RICHARD THERRIEN

Nouveau record pour «District 31»

BLOGUE / L'intérêt pour «District 31» a atteint un nouveau sommet mardi soir, puisque la série de Luc Dionne a été regardée par 1 564 000 téléspectateurs sur ICI Radio-Canada Télé. C'est plus que le précédent record de jeudi dernier, qui était de 1 475 000.

Il faut dire que l'auteur dénoue (peut-être!) cette semaine une des intrigues les plus importantes, impliquant l'infâme Yanick Dubeau (Patrice Godin) et les disparitions de Charlène Baribeau (Sophie Desmarais) et d'Amélie Bérubé (Charlotte Legault).

Même si Yanick finit par être traqué, ça ne veut pas dire que le personnage disparaît de la série. L'auteur en a sûrement long à dire sur ses motivations pour commettre des gestes aussi tordus.

Pour avoir vu tous les épisodes de cette semaine, je peux vous dire que vous serez scotché à votre fauteuil jusqu'au bout.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

RICHARD THERRIEN

«Les pays d'en haut» s'arrêtera l'an prochain

BLOGUE / ICI Radio-Canada Télé annonce que la prochaine saison des «Pays d'en haut» sera la dernière. Autre déception: comme pour «Faits divers», la série de Gilles Desjardins sera réduite à six épisodes.

La série inspirée de l'oeuvre de Claude-Henri Grignon fait pourtant bonne figure dans les sondages d'écoute. Lundi dernier, 890 000 téléspectateurs étaient au rendez-vous, alors que Les invisibles a dû se contenter de 467 000 à TVA.

Il faut dire que la production, qui en sera à sa cinquième saison, doit être passablement coûteuse. Yan Lanouette Turgeon (L'imposteur, Unité 9) a pris la relève de Sylvain Archambault à la réalisation, ce dernier ayant été visé par des allégations d'inconduites sexuelles. Les fidèles de la série auront droit dans les prochains épisodes à des scènes d'hiver, une première.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

«Les invisibles» en manque de fidèles

CHRONIQUE / J’ai déjà entendu que la critique avait droit de vie ou de mort sur une production. Et j’ai toujours été convaincu que cette croyance ne s’appliquait pas, surtout en télévision. Ni l’inverse d’ailleurs.

Prenez par exemple Les invisibles, série presque unanimement saluée par la critique. Le premier épisode a attiré 636 000 curieux, qui l’ont regardé en direct à TVA. Si on ajoute les gens qui l’ont regardé plus tard, le chiffre monte à 974 000, presque autant que Les pays d’en haut, vue par 1044 000 fidèles sur ICI Radio-Canada Télé. C’est très bon.

Par contre, ça s’est gâté par la suite, puisque le deuxième épisode des Invisibles en a attiré 454 000 en direct, et le troisième, lundi dernier, 467 000, contre 890 000 pour Séraphin. Il faudra attendre les données incluant les enregistrements pour voir la tendance, mais pour un réseau grand public comme TVA, le lundi à 21h, l’ancienne case de la millionnaire Fugueuse, c’est peu, très peu. Même les agents de la série le diraient. Et ce n’est pas parce que la série produite par Sophie Lorain a manqué de promotion, on nous a bombardés de pubs.

J’admets que je suis un peu étonné de ces chiffres timides. Je n’ai jamais pensé que la série aurait son million chaque semaine, mais au moins 700 000 en direct. Et puis, la version originale française, Appelez mon agent, diffusée ici sur ICI ARTV, n’a pas été vue au point de nuire à son adaptation québécoise; ça reste marginal.

J’aurais cru entre autres que le nombre de gros noms qui viennent jouer leur propre rôle contribuerait à attirer le grand public. L’univers d’une agence artistique est-il trop hermétique pour atteindre monsieur et madame Tout-le-Monde? Le public a-t-il l’impression de voir des vedettes se parler entre elles sans trop comprendre ce qu’elles se disent? Ou alors, il n’arrive pas à s’attacher à ces personnages à l’égo démesuré, souvent capricieux et antipathiques?

