Plein air

Des bas cyclistes… à 6600$ la paire!

BLOGUE / Le hasard et la nature font bien les choses.

À la recherche de la fibre la plus résistante pour créer les bas cyclistes les plus évolués, la compagnie américaine DeFeet a réussi à filer et tisser la soie de l’araignée néphyle dorée (Golden Silk-Orb Weaver). 

Incroyablement solide et légère, la soie est également de l’exacte couleur du maillot jaune au Tour de France. 

DeFeet savait du coup quoi offrir à l’un de ses fidèles partenaires de l’univers cycliste, en course actuellement à travers la France.

Plein air

Le casque de ski protège... mais pas contre les traumas graves dit une étude

BLOGUE / Le Centre de recherche de l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal a publié récemment une étonnante étude dans le journal «Wilderness & Environmental Medicine». Sous la loupe, le port du casque de ski qui protègerait les utilisateurs de blessures mineures... mais pas des traumas importants.

Relayée par le site spécialisé Backcountry Skiing Canada, la recherche s'étend de 2012 à 2014 dans 30 centres de ski français.

Au total, 1425 participants qui ont subi des traumas au cerveau et 1386 autres qui on été blessé plus légèrement à la tête ont été comparés à deux groupes contrôle — 2145 participants sans blessures et 40288 blessés ailleurs qu'à la tête.

Résultat de l'imposante recherche: si la hausse du port du casque chez les skieurs et planchistes réduit les le nombre total de blessures à la tête, son effet sur les risques de traumas cérébraux importants et de mort est autrement jugé «insignifiant».

Il est noté que les blessures à la tête sont la première cause de décès chez les skieurs et planchistes. Les traumas «catastrophiques» comptent de leur côté pour 3 à 15% des blessures reliées aux sports d'hiver. 

L'étude met en évidence que les participants néophytes, de moins de 16 ans, et de plus de 50 ans, sont ceux qui présentent le plus de risques de blessures à la tête. Adepte d'acrobaties dans le parc à neige? Les risques de blessures à la tête y sont plus importants que tout autre trauma.

Étonnamment, le port du casque réduirait le risque de blessures aux autres parties du corps. Selon le Dr Nicolas Bailly, dont les propos sont rapportés sur le site Inthesnow.com, «ce résultat suggère que ceux qui portent le casque prennent moins de risques que ceux qui n'ont portent pas». Ce qui est pourtant contradictoire à la croyance que le port d'un casque amène les sportifs à prendre plus de risques, se croyant davantage en sécurité, souligne le chercheur.

Pour le Dr Bailly, «cette recherche soulève d'importantes questions pour la communauté scientifique et pour les manufacturiers de casques, sur comment les produits peuvent être améliorés pour mieux protéger les sportifs des commotions».

Plein air

Quand sac de randonnée rime avec louer

BLOGUE / L'idée est presque trop simple. Pourquoi acheter un dispendieux sac à dos pour un usage périodique quand il est possible de le louer? Grâce à la jeune entreprise bpackr, c'est possible.

Sacs de jour, de voyage, de longue randonnée ou même un porte-bébé, bpackr offre en location une gamme de modèles du réputé manufacturier Osprey.

À partir de 25$ plus taxes, il est ainsi possible de pouvoir compter sur un sac de qualité. Par exemple, pour une location d'une semaine (7 jours), un sac de 70 litres vous coûtera moins de 55$ tout inclus. 

Un bon deal pour avoir accès à un Osprey Aether AG 70... qui frôle les 400$ en magasin!

Le fonctionnement avec bpackr est simple. Il suffit de réserver en ligne le modèle selon le volume désiré (de 20 à 70 litres), la taille et les dates qui conviennent. 

Au moment et à l'endroit que l'on détermine, bpackr achemine par Poste Canada le sac dans une enveloppe de transport. Au retour, il suffit de simplement le retourner de la même façon.

Plein air

Deux extra-terrestres survolent la «grosse roche»

BLOGUE / L'exploit sportif du mois, et certainement de l'année si vous vous intéressez à l'escalade, c'est actuellement qu'il se déroule. Ou presque. Après avoir repris le record de vitesse pour l'ascension de la légendaire voie du Nose (près de 1000 mètres de haut), à Yosemite en Californie, les deux méga-vedettes de la grimpe Tommy Caldwell et Alex Honnold visent maintenant à passer sous la barre des deux heures pour gravir le géant qu'est El Capitan.

Question de mettre en perspective l'exploit, la nouvelle marque établie par Caldwell et Honnold mercredi est de 2:10:15. Le record précédent réalisé par Brad Gobright et Jim Reynolds l'automne dernier était de 2:19:44. Je vous avais d'ailleurs récemment parlé d'un fabuleux court-métrage qui relatait l'ascension de Gobright et Reynolds.

