RICHARD THERRIEN

«Les chefs!», aussi populaire que l'an dernier

BLOGUE / La finale des «Chefs!» a rallié lundi 675 000 téléspectateurs, sur ICI Radio-Canada Télé. C'est presque identique à la finale de l'an dernier, présentée à la fin de l'été, le 4 septembre, et qui en avait attiré 670 000.

Après des résultats plus faibles de l'écoute en direct, Les chefs! s'est reprise dans les données confirmées, qui incluent les personnes qui enregistrent l'émission, disponibles une dizaine de jours après la diffusion. Ainsi, depuis le début de la saison, Les chefs! obtient une moyenne de 699 000 fidèles, comparativement à 711 000 pour toute la saison de 2017.

Le diffuseur n'a pas encore indiqué si l'émission serait de retour l'an prochain.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Guillaume Dumas quitte «Le TJ Québec week-end» pour la radio

BLOGUE / Guillaume Dumas prendra la barre de l'émission du retour sur ICI Radio-Canada Première à Québec, «C'est encore mieux l'après-midi», dès le 27 août prochain. L'animateur prend la relève de Catherine Lachaussée, qui réintégrera la salle des nouvelles d'ICI Québec.

Déjà, Guillaume Dumas était le remplaçant attitré de Claude Bernatchez à Première heure, au 106,3, ce qu'il fera d'ailleurs à partir du 25 juin. L'ancien journaliste du Soleil cède sa place de chef d'antenne du Téléjournal Québec du week-end à la journaliste Pascale Lacombe.

Marie Grégoire revient pour un deuxième été à la barre de l'émission d'après-midi, du 25 juin à la fin juillet.

C'est la deuxième fois que Catherine Lachaussée doit céder cette case horaire, qu'elle occupait depuis 2012. Elle l'avait aussi occupée durant neuf ans, jusqu'en 2007. Les derniers sondages Numeris révélaient que Radio-Canada cet après-midi arrivait quatrième derrière les émissions de CHOI, WKND et Rouge FM.

Cette annonce arrive quelques jours après celle du FM93, qui a confirmé l'arrivée d'Éric Duhaime dans l'émission du retour. Celui-ci sera remplacé par Luc Lavoie auprès de Myriam Ségal le midi.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

Luc Lavoie à Radio-Canada: pourquoi pas?

CHRONIQUE / Luc Lavoie se retrouvera-t-il à Radio-Canada cet automne? «Évidemment que ça me tenterait», a-t-il dit sans hésiter à l’émission Le beau dimanche. Le commentateur des deux dernières années à «La joute» à LCN a une hypothèse pour expliquer son «renvoi» de TVA : «Je servais de leçon aux autres». Selon lui, le diffuseur se serait servi de son cas pour dire à ses autres vedettes que c’est ce qui les attendait s’ils choisissaient de résister à leur exigence d’exclusivité. Malheureusement, l’animateur Jean-Philippe Wauthier n’a pas relancé son invité sur cette étonnante réponse, peut-être trop pressé par un agenda chargé dimanche.

Le Soleil annonçait mercredi que Luc Lavoie avait accepté de faire de la radio avec Bernard Drainville au 98,5 à partir du mois d’août. TVA lui a demandé d’y renoncer, mais il a refusé. «Je tiens ma parole», a-t-il dit. Depuis ses dernières discussions avec TVA, Luc Lavoie n’a pas reparlé à Pierre Karl Péladeau, dont il a longtemps été le bras droit et ami. Après 20 ans chez Québecor, il reconnaît avoir été déçu de cette décision. «Un peu, un peu. Mais les affaires sont les affaires», reconnaît-il. De là à se laisser aller au découragement, quand même pas. «Il y a des émotions qui viennent en jeu, mais il faut retomber sur ses pieds et continuer.» Ne lui reste maintenant que Radio-Canada pour s’exprimer à la télé, diffuseur qu’il a pourtant maintes fois pourfendu, alors qu’ICI RDI bâtit justement l’équipe de sa nouvelle émission de 16h, contre La joute.

«On va passer à l’histoire pour une chose, toi et moi: on s’est fait sacrer à la porte en même temps, le même jour!» a-t-il blagué au sujet de Martine Ouellet. Quelques jours après avoir obtenu un faible vote de confiance de 32%, la bientôt ex-chef du Bloc québécois était tout sourire dimanche. On était loin de la mine déconfite à Tout le monde en parle, l’hiver dernier. Si Martine Ouellet se reproche une chose, c’est d’avoir cru que les membres du Bloc assumaient leur mandat de faire la promotion de l’indépendance. Selon elle, le fait que «les démissionnaires ne reviendront pas» est bien la preuve qu’elle n’était pas le principal problème. Elle croit aussi que le fait qu’elle soit une femme a joué contre elle.