Pourtant, je continue de croire que Les invisibles a beaucoup de qualités. Karine Gonthier-Hyndman est excellente dans le rôle d’Alexandra, et Bruno Marcil joue tout en nuances le monstre d’orgueil qu’est Jean-Frédéric. L’épisode de lundi, avec France Castel et Louise Marleau en ennemies jurées, est le meilleur des quatre que j’ai vus. Drôlement, je n’ai jamais eu le réflexe de comparer avec le même épisode français, que j’ai vu il y a longtemps. Au jeu des comparaisons, la copie ressort rarement gagnante, outre de très rares exceptions.

À ce titre, les exemples de séries encensées par la critique et boudées par le public sont nombreux. Je me souviens de Bunker le cirque, la série flyée de Luc Dionne qui suivait Omertà en 2002, que la critique avait trouvée géniale, moi y compris. Un portrait cynique et absurde de la politique avec David Boutin, et qui commençait avec Raymond Bouchard sur un bol de toilette. Le public n’a jamais embarqué. Même chose pour Temps dur, cette série sur le milieu carcéral masculin avec Robin Aubert et Patrice Robitaille, signée Jean Marc Dalpé, en 2004. Encore là, «génial» avaient écrit les chroniqueurs télé. Verdict du public : deux fois moins de téléspectateurs que Lance et compte : la reconquête. On pourrait aussi nommer Au nom de la loi, la série de Podz avec Patrick Huard, et plus récemment Série noire. On ne peut pas forcer un cœur à aimer.

À l’inverse, Entre chien et loup et L’auberge du chien noir ont été détestées par les chroniqueurs télé, sans que le public ne se laisse influencer. Celui-ci ne boude pas son plaisir non plus et suit massivement LOL, L’Échappée, Lâchés lousses et La poule aux œufs d’or, qui n’ont pas beaucoup d’adeptes chez la critique.

TVA croyait tellement aux Invisibles qu’il a commandé 24 épisodes, déjà tournés. La série a le temps de séduire de nouveaux adeptes, mais c’est plutôt mal parti.

RICHARD THERRIEN

Les premières images d'«Appelle-moi si tu meurs»

BLOGUE / Les premières images de la nouvelle série policière «Appelle-moi si tu meurs», signée Pierre-Yves Bernard et Claude Legault, sont vraiment intrigantes.

Claude Legault y joue un policier qui doit faire tomber un gros nom de la mafia. Il se trouve que celui-ci, incarné par Denis Bernard, est un ami de longue date. Le premier doit donc jouer sur les deux tableaux.

Ensemble, Pierre-Yves Bernard et Claude Legault avaient créé Dans une galaxie près de chez vous et Minuit, le soir. Réalisée par Claude Desrosiers (Aveux, Feux), leur nouvelle série sera disponible sur le Club illico à partir du 28 février.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Télé et radio

Amère Caroline Néron

CHRONIQUE / Caroline Néron est furieuse. Dimanche soir sur le plateau de «Tout le monde en parle», elle s'est vidée le cœur, se disant victime de désinformation et de l'acharnement des médias. Une entrevue où la femme d'affaires paraissait pour le moins amère, attaquée dans son intégrité, y allant d'accusations à l'emporte-pièce, livrées sur un ton souvent arrogant.

«C'est pas une faillite, c'est une restructuration», plaide Mme Néron, dont l'entreprise de bijoux a été placée sous la protection de la Loi sur la faillite. Son seul mea culpa concerne son point faible : les finances. Mais pour l'essentiel, c'est la faute aux médias. L'ex-dragonne s'en est pris notamment au dossier de La Presse, qu'elle accuse d'être basé sur les témoignages d'ex-employés plutôt que sur des faits. «Faut qu'y arrêtent à un moment donné, parce que l'entreprise va bien», dit-elle sérieusement. «Y'a jamais une paie qui a sauté chez nous», poursuit-elle, au sujet des employés pourtant encore impayés.

Sa réplique à François Lambert, qui a affirmé qu'elle n'avait rien à faire chez les dragons, ressemblait à du gros règlement de comptes. «Y veut être à TV, fait que donnez-y donc un show de TV», a-t-elle lancé. Elle prétend que M. Lambert a voulu revenir au sein des dragons mais que sa tentative a échoué. Bref, un entretien empreint de rancoeur qui n'attirait pas beaucoup la compassion. «La pire année de ma vie», a conclu Caroline Néron.

