Le tri dans les albums de Noël

BLOGUE / À chaque fin d'année, on tente de résister le plus longtemps possible, mais ils finissent toujours par nous rattraper. Je parle des albums de Noël, bien sûr.

Gwen Stefani et Blake Shelton étaient particulièrement vites sur le piton cet automne: leurs albums sont arrivés le 6 octobre. Je leur ai donné le temps refroidir avant de les faire tourner. Après tout, un Noël blanc, ça devrait être sous zéro, non?

Alors, on en pense quoi des albums de Noël, en général? Qu'ils nécessitent une grande patience. Une fois qu'on est prêt mentalement à écouter cette musique, il faut séparer le bon grain de l'ivraie. Et ça, ça peut être long.

Je me suis amusé, en fin de semaine, à jouer les grincheux, puis à partir à la recherche de la bonne musique du temps des fêtes, en compagnie de ma collègue Geneviève Bouchard. Notre caricaturiste André-Philippe Côté a eu la générosité de mettre sa griffe à contribution dans cette aventure où l'on envoyait les albums au purgatoire... Vous pouvez lire ça ici.

Que me reste-t-il de la musique de Noël? Personnellement, je préfère ce qui est vintage, voire intemporel, qui est soigné et ne dénature pas l'intention de base. Noël punk, métal ou électro? Très peu pour moi, à moins qu'on parvienne à un résultat convaincant, plutôt qu'à une simple parodie ou à un bête remodelage. Cela dit, il y a des aventures world, jazzy ou folk qui m'ont beaucoup plu.

Je vous dirais que l'incontournable A Charlie Brown Christmas, de Vince Guaraldi, les albums des Lost Fingers, en particulier Christmas Caravan, le Joy To The World de Pink Martini, le Spirit of Christmas de Ray Charles ou encore le Christmas album de Jethro Tull font partie de ceux que je sors une fois par année.

Preuve qu'il faut être ouvert et ne pas lancer au bout de ses bras chaque nouvel album de Noël, y compris ceux qui paraissent suspects, j'ai été curieusement surpris par A Celtic Family Christmas de Natalie McMaster et Donnell Leahy l'an dernier. Ça ne se prend pas au sérieux et c'est assez bien fait, sans que ce ne soit incontournable. Enfin, dans le répertoire francophone, Le Premier Noël de Claire Pelletier, paru il y a quelques années était bien fait et bien documenté...

Souvent, l'idéal est de dénicher une compilation réussie, qui permet d'aller chercher des classiques des crooners -les Sinatra, Crosby ou Cole- et même d'aller au-delà des styles et des cultures.

Le coffret Les Grand classiques du père Noël fait assez bien le boulot, allant de Dinah Washington à Michèle Richard,  de Harry Belafonte à Georges Brassens. Dans un registre plus moderne, la compilation Holidays Rule, avec les McCartney, Shins, Calexico ou, encore Andrew Bird, était pas mal du tout. Quant au A New Orleans Christmas, chez Putumayo, il demeure l'un de mes favoris.

Non, je ne m'aventure pas dans les horreurs, ce serait trop long!

Mais vous devez bien avoir des incontournables de Noël... Quels sont vos classiques?

La section commentaires du blogue est en construction. Vous pouvez réagir dans Facebook ici.