Le nouveau chef du NPD, Jagmeet Singh, a réussi son opération charme. Cet amoureux de la langue française a tenté de séduire les Québécois malgré ses signes religieux apparents.

L'étoile du match à Jagmeet Singh

CHRONIQUE / La présence de Jagmeet Singh à «Tout le monde en parle» dimanche n'aura peut-être pas l'impact de celle de Jack Layton sur sa carrière politique, mais on peut certainement parler d'une opération charme réussie pour le nouveau chef du NPD, qui a même fait quelques mouvements de danse. M. Singh a parlé de style vestimentaire, d'arts martiaux, de mariage, de Roch Voisine. Ah oui, et un peu de politique.

«C'est cool ça», a répété plusieurs fois le chef, visiblement ravi et détendu, qui arborait un turban rouge. Sikh pratiquant, il s'oppose à la loi sur la neutralité religieuse et croit pouvoir convaincre l'électorat québécois qu'il partage les mêmes valeurs progressistes, malgré ses signes religieux apparents. Son parti veut rouvrir la constitution à la faveur du Québec. En plus du cannabis, il voudrait aussi décriminaliser toutes les drogues, une position plutôt étonnante. M. Singh cite l'exemple du Portugal à cet égard. Au sujet du voyage en Inde de Justin Trudeau, il est beaucoup plus irrité du peu d'ententes qui ont été conclues que par les tenues du premier ministre. Il se dit troublé de l'invitation faite à un extrémiste sikh, alors qu'il a lui-même été interdit de séjour en Inde pour avoir critiqué les politiques du pays.

Amateur de la langue française, qu'il parle d'ailleurs très bien, il a voulu l'apprendre dès l'âge de 12 ans, en écoutant les chansons de Roch Voisine. «Pour recréer la vague orange, sortez un lapin de votre chapeau et baptisez-le Jack Layton», disait la carte de Dany Turcotte.

Ce fut beaucoup plus difficile pour Martine Ouellet, qui n'avait pas envie de sourire, au terme d'une semaine catastrophique. «C'est difficile de recevoir une charge d'attaques personnelles, totalement disproportionnées. Beaucoup, beaucoup de faussetés», a dit la chef du Bloc québécois, qui paraissait anéantie. Et pourtant, elle s'accroche. «Moi je suis là pour rester, malgré les difficultés.»

Mme Ouellet persiste à dire que les sept députés démissionnaires ne représentent pas 70% de son parti, chez qui elle dit trouver encore beaucoup d'appuis. Rarement vu autant d'amertume de la part d'un invité à la lecture de la carte du fou du roi, qui se lisait comme suit: «Pour votre info, le restaurant La Belle Province sur Ontario se cherche une chef.»

La franchise de René Homier-Roy fait toujours du bien à entendre. Et à lire, puisqu'il publie sa biographie, Moi, écrite avec la complicité de Marc-André Lussier. Le critique sans pitié de jadis a déjà écrit du mal de Gilles Renaud, qu'il avait trouvé terriblement faux au début de sa carrière mais qui est devenu par la suite «un acteur formidable». M. Homier-Roy admet que recevoir une mauvaise critique est une chose «insupportable», citant celle de Louise Cousineau, qui avait démoli son talk-show Mesdames et Messieurs.

Je garde d'excellents souvenirs de ses chicanes épiques avec Chantal Jolis et Nathalie Petrowski à l'émission À première vue, dont on a vu un extrait. Comme bien d'autres, Homier-Roy déplore qu'il n'y ait pas plus d'émissions culturelles, surtout sur les livres et le cinéma. Il n'a d'ailleurs jamais compris pourquoi on avait retiré de l'horaire «La bande des six», qui pourrait exister encore, selon lui.

Écorchant au passage le «populisme» d'Éric Duhaime et de Sophie Durocher, mais vantant Richard Martineau, ce grand lecteur croit qu'il se publie trop de livres au Québec. S'il n'a jamais parlé de son homosexualité avant la mort de son conjoint, c'est qu'il était persuadé que tout le monde l'avait compris. «Je n'ai jamais été dans le placard, comment je peux en sortir?»

Belle histoire que celle de la danseuse et chorégraphe Kim Gingras, juge à Danser pour gagner, qui a invité Jagmeet Singh à danser, ce qui a donné lieu à un beau moment de télé. Plus jeune, elle rêvait de danser avec Destiny's Child; elle a fini par s'exécuter aux côtés de Beyoncé à la mi-temps du Super Bowl. Guy A. est revenu sur l'affaire Steve Bolton, chorégraphe et danseur, ex-conjoint de Kim Gingras, contre qui elle a témoigné dans le dossier de La Presse. «Pour que ça arrête. […] Il faut mettre une fin à ça», dit-elle, au sujet du harcèlement et des comportements violents entre autres. «C'est un peu ma façon de tourner la page. Je suis fière de moi, je suis fière de ma sœur [Marie-Ève, qui se dit aussi victime].»

Pour qu'Hubert trouve sa Fanny, Thomas Beaudoin s'est prêté à des «tests de chimie» avec différentes actrices. Mylène St-Sauveur a finalement passé le test. L'acteur vedette d'Hubert et Fanny vit aux États-Unis depuis 15 ans, où il passe beaucoup d'auditions. Ancien mannequin, il se dit conscient du harcèlement qui existe aussi dans ce domaine. «On m'a déjà mis dans un coin, presque forcé aussi. J'ai jamais eu d'expérience parce que je sais me défendre», a-t-il dit.

Si vous croyez que les athlètes retournent gentiment à leur chambre les jours des compétitions, il n'en est rien, du moins pas pour le planchiste Sébastien Toutant, qui a célébré fort sa médaille d'or des Jeux de Pyeongchang. Lui, les patineurs Kim Boutin et Samuel Girard et le planchiste Maxence Parrot ont ramené à eux quatre sept médailles canadiennes dans leurs valises.

Interrogé sur son tweet où il se plaignait de ne pas avoir été placé en première classe dans l'avion d'Air Canada, «Seb Toots» en a remis une couche, parlant cette fois au nom des athlètes, et confirmant qu'il a bel et bien payé son billet. Il ne comprend pas qu'on ait réservé la première classe à des gens qui ne sont pas des athlètes. «Il est où le respect?» demande-t-il. «Est-ce que je dis que tout le monde devrait voyager en première classe? Non. Mais est-ce que je pense qu'on devrait avoir un meilleur service? Oui.»

Kim Boutin admet avoir eu peur pour sa sécurité après avoir reçu des menaces de mort pour sa première médaille, au détriment de l'athlète coréenne. «J'étais heureuse mais remplie de craintes. Je me sentais toute seule dans le stade», dit-elle, se rappelant de la cérémonie des médailles. Elle a parlé à sa rivale coréenne et l'a prise dans ses bras. «Le sport n'est pas censé nous diviser.»

D'autres athlètes olympiques visiteront le plateau de Tout le monde en parle dans les prochaines semaines. Croisons les doigts pour y voir les patineurs en or Scott Moir et Tessa Virtue.