Il fallait s'y attendre : ce fut tout autrement pour la rayonnante Anick Lemay, notre étoile du match, accueillie chaleureusement sur le plateau. C'était la première fois qu'elle parlait à la télé des trois cancers qui lui sont tombés dessus. «J'ai l'impression d'avoir mangé une volée», confie celle qui n'aime pas qu'on la qualifie de courageuse, de guerrière, de battante. Elle préfère de loin qu'on développe de l'empathie, une qualité rare, en comparaison avec la compassion, très courante.

Nous avons été nombreux à suivre ses récits dans Urbania durant la dernière année, plus d'un million selon l'auteure. Ces confidences touchantes et franches seront d'ailleurs réunies dans un livre. Elle adore écrire, mais reste d'abord une comédienne et sera de retour en avril sur le plateau de «L'Échappée». «Te dire comment j'ai hâte», affirme-t-elle, ajoutant que sa Noémie aura beaucoup changé à son retour dans l'histoire.

Richard Therrien

SLAV : après les cris, le dialogue

CHRONIQUE / Jusqu’ici, la controverse entourant la tenue et l’annulation du spectacle «SLAV» n’avait pas créé grand dialogue. C’est vrai, les deux parties restent campées dans leur position sans véritablement débattre de la question. En est ressortie la sensation qu’«on ne peut plus rien dire ou faire au Québec», sans qu’on pousse plus loin la réflexion. C’est donc à point nommé qu’intervient «Entends ma voix», un documentaire encore tout chaud, que diffuse ICI ARTV lundi à 20h30. Pour ne pas que ce sujet litigieux tombe dans le vide et pour qu’il puisse susciter un réel débat.

Avant toute chose, je précise que la journaliste Véronique Lauzon, qui est derrière ce documentaire avec les réalisateurs Maryse Legagneur et Arnaud Bouquet, est une amie. Mais le sujet est trop important pour que je ne puisse y accorder l’attention qu’il mérite. C’est dit.

Rappelons les faits. Incursion dans l’univers des chants d’esclaves afro-américains, le spectacle SLAV, de Betty Bonifassi, Robert Lepage et Ex Machina, a suscité la controverse avant même le début de ses représentations, l’été dernier, en raison de la quasi-absence d’artistes noirs sur scène comme derrière. À l’extérieur du Théâtre du Nouveau Monde à Montréal, le soir de la première, des manifestants insultent les spectateurs, crient au racisme et à l’appropriation culturelle. Une semaine plus tard, après le boycottage du chanteur américain Moses Sumney, et voyant que la grogne ne s’estompe pas, le Festival international de jazz de Montréal annule le spectacle.

Quelques mois plus tard, la poussière est retombée, mais les plaies sont encore vives quand l’équipe d’Entends ma voix a invité des personnes des deux camps à se rencontrer, toujours en duo. Des tête-à-tête improbables, souvent corsés, mais nécessaires. En filigrane, on accompagne Betty Bonifassi, notamment en pleine répétition pour la reprise du spectacle. Celle-ci reconnaît qu’il y a eu des erreurs, notamment dans le numéro des femmes esclaves dans les champs de coton, personnifiées presque en totalité par des Blanches.

Mais sa version de l’annulation du spectacle diffère de celle du Festival de jazz, à qui elle affirme n’avoir jamais donné son accord. Les rencontres sont franches et honnêtes, au risque de faire mal parfois. Notamment quand le rappeur Webster avoue en tout respect à Betty Bonifassi avoir été content d’apprendre que le spectacle était annulé.

La rencontre la plus tendue survient toutefois entre la directrice artistique et générale du TNM, Lorraine Pintal, et l’auteur-compositeur-interprète Emrical, activiste de premier plan lors des manifs. Pour la première, qui dénonce les moyens «aussi radicaux que violents» employés par les manifestants, personne ne méritait de se faire traiter de raciste. Elle considère toujours cette annulation comme un geste de censure. À l’opposé, Emrical fait remarquer que la totalité des metteurs en scène de la prochaine saison du TNM est composée de Blancs.

