisode du double viol, qui a suscité l’indignation chez plusieurs amateurs de la série. Mais c’est un cycle important qui se termine avec la fin d’Unité 9, qui nous aura donné droit à de grandes performances d’actrices, parmi les plus mémorables. On peut sans se tromper parler d’une des séries qui aura le plus marqué l’histoire de la télévision québécoise. Pas seulement en raison de ses cotes d’écoute faramineuses, mais aussi pour la qualité de ses textes et parce qu’elle abordait un sujet jamais traité de cette façon, celui de la dure réalité des femmes en prison.

Selon Guylaine Tremblay, Unité 9 a permis de changer les mentalités. «La perception des gens face aux femmes en prison a évolué avec la série, c’est indéniable. Ça n’arrive pas souvent dans une carrière de comédienne de participer à un projet qui a ce pouvoir-là. Unité 9 restera toujours un diamant parmi tout ce que j’ai vécu.»

On devra donc faire notre deuil de personnages aussi puissants que ceux de Suzanne, Shandy, Jeanne, Henriette, Jessica, et bien entendu, de Marie Lamontage, qui a alimenté les conversations bien au-delà des chaumières, notamment pour sa possible mort il y a deux ans. Son interprète, qui s’en faisait parler tous les jours, a développé un attachement particulier pour son personnage. «Je la considérais comme une sœur qui n’a pas eu ma chance. Moi, j’ai été aimée, j’ai eu un père extraordinaire, je n’ai jamais eu à craindre que mon père me touche», confie Guylaine Tremblay.

À Radio-Canada, qui tenait un gros succès, la direction a dû prendre acte de la décision. «Ça nous fait un peu de peine, mais on comprend très bien le raisonnement. C’est effectivement la meilleure décision», croit la directrice générale de la télévision, Dominique Chaloult. «Après avoir lu les textes des 24 prochains épisodes, je pense que les fans seront extrêmement heureux», prévoit le premier directeur des dramatiques et longs métrages, André Béraud.

L’ultime saison commencera le mardi 11 septembre à 20h. Une nouvelle détenue aura le temps de faire son entrée à Lietteville, Trécée Coicou (Schelby Jean-Baptiste), accusée de transport d’héroïne, de même qu’une nouvelle IPL, Claudine Moffatt (Jessica Barker). Qu’arrivera-t-il du bébé de Jeanne (Eve Landry)? Marie (Guylaine Tremblay) décidera-t-elle de le prendre avec elle? Et vous, quelles questions souhaitez-vous voir résolues d’ici la grande finale?

***

MATCH SERRÉ LCN-RDI

La première de Mordus de politique avec Sébastien Bovet sur ICI RDI a attiré 95000 curieux lundi après-midi, chauffant la nouvelle formule de deux heures de La joute de Paul Larocque, suivie par 102000 téléspectateurs à LCN. Il faudra voir à plus long terme si les départs de Luc Lavoie et de Bernard Drainville se feront sentir dans les sondages.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.