Luc Lavoie, qui n’a jamais épargné Martine Ouellet à La joute, s’est retenu cette fois. «En politique, on attaque les idées, pas les personnes», a-t-il dit, rappelant être allé manger au restaurant avec elle. Antoine Bertrand a questionné la politicienne en sabbatique forcée sur le faible appui à la souveraineté, particulièrement chez les jeunes. «La jeunesse était de votre bord [autrefois]», a-t-il rappelé. Ouellet est plutôt convaincue que les luttes intestines au sein du mouvement indépendantiste ont torpillé le concept d’indépendance, pourtant tout aussi pertinent, croit-elle.

En début d’émission, Antoine Bertrand a raconté être parti trois mois en voyage, notamment au Sénégal, où il a assisté à un combat de lutte avec frappe, le sport national. Il s’est retrouvé le seul Blanc de l’assistance, à devoir accorder des entrevues à des médias sénégalais, étonnés par sa présence!

On ne peut qu’aimer la franchise de Robin Aubert, dont le film Les affamés a remporté huit trophées du Gala Québec Cinéma. Il se surprend qu’on ait qualifié sa sortie sur la distribution déficiente de son film de «coup de gueule». Il considère n’avoir dit que la vérité. «Qui va m’empêcher de faire des films?» a-t-il demandé à l’animateur, qui soulignait le courage de sa franchise.

Aubert n’a pu s’empêcher de ridiculiser le propriétaire de salles de cinéma, Vincent Guzzo, convaincu qu’il s’agit d’un personnage inventé. «Chu sûr que le soir, y est en Speedo, y regarde Tu dors Nicole, pis y’aime ça. […] On dirait un personnage de Pierre Falardeau», a-t-il imagé. Aubert, qui tourne une série policière en anglais à Montréal pour CBC, a aussi raconté que Michel Côté l’avait texté, froissé par un commentaire dans son discours de remerciement. Les deux ont fini la conversation en se disant qu’ils s’aimaient.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Guy Mongrain quitte «La poule aux oeufs d'or»

BLOGUE / Après 25 ans à faire choisir l'oeuf ou l'enveloppe à «La poule aux oeufs d'or», Guy Mongrain annonce qu'il cède sa place. Il en était l'animateur depuis que TVA et Loto-Québec avaient choisi de ramener cette formule des années 50 et 60 en 1993.

Sur Twitter, la chroniqueuse Thérèse Parisien, du 98,5, écrit que M. Mongrain compte désormais se consacrer «à sa passion pour le voyage en VR».

Pendant plusieurs années, Guy Mongrain a animé La poule simultanément avec l'émission quotidienne Salut bonjour, qu'il a quittée après 13 ans en 2004 à TVA. En 41 ans de carrière, il a tour à tour été l'animateur de Samedi magazine, Québec à la carte, Charivari, Fort Boyard, Avis de recherche et Vingt et un.

Bon an mal an, malgré les railleries, La poule aux oeufs d'or a maintenu des cotes d'écoute fort respectables, souvent numéro un du palmarès au printemps. Les paris sont ouverts pour connaître le nom du successeur de Guy Mongrain.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Marie-Mai et Yann Perreau au «Premier Gala de l'ADISQ»

BLOGUE / Marie-Mai et Yann Perreau succèdent à Sébastien Diaz à l'animation du «Premier Gala de l'ADISQ». Cette 14e édition sera retransmise à Télé-Québec le mercredi 24 octobre à 20h, en direct du MTELUS (l'ancien Métropolis) à Montréal.

Diffusé quatre jours avant le grand gala du dimanche, le Premier Gala de l'ADISQ récompense notamment les artistes de jazz, de musique classique, de hip-hop et de musique alternative.

Auparavant L'autre Gala de l'ADISQ, cette soirée a été diffusée à MusiquePlus et MusiMax durant huit ans, avant de déménager à Télé-Québec en 2016. Sébastien Diaz en a été l'animateur à deux reprises.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

Divorce entre TVA et Luc Lavoie

Vous ne verrez plus Luc Lavoie à «La joute», ni à aucune autre émission de LCN et de TVA. J'ai appris qu'une semaine avant la fin de la saison, la direction de TVA Nouvelles n'a pu s'entendre avec le commentateur politique pour la prochaine saison. Des sources rapportent que TVA n'aurait pas apprécié de voir son «jouteur» accepter de collaborer avec Bernard Drainville à la radio cet automne. Luc Lavoie participait aussi à l'émission «Mario Dumont» à LCN, de même qu'aux soirées électorales de TVA.