La rencontre entre Betty Bonifassi et l’artiste hip-hop et activiste Lucas Charlie Rose est sans doute la plus touchante, cordiale au début, mais beaucoup moins vers la fin. C’est par la musique qu’ils s’entendront le mieux. «Vous nous avez toutes brûlées comme des sorcières sur la place publique», accusera-t-elle ensuite, réplique que l’activiste prendra comme une insulte.

Robert Lepage, qui a admis ses torts dans une lettre ouverte en plein temps des Fêtes, ne s’érige pas en victime, bien au contraire. Dans une entrevue réalisée il y a à peine une semaine, il fait d’ailleurs un aveu un peu troublant : «je ne connais plus le Québec», dit-il, inconscient jusqu’ici du malaise identitaire qui pouvait exister chez nous, depuis qu’il passe la majorité de son temps à l’étranger. Lepage prend acte et agit. Il s’assurera entre autres d’une meilleure représentation de la communauté afrodescendante de Québec au sein de la programmation du futur Diamant.

Sans mauvais jeu de mots, tout n’est pas tout noir ou tout blanc. L’acteur et ancien ministre Maka Kotto tient des propos qui détonnent, qualifiant plutôt d’«appréciation culturelle» le fait d’attribuer le rôle d’une esclave noire à une Blanche. Le documentaire ne prend parti ni pour l’un ni pour l’autre, mais laisse les protagonistes réfléchir à voix haute. Au final, on sent tout de même plus d’ouverture du camp SLAV que de ses détracteurs, toujours à vif. On laisse d’ailleurs le mot de la fin à une des deux artistes noires du spectacle, Kattia Thony, accusée par les manifestants d’être «vendue», et qui a une tout autre interprétation de la chose.

Entends ma voix ne règle pas la question, mais force le dialogue, et c’est déjà un pas dans la bonne direction. La diffusion du documentaire, produit chez Pamplemousse Média, arrive alors que de nouvelles représentations de SLAV tiendront l’affiche dans quelques villes québécoises, à commencer par Sherbrooke, le 16 janvier à la Salle Maurice-O’Bready. Même remaniée, cette version satisfera-t-elle les détracteurs?

Richard Therrien

Deux hommes en congé, la messe à l’automne

CHRONIQUE / Y’a du monde à messe, diffusée les vendredis soir d’été à Télé-Québec, se poursuivra tout l’automne jusqu’au 6 décembre, ai-je appris. En septembre, l’émission de Christian Bégin prendra effectivement la case de Deux hommes en or, qui ne sera de retour qu’à l’hiver.

On sait que Patrick Lagacé, qui coanime Deux hommes en or avec Pierre-Yves Lord, sera très occupé cet automne puisqu’il pilotera le retour à la maison au 98,5 à Montréal, occupé actuellement par Paul Houde. Ce congé de Deux hommes lui laissera le temps d’installer son émission de radio. Quant à Deuxième chance, que Patrick Lagacé coanime avec Marina Orsini sur ICI Radio-Canada Télé, elle n’a pas été renouvelée pour la saison prochaine.

Y’a du monde à messe, qui a connu un beau succès lors des deux derniers étés, en sera à sa troisième saison et s’allongera donc à 27 émissions cette année. L’émission reviendra le vendredi 7 juin à 21h.

Oui à Faits divers, Non à Demain des hommes

L’excellente série Faits divers aura une troisième saison. Seule déception: nous n’aurons droit cette fois qu’à six épisodes, plutôt que les 10 habituels. De plus, sachez que cette nouvelle saison sera d’abord disponible sur l’Extra d’ICI Tou.tv, alors qu’elle était plutôt diffusée en primeur sur ICI Radio-Canada Télé pour ses deux premières saisons. La série de Joanne Arseneau sera une nouvelle fois réalisée par Stéphane Lapointe. Il faut croire que le diffuseur aimait la série autant que nous, puisqu’elle ne cassait rien dans les sondages malgré toutes ses grandes qualités; la première saison avait rallié 658 000 fidèles, et la deuxième, 635 000. La troisième devrait donc repartir une toute nouvelle enquête pour la chef enquêtrice du bureau régional de Mascouche, Constance Forest (Isabelle Blais). Déception par contre pour Demain des hommes, qui n’aura pas droit à une deuxième saison. L’auteur Guillaume Vigneault a fait part de sa déception sur sa page Facebook hier. CBC a toutefois commandé une version anglophone de la série sur le monde du hockey junior.