Preuve que rien n'est laissé au hasard dans cette quête de vitesse, de plus en plus les secondes comptent. C'est fou d'y penser car pour le commun des mortels, qui auraient néanmoins la forme et la technique nécessaires pour ce genre de défi, l'ascension du Nose prend en moyenne... de trois à quatre jours!

Combien de temps pour la première ascension en 1958? Quarante-sept jours! Le Nose en moins d'une journée? C'est arrivée presque deux décennies plus tard, en 1975 (17:45). Sous les trois heures, en 2002 (2:48:55)!

Pour un record de vitesse, le style importe peu — en artif où l'on peut se hisser sur les protections ou encore en escalade libre —, du moment que les grimpeurs progressent vers le haut, c'est bon. Mais seulement des athlètes du niveau de Caldwell et Honnold peuvent rêver de pareil sprint sur la «grosse roche» qu'est El Capitan.

Une autre journée au «bureau», si l'on peut dire, pour les deux partenaires...

Tommy Caldwell a établi sur El Capitan la voie longue la plus difficile en 2015, avec son désormais mythique Dawn Wall.

Plein air

Un trésor de 65 000 $ caché au sommet de l'Everest

BLOGUE / Au moment où la saison des ascensions à l'Everest tire à sa fin, les rares grimpeurs qui tentent encore d'atteindre le sommet doivent garder l'oeil ouvert. Un trésor a été caché quelque part tout en haut de la cime de 8848 mètres récemment, soit un «porte-monnaie» contenant 500 000 jetons de la cryptomonnaie ASKT, qui seraient évalués à 50 000 $US (près de 65 000 $CAN).

Cette étonnante chasse au trésor est un coup publicitaire du réseau social ASKfm pour lancer sa nouvelle cryptomonnaie. 

En partenariat avec une équipe principalement ukrainienne, l'entreprise Web californienne a demandé au leader d'un groupe d'aventuriers, Taras Pozdnii, de cacher au sommet un précieux «porte-monnaie» Ledger (une sorte de petit disque dur sécurisé), renfermant 500 000 jetons.

Le 14 mai, Pozdnii a atteint le toit du monde avec Seven Summits Treks Outfitters et aurait accompli sa mission, enfouissant la petite boîte blanche dans la neige, sous l'un des nombreux drapeaux qui jonchent le sommet. On peut d'ailleurs le voir dans la vidéo ci-haut.

Reste maintenant à savoir quand un alpiniste épuisé et victorieux retrouvera la boîte. Quand on sait l'effort nécessaire pour atteindre le sommet de l'Everest et combien le temps est compté dans l'air raréfié de la «zone de la mort», on peut certainement douter que bien des alpinistes se risqueront à fouiller la neige du toit du monde dans l'espoir de trouver cette obscure cryptomonnaie...

Plein air

Psicobloc: le gros «splash» de l'été en escalade

BLOGUE / Assurément, l'événement sera un gros succès cet été. Imaginez l'élite de l'escalade réunie le temps d'une compétition spectaculaire où l'action se déroule sur un impressionnant mur de plus de 17 mètres de haut, se déversant au-dessus d'un piscine. Mesdames et messieurs, attention, le phénomène Psicobloc s'amène à Montréal...

Mise en place annuellement depuis 2013 au bassin olympique de Park City, en Utah, la série Psicobloc Masters est l'idée de la légende de l'escalade Chris Sharma.

Au programme, du solo au-dessus d'un bassin d'eau profonde pour protéger des chutes. En format duel, les grimpeurs s'exécutent sans autre forme de protection sur le mur de 16,7 mètres de haut et déversant... sur 8,5 mètres! Le premier en haut passe à la ronde suivante, et ainsi de suite.

La compétition d'escalade unique en son genre fera son apparition au Canada pour la première fois la fin de semaine du 23 au 25 août, au Parc Jean-Drapeau.

Plein air

L'incroyable traversée des Alpes du Red Bull Der Lange Weg

BLOGUE / Au départ, l'idée était de voir ce que pouvait faire un groupe de skieurs-alpinistes de premier plan avec des équipements et l'entraînement modernes, face à un record vieux de 1971. Une traversée des Alpes à ski et à pied, de Vienne à Nice, complétée à l'époque en 41 jours.

Sur la ligne de départ le 17 mars dernier, Bernhard Hug, David Wallmann, Philipp Reiter, Janelle Smiley, Mark Smiley, Tamara Lunger et Núria Picas. Un groupe d'athlètes internationaux, prêts à s'attaquer ensemble au record détenu par les Autrichiens Robert Kittl, Klaus Hoi, Hansjörg Farbmacher et Hans Mariacher.