Le 98,5 doit en effet annoncer que Luc Lavoie participera chaque jour à l'émission Drainville PM dès le mois d'août, de 14h à 15h, ainsi qu'à d'autres émissions du réseau de Cogeco. L'entreprise n'y aurait vu aucune interférence avec son travail à LCN, sachant de plus que Drainville est l'un des débatteurs de La joute avec Caroline St-Hilaire et Luc Lavoie. Mais selon ce dernier, TVA n'aurait pas vu la chose du même œil. D'autres sources affirment au contraire que TVA aurait offert de nouveaux projets à Luc Lavoie, en plus de La joute, mais que ce dernier aurait répondu qu'il s'était déjà engagé ailleurs.

Joint au téléphone, M. Lavoie affirme avoir appris dimanche soir que ses services n'étaient plus requis à LCN, à moins qu'il renonce à sa collaboration avec Cogeco. Déjà le lendemain, il n'était plus en ondes. «Mon contrat ne contenait aucune clause qui les autorisaient à me forcer à renier mon entente. Un contrat, c'est un contrat», dit-il, après avoir obtenu un avis juridique sur la question. Il considère que sa participation au 98,5 n'entrait aucunement en concurrence avec La joute, qui est diffusée à 16h. Luc Lavoie, qui collaborait déjà avec la station de Cogeco à Gatineau et BLVD à Québec, cite les exemples de Jean Lapierre, de Mario Dumont et de Richard Martineau, qui participaient à des émissions de LCN tout en faisant de la radio. Ancien bras droit de Pierre Karl Péladeau, M. Lavoie dit avoir toujours entretenu de bons rapports avec la direction des différents médias de Québecor. «Je sentais qu'on me considérait. Dire que je suis surpris de cette décision est un euphémisme», dit-il.

Un vide à La joute

C'est la seconde fois que TVA se départ de ses services. Il avait été suspendu quelques jours en octobre dernier, le temps d'une enquête de la Sûreté du Québec, après avoir raconté une mauvaise blague sur la chasse aux séparatistes durant La joute. En ondes, l'animateur Paul Larocque l'avait rappelé à l'ordre. Par la suite, M. Lavoie avait lui-même reconnu que ses propos étaient «inacceptables et stupides».

Son départ laissera certainement un vide à La joute, après deux saisons. Débatteur redoutable, Luc Lavoie est loin de faire l'unanimité mais est le principal atout de l'émission, qui a permis à LCN de battre à plate couture la deuxième édition des Ex sur ICI RDI, forçant la chaîne d'information de Radio-Canada à revoir sa stratégie pour l'automne. Il sera intéressant de voir si Bernard Drainville poursuivra son travail à La joute, malgré la décision de TVA de remercier son collègue, qui le rejoint à la radio.

Luc Lavoie raconte qu'il n'était pas du tout convaincu quand le vice-président de TVA Nouvelles, Serge Fortin, lui a proposé de faire équipe avec Bernard Drainville à La joute; la charte des valeurs de l'ancien ministre péquiste l'irritait au plus haut point. «Mais il s'est établi une chimie entre nous, même s'il n'y avait pas plus éloignés que nous politiquement. C'est un gars formidable, cultivé, très informé. Nous sommes devenus des amis», dit-il.

Chez Cogeco, on se réjouit de cette acquisition, sans toutefois commenter la décision de TVA. «C'est de la gestion interne chez Québecor. De notre côté, nous n'empêchons personne de travailler ailleurs», répond le directeur général du 98,5, Philippe Lapointe. Si la station a engagé Luc Lavoie, c'est parce qu'il «est un grand homme de communication, un gars très expérimenté, qui a une connaissance profonde du monde politique», poursuit M. Lapointe.

Plus tôt au printemps, Mario Dumont, qui anime une quotidienne à LCN, a confirmé qu'il mettait fin à sa participation à la commission Curzi-Dumont, segment de l'émission matinale de Paul Arcand au 98,5. On a invoqué de nouveaux projets pour l'animateur de LCN, sans donner plus de détails.

TVA n'a pas voulu commenter nos informations mais confirme que La joute sera de retour à l'automne.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Le Gala Québec Cinéma en hausse

BLOGUE / Plus de gens que l'an dernier ont regardé le Gala Québec Cinéma, dimanche sur ICI Radio-Canada Télé. Ainsi, 720 000 téléspectateurs étaient au rendez-vous plutôt que 583 000 en 2017.

Le tapis rouge, qui précédait le gala, a aussi augmenté avec 542 000 curieux, comparativement à 392 000 l'année dernière. Quant à l'Après-gala, il en a rallié 114 000, contre 193 000 l'an passé.