Télé et radio

Sondages d’automne: Savard chauffe Jobin

CHRONIQUE / Au printemps 2017, on aurait pu parler d’accident de parcours ou de circonstances particulières pour expliquer la forte baisse du «TVA 18h» de Pierre Jobin au profit du «Téléjournal Québec» de Bruno Savard. Après un léger regain de vie lors des sondages suivants, la tendance se maintient auprès de l’auditoire de Québec, qui déserte peu à peu le bulletin de «TVA Québec» pour adopter celui d’ICI Québec.

Ainsi, de 126 000 qu’ils étaient l’an dernier, les fidèles de Jobin ne sont plus que 115 000 cette année, alors que ceux de Savard passent de 65 000 à 81 000, ce qui permet au Téléjournal Québec d’accéder au palmarès des 30 émissions les plus regardées à l’automne 2018, selon la firme Numeris. Plus que 34 000 séparent désormais le nombre de téléspectateurs des deux stations à 18h. Pour sa seconde demi-heure, Le téléjournal Québec connaît aussi un bel essor, passant de 44 000 à 65 000, contre Le tricheur de Guy Jodoin, qui passe de 102 000 à 87 000 à TVA. Le week-end, Le téléjournal Québec de Pascale Lacombe voit son nombre de fidèles augmenter, passant de 47 000 à 64 000.

C’est un très bel automne pour ICI Québec, qui domine en heures de grande écoute et occupe sept positions du top 10 des émissions les plus regardées, dont les trois premières avec Unité 9 (214 000), District 31 (214 000) et le Gala de l’ADISQ (190 000). Alors que La voix junior se hissait en tête de ce même palmarès l’an dernier, TVA n’arrive qu’à la quatrième position avec Révolution (180 000), suivie de deux autres titres d’ICI Télé, Tout le monde en parle (169 000) et En direct de l’univers (166 000). L’Échappée (159 000), L’heure bleue (148 000), Ruptures (130 000) et Discussions avec mes parents (127 000) complètent ce palmarès. Notez que V se glisse parmi le top 30 avec l’édition du dimanche d’Occupation double Grèce, à la 19e position (108 000), et la quotidienne à la 24e (91 000). XOXO est exclue du palmarès.

Cette popularité de la grille d’automne d’ICI Radio-Canada Télé se traduit aussi dans les parts de marché globales, qui gagnent deux points (22,3 %), alors que celles de TVA en perdent pratiquement quatre (28,6 %). Jamais ne voit-on si peu d’écart entre les deux stations locales. V (5,3 %) et Télé-Québec (2,4 %) perdent à peine un dixième de point chacune. En soirée, l’augmentation d’ICI Québec est encore plus marquée avec quatre points de plus (32,5 %), alors que TVA dégringole de cinq points (22,5 %), 10 points derrière le diffuseur public.

GROS LUNDI SOIR

Le public de District 31 s’ennuyait de ses enquêteurs préférés puisque 1462 000 fidèles étaient au rendez-vous lundi dernier à 19h, ce qui place la quotidienne de Luc Dionne en tête du palmarès provincial, et de loin. Au deuxième rang, la nouveauté Un zoo pas comme les autres, a attiré 965 000 curieux à TVA, pourtant à la même heure. C’était toute une soirée de télé lundi, avec sept fictions, dont deux nouveautés très attendues. À 19h30, En tout cas (825 000) à TVA devance Lâcher prise (792 000) d’ICI Radio-Canada Télé. À 20h, la nouvelle série avec Marina Orsini, Une autre histoire, a fait peu de vagues avec ses 596 000 téléspectateurs sur ICI Télé, contre 958 000 pour L’Échappée à TVA. À 21h, c’est presque nul entre Les pays d’en haut (697 000) à ICI Télé et Les invisibles (636 000) à TVA.

