Hippocrate dans le club des mal cités

«Que tes aliments soient tes médicaments et tes médicaments, tes aliments.» De toutes les citations d'Hippocrate, le «père de la médecine» qui a vécu dans la Grèce antique, celle-là est probablement la plus célèbre. Et il apparaît maintenant qu'elle est aussi la plus fausse...

La chercheuse en nutrition Diane Cardenas en a fait la démonstration récemment dans la revue Clinical Nutrition ESPEN : après avoir cherché dans la soixantaine de textes historiques dont on dispose et qui sont attribués à Hippocrate, écrivait-elle en 2013, «la phrase : Que tes aliments soient tes médicaments» (...) n'apparaît nulle part dans le corpus». Cela contredirait d'ailleurs la philosophie hippocratique, précise-t-elle, qui distinguait très clairement la nourriture et les médicaments — même si elle accordait beaucoup d'importance à la première.

Or un nutritionniste anglais, Matthew Dalby, vient d'ajouter une tournure bien intéressante à ce «fake news avant la lettre» : il s'est servi de l'outil nGram de Google, qui permet de chercher des mots ou des expressions parmi des millions de livres publiés depuis 1800, pour retracer les premières occurences de cette fausse citation.

Et le résultat, disons-le tout de suite, tombe dans la catégorie ah-ouais-eux-autres-j'aurais-dû-m'en-douter : selon la formulation exacte employée, les premières apparitions remontent aux années 20 à 50, mais elles ont toutes un point en commun, soit d'émaner des premiers gourous de la santé, de naturopathes et d'autres «pionniers» des médecines alternatives. Ce n'est pas un hasard non plus