Au programme, du ski en montagne (environ 70% du temps) autant à la montée qu'à la descente, sinon des passages à pied quand la glisse était impossible.

Une «petite» balade de 1721 km et de 90 000 mètres de dénivelé positif à travers les Alpes que cinq des aventuriers auront réalisé en 36 jours. Lunger et Picas seront malheureusement contraintes à l'abandon en cours de route, après des blessures.

Il faut dire que la traversée était pour le moins exigeante. Car au-delà des difficultés techniques d'une pareille aventure en montagne, il y avait cet incroyable rythme à soutenir, jour après jour.

Plein air

Perdez-vous dans l'immensité du vide californien avec «Two Nineteen Forty Four»

BLOGUE / Certains exploits dans les discipline de l'aventure sont difficiles à mettre en perspective. Notamment en escalade, où les records sont souvent intangibles pour le commun des mortels. Grimper le mythique Nose sur El Capitan, au parc national de Yosemite, en 2h19:44 ça ressemble à quoi? Maintenant, il est possible d'en avoir une impressionnante idée...

Dans un film de sept minutes et 18 secondes, le photographe Tristan Greszko nous fait revivre en accéléré l'ascension record du Nose réalisé par Brad Gobright et Jim Reynolds en octobre 2017.

Après 11 tentatives sur la légendaire voie de granite du géant californien, Gobright et Reynolds touchaient le sommet en 2h19:44, d'où le titre du film Two Nineteen Forty Four. Ils amélioraient ce qui semblait déjà intouchable, soit la marque de Hans Florine et d'Alex Honnold datant de 2012. Le duo de professionnels avait gravit les quelques 1000 mètres du Nose en 2h23:46. 

Plein air

Grimper l'Everest une fois, deux fois... 22 fois!

BLOGUE / Avec le retour du printemps, c'est la saison des ascensions sur l'Everest qui débute. Et cette année, un grimpeur népalais, Kami Rita Sherpa, risque de se retrouver au sommet. Au propre comme au figuré. Seul avec une 22e ascension du toit du monde à son actif, un record.

La première fois où l'aventurier a foulé le sommet du géant de 8848 mètres, c'était en 1994. Depuis, il a multiplié les séjours sur la montagne pour accompagner des clients commerciaux. Kami Rita, 48 ans, est actuellement au boulot pour une compagnie d'aventure américaine.

Le record actuel de 21 ascensions est détenu par trois Népalais: Apa Sherpa, Phurba Tashi Sherpa et Kami Rita Sherpa.

En comparaison, la marque pour un grimpeur non tibétains ou népalais est de 15, détenue par l'Américain Dave Hahn.

Déterminé et confiant, Kami Rita Sherpa veut même porter la marque à 25 avant de prendre sa retraite. Pour le plaisir de grimper, mais surtout «pour faire l'histoire», a-t-il raconté à la BBC.

Un record qui sera l'affaire seule de Kami Rita Sherpa, alors que ses deux compatriotes avec qui il partage l'actuelle marque sont désormais à la retraite.

Si tout va comme prévu, le Sherpa devrait atteindre le toit du monde le 29 mai à partir du côté népalais, le jour même du 65e anniversaire de la toute première ascension de l'Everest.

Une façon de rendre hommage à Sir Edmund Hillary et Tenzing Norgay Sherpa. Vingt-deux fois plutôt qu'une.

Plein air

Ski au Nunavik et au Labrador: suivez le guide!

BLOGUE / Au moment où le ski d'aventure a comme jamais le vent dans les voiles au Québec, certains adeptes repoussent les frontières de leur terrain de jeu. C'est le cas de Jacob Laliberté et de Bruno-Pierre Couture, qui ont décidé de partager le fruit de leurs explorations avec le guide pour skier au Nunavik et au Labrador.

Bien de leur temps, les deux jeunes aventuriers ont choisi de créer le guide Nunavik & Labrador backcountry skiing en format application mobile. Une façon de faire qui permettra de bonifier l'ouvrage avec le temps, les commentaires et les découvertes à venir.

«On sait déjà que la version papier serait appréciée, mais notre but c'était de faire en sorte qu'on ne puisse pas perdre les informations et ajouter de l'information au fur et à mesure», raconte Bruno-Pierre.

Le guide de métier et participant à l'expédition Projet Karibu en 2014, Bruno-Pierre a passé pas mal de temps dans le nord du Québec et au Labrador. Un plaisir à skier du terrain exclusif qu'il tenait à partager, malgré les contraintes et difficultés à skier dans une région aussi éloignée.

Le guide bilingue est disponible en téléchargement payant sur l'application Rakkup. Pour 19,99$, les utilisateurs ont accès à un an de mises à jour intégrées.