Télé et radio

«Unité 9»: peut-on tout pardonner?

CHRONIQUE / Plus que 12 épisodes avant que Lietteville nous ferme ses portes. D’ici là, l’auteure Danielle Trottier compte régler plusieurs dossiers, mais pas à la sauvette. Les trois premiers épisodes d’«Unité 9», montrés aux journalistes, annoncent une quête vers la paix pour plusieurs personnages. Et pour y parvenir, ils devront chercher dans des zones grises et ô combien délicates.

Jeanne, qui nous a révélé Ève Landry au tout début de la série, sera certainement au centre de l’histoire pour ce dernier bloc d’épisodes. La belle amitié qu’elle entretient avec Eyota (Natasha Kanapé Fontaine), née au maximum, se poursuivra cet hiver. Par contre, ce lien qu’elle entretient depuis toujours avec Marie (Guylaine Tremblay) sera mis à rude épreuve. Jusqu’ici, personne d’entre nous n’aurait compris que Jeanne accepte d’adresser la parole à son agresseur, qui souhaite aujourd’hui obtenir la garde de la petite Victoire, née d’un viol. Vous verrez dès l’épisode de mardi que la réalité est plus complexe; de nouveaux éléments risquent de changer (un peu) votre opinion sur le violeur, Patrick Sirois (Maxime Dumontier).

Cette ambiguïté, qui a souvent suscité chez nous une empathie qu’on croyait improbable, a été l’une des grandes forces d’Unité 9 à travers les années : qu’on pousse le public à n’accorder ne serait-ce qu’une minute d’attention à des femmes qui ont commis des actes aussi horribles relevait du défi. C’est toute la profondeur et la subtilité de l’écriture de Danielle Trottier, qui nous ont gardés aussi longtemps devant notre écran le mardi à 20h. Pour l’auteure, c’est mission accomplie.

Prenez le personnage de Macha Vallières (Hélène Florent), qui a abusé d’enfants. L’image de son père, qu’elle a toujours idéalisée, en prendra un coup. Là aussi, sans jamais excuser l’acte, certains éléments expliqueront en partie le comportement de la détenue, encore appuyée par son ex-mari (Gabriel Sabourin), ce qui n’est pas banal. Mais qu’arrivera-t-il de notre Marie adorée? On peut supposer qu’elle fera enfin d’ici la fin de la saison son fameux aveu à Lucie, réclamé par le public, mais dans les faits, beaucoup plus ardu qu’une simple révélation.

J’adore Kathleen Fortin, qui apporte tout un relief au personnage de Manon «Boule de quille» Granger, que vous verrez beaucoup dans les prochains épisodes. Une stupéfiante transformation pour cette actrice, qui nous a éblouis en chanson à En direct de l’univers — Spéciale du jour de l’An. Il se crée entre Manon et le nouvel aumônier (René Richard Cyr) une relation des plus étranges; elle lui confie tout dans les moindres détails, y compris les abus sexuels dont elle a été victime. Ronald semble presque y prendre plaisir, ce qui ajoute à toute l’étrangeté du personnage. «Dans le fond, Ronald, c’est comme une femme de ménage; il veut juste nous aider à nous laver l’intérieur», dira Manon, dont on verra le frère dans des circonstances particulières.

Vous assisterez à plusieurs moments très émouvants dans les épisodes à venir. Dont une rencontre impliquant Manon, qui pourrait lui ouvrir de nouveaux horizons, et une scène où Jeanne fera la paix avec un des épisodes les plus durs de son passé. On a beaucoup pleuré sur le plateau en tournant les dernières scènes; nous verserons sans doute quelques larmes quand nous les verrons au printemps.

«Ça va faire peur au monde.» C’est une phrase qu’entendait le directeur des dramatiques André Béraud, quand il a donné le feu vert au projet d’Unité 9, d’abord refusé par TVA. L’univers d’une prison pour femmes faisait craindre une série glauque, trop sombre pour plaire au public. Le diffuseur a tenu son bout et le public s’est aussitôt pris d’affection pour ces criminelles. Le réalisateur Jean-Philippe Duval, qui venait du cinéma, aura tenu les sept saisons de la série, appuyé à quelques reprises par d’autres réalisateurs.