Au micro de Radio-Canada, Robin Aubert s'en est pris aux distributeurs des Affamés, Christal Films et Les Films Séville, qui ont choisi de ne pas vendre le film en DVD en raison de ses trop faibles recettes en salles. En recevant l'Iris du meilleur réalisateur, il a salué ses mentors, André Forcier et Robert Morin.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

Philippe Laprise et Pierre Hébert coanimeront les Olivier

BLOGUE / Philippe Laprise et Pierre Hébert, deux grands amis dans la vie, coanimeront le 20e Gala Les Olivier, le 9 décembre prochain sur ICI Radio-Canada Télé.

Le duo vedette de la défunte série VRAK la vie succède à François Morency, qui l'a animé à trois reprises. Découverte de l'année en 2010 aux Olivier, Pierre Hébert a remporté le trophée du spectacle d'humour pour Le goût du risque, lors du dernier gala.

Présenté jusqu'en 2016 à la fin du printemps, le gala de l'humour a été déplacé en décembre l'an dernier, question de profiter de la période des Fêtes, très florissante dans la vente des billets de spectacles.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

«Faire œuvre utile» devient une série

CHRONIQUE / La culture change des vies. Et ce n’est pas exagéré de le dire. Même moi, qui n’ai pas travaillé ailleurs que dans les pages culturelles, ne l’ai jamais aussi bien constaté qu’en lisant «Faire œuvre utile», le très réconfortant livre de la journaliste culturelle Émilie Perreault, lancé l’automne dernier. Après avoir lu ça, personne ne peut dire que la culture, c’est futile ou accessoire.

Voici que ces histoires de chansons, de livres ou de pièces de théâtre qui ont marqué la vie de personnes du public feront l’objet d’une série documentaire de 10 épisodes d’une heure, dès le vendredi 26 octobre à 20h sur ICI ARTV, et éventuellement sur ICI Radio-Canada Télé. L’émission donnera lieu à des rencontres entre les artistes et ces personnes qu’elles ont inspirées, en présence d’Émilie Perreault. «Une rencontre à trois, une discussion, d’égal à égal, où on va échanger autour de l’œuvre», décrit-elle. Comme dans le livre, on peut s’attendre à des moments très émouvants. «C’est touchant, mais pas larmoyant ni sensationnaliste, comme le livre ne l’était pas non plus.»

Parmi les histoires les plus touchantes racontées dans le livre, il y avait celle de Suzanne Prince, dont le père est décédé, prisonnier de son camion en flammes sur l’autoroute métropolitaine en août 2016. Il était allé voir la pièce de Robert Lepage, 887, complètement charmé et avait décidé d’acheter une paire de billets à sa fille Suzanne pour septembre. «Quand son père est décédé, tout ce qui lui restait de son père était cette paire de billets. Un mois et demi après son décès, elle a vécu une épiphanie en voyant cette pièce, où Robert Lepage parle de son propre père, un chauffeur de taxi», relate la journaliste.

Une jeune femme dont le père a voulu la marier de force en Irak, a décidé de refaire sa vie, inspirée entre autres par Mariana Mazza, à prendre ses propres décisions. Une dame dont le mari a été pris en otage au Soudan, se réconfortait en écoutant une chanson de Marc Hervieux. «Au lieu de prendre des médicaments, la chanson suffisait à l’apaiser.» Voilà autant d’histoires inspirantes qui seront traitées dans la série, produite chez Zone3, comme celles de Marc Séguin, Kim Thúy, Les Cowboys Fringants et Simon Boulerice. Environ la moitié des histoires relatées seront tirées du livre, les autres seront nouvelles.

RICHARD THERRIEN

«Danser pour gagner» n'aura pas de deuxième saison

BLOGUE / «Danser pour gagner», la compétition télévisée produite par Julie Snyder, n'aura connu qu'une seule saison à V. Sans surprise, le diffuseur a décidé de ne pas renouveler l'émission, qui a connu des résultats d'écoute en-dessous des attentes l'hiver dernier.

«Nous reconnaissons la grande qualité et le haut calibre de cette production qui aura été un succès d'estime notoire pour la chaîne, mais nous avons décidé de prendre de nouvelles orientations», nous dit-on aux communications de Groupe V Média.

Animée par Olivier Dion, cette adaptation québécoise de l'émission américaine America's Best Dance Crew a eu du mal à fidéliser le public, malgré une grande qualité de production. Le mercredi soir, en moyenne 305 000 téléspectateurs étaient au rendez-vous. C'était beaucoup plus difficile pour la quotidienne animée par Julie Ringuette. En entrevue au Soleil le mois dernier, la vice-présidente contenu de Groupe V Média, Brigitte Vincent, avait admis que «la danse urbaine, c’était peut-être un peu pointu pour nous», parlant néanmoins d'«une vitrine formidable» pour cette discipline.

Ce sont les gars de Rockwell Family qui avaient remporté la finale de Danser pour gagner, en mars.

Chez V, Julie Snyder continue de produire Occupation double, qui proviendra de la Grèce cet automne.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.