Jean-Sébastien Massicotte

Une tente pour dormir sur l'eau

BLOGUE // Dormir sous la tente prend un tout nouveau sens avec l'entreprise SmithFly. Grâce à sa tente flottante Shoal, c'est un îlot privé qui vous attend le soir venu. Il ne suffit que d'ajouter de l'eau!

Pour SmithFly, le concept est simple: la Terre est recouverte à 70% d'eau, vous pouvez maintenant y camper.

À la frontière entre le radeau de sauvetage et la tente, la Shoal possède un fond gonflable de 15 cm d'épaisseur qui sert de matelas. La toile détachable du toit est supportée par une armature gonflée, sans arceau.

Un campeur de 6'3" peut y dormir en tout confort selon le fabricant américain. 

Tout juste dévoilée, la tente est actuellement en précommande. Les premiers exemplaires doivent être livrés à partir de la fin décembre.

Petits détails non négligeables, le «lit d'eau» nouveau genre n'est pas des plus compacts, ni des plus légers. Si elle se roule pour le transport, la Shoal reste encombrante et pèse 75 lb. 

On l'oubliera donc pour une expédition en kayak, mais pour une nuit hors de l'ordinaire au chalet, c'est une autre affaire. 

À 1500 $US, la Shoal n'est pas non plus à la portée de toutes les bourses. Mais pour les plus motivés, la tente est en promotion durant la prévente... à 1275 $US.

Info: smithfly.myshopify.com

 

Jean-Sébastien Massicotte

Un ultramarathon de 54 km à travers Québec

BLOGUE // La saison de course à pied 2017 tire à sa fin, mais ceux et celles qui ont encore des jambes pourront se gâter le samedi 14 octobre prochain. Pour une première fois, un ultramarathon de 54 km à travers Québec sera tenu en marge du Défi courir 6h en coeur, organisé au bénéfice de la Fondation québécoise pour les enfants malades du cœur.

Dans un format participatif, les coureurs de l'ultra auront la chance de traverser Québec à partir du parc Paul-Émile-Beaulieu, à proximité du Lac-Saint-Charles, jusqu'à l'arrivée à la base de plein air de Sainte-Foy, en passant par les abords du fleuve Saint-Laurent, par le Corridor du littoral et la Promenade Samuel-de-Champlain notamment.

Un parcours qui «reliera tous les sentiers de la ville de Québec», précise Janic Allard, coordonnatrice de l'événement. Les coureurs auront notamment la chance de découvrir la totalité des 32 km du tracé le long de la rivière Saint-Charles. Près d'une trentaine de coureurs sont déjà inscrit pour la première. Et les inscriptions sont toujours possibles, bien que le temps commencer à presser. 

«C'est un événement de plaisir», résume Janic Allard, qui s'enthousiasme de l'ajout du volet ultra en marge de cette quatrième présentation à Québec de Courir 6h en coeur. 

Car le Défi est avant tout un grand rendez-vous pour tous. Au dernier décompte de l'organisation, un total de 52 équipes pour un total de 275 coureurs sont attendus samedi pour la portion de la course de six heures. Un sommet pour l'organisation.   

Seuls ou en équipe à relais — en famille, entre collègues ou entre amis—, les coureurs devront sans arrêt s'exécuter sur le circuit de 2,1 km de la base de plein air. Si certains cumuleront le plus de kilomètres possibles durant les six heures, d'autres s'y relayeront simplement pour le plaisir de bouger.

Un six heures qui correspond à «la durée moyenne d'une chirurgie cardiaque pour un enfant», raconte Janic Allard.

Pour tout savoir sur l'événement, s'y inscrire ou encore simplement y assister, visitez le site Web du Défi.

Bonne course!

Jean-Sébastien Massicotte

Le cure-dent qui pourrait vous sauver la vie

BLOGUE / Dans la grande nature, la survie ne tient parfois qu'à un tout petit détail. Et c'est pour cela que Tortoise Gear a imaginé un moyen simple d'améliorer le légendaire couteau suisse Victorinox en y ajoutant un allume-feu en ferrocérium qui remplace le classique cure-dent.

Une idée simple, mais qui transforme instantanément le classique canif en véritable outil de survie capable de faire du feu aisément.

Nul besoin de modifier quoi que ce soit, le Firefly est un accessoire prêt à l'usage directement dans votre canif.

Grâce à la tige de ferrocérium, il suffit de la frotter avec une partie métallique comme une lame pour créer d'intenses étincelles. Un type d'allume-feu que de nombreux spécialistes de la survie favorisent de par sa simplicité d'utilisation, même mouillé.

Le Firefly est dans les plans depuis 2009 pour Tortoise Gear, une entreprise californienne. Pour pouvoir la mettre en marché, l'invention est actuellement en prévente sur le site de sociofinancement Kickstarter.

Avec encore plus d'un mois à faire à la campagne et à moins de 3000 $US de l'objectif de 28 000 $US, le Firefly semble pratiquement une réalité que vous pourrez trouver bientôt en magasin. En tout cas souhaitons-le.

À 14 $US pour trois tiges, le prix semble raisonnable, surtout que Tortoise Gear assure avoir trouvé une recette de ferrocérium plus résistant qu'ordinaire, et donc plus durable à l'usage.

Info: Tortoisegear.com