Déjà, la direction d’ICI Radio-Canada Télé sait ce qui devrait occuper la case du mardi à 20h cet automne. Le diffuseur développe un nouveau projet avec l’auteure Danielle Trottier et les producteurs Fabienne Larouche et Michel Trudeau, dont ils taisent pour l’instant la nature.

Près de 1,5 million pour «La fureur»

Jamais une émission ne dépasse le million le samedi soir à la télé généraliste. Mais c’était spécial cette semaine, alors qu’ICI Radio-Canada Télé ramenait La fureur pour un soir seulement. L’opération a été un succès, ralliant 1486 000 téléspectateurs, en direct devant leur écran, pour une part de marché de 46 %. Voilà qui donnera de l’espoir aux fans qui souhaitent le retour de l’émission. Pour ma part, je pense qu’un retour annuel serait le meilleur choix. Chaque semaine, ce serait peut-être un peu ambitieux. Le diffuseur n’a pas ailleurs pris aucune décision à ce sujet. À TVA Sports, le match opposant le Canadien aux Predators a été vu par 460 000 amateurs.

RICHARD THERRIEN

On veut encore «La fureur»

BLOGUE / C'est à se demander pourquoi personne n'y avait pensé avant. L'engouement pour «La fureur», qu'on a fait revivre le temps d'un soir samedi sur ICI Radio-Canada Télé, n'a rien perdu de sa vigueur, bien au contraire. Additionné du facteur nostalgie, l'effet «Fureur» avait même quelque chose de délirant, 20 ans après sa naissance dans le même studio 42. De la pure folie.

Déjà, après quelques minutes, on savait que ce retour pour un soir de La fureur serait un succès. Et que sans aucun doute, les fans n'attendront pas un autre 10 ans pour renouer avec le jeu mythique. C'est en pleine euphorie qu'est entrée Véro pour sa fameuse danse en ouverture. Comme dans le bon vieux temps, à part le décor, rien n'avait vraiment changé.

Joueurs vétérans – Élyse Marquis et Sébastien Benoit toujours aussi compétitifs – et ceux de la nouvelle génération – Mariana Mazza et Katherine Levac particulièrement euphoriques – se sont succédés au jeu, gars contre filles, avec la même furieuse rivalité. Une fois la chanson de ralliement passée, le jeu de «la chanson arrêtée» a donné le ton. D'un côté comme de l'autre, les candidats passeront leur temps à contester le pointage, comme dans le temps. La rivalité s'est même transportée dans le ménage Cloutier-Morissette : «J't'ai rencontrée icitte, j'peux te laisser icitte!» a lancé Louis à son épouse, lui remettant son jonc de mariage, que Phil Roy s'est empressé d'aller récupérer. Le duo se «réconciliera» plus tard, le temps d'une version modifiée du Feu sauvage de l'amour.

Le jeu a permis de revoir Linda Malo et Isabelle Brossard, qu'on n'avait pas vues depuis belle lurette. Un numéro réunissant les chanteurs des groupes Yelo Molo, Okoumé, Kaïn, La Chicane et Noir Silence a créé un moment magique en studio, le public reprenant en choeur leurs succès, de Juste pour voir le monde à Embarque ma belle. Dans un medley endiablé, Gabrielle Destroismaisons est venue faire un (trop court) bout de Et cetera.

Du côté des bémols, on aurait aimé voir les paroles arriver un peu plus vite à l'écran. Ça aurait entre autres évité un imbroglio impliquant Jay Du Temple, dans le jeu de la caméra musicale. La reprise d'un succès de Britney Spears par Charlotte Cardin était sympathique, mais on aurait souhaité plus d'invités spéciaux. Pour la fin, surprenante comme on les aime avec une victoire des filles 18 à 15, on aurait dû nous laisser la musique-thème au lieu de couper aussi sèchement; Le téléjournal aurait bien pu attendre, c'est pas tous les samedis soir qu'on peut renouer avec La fureur. Souhaitons que le diffuseur renouvelle l'expérience plus tôt que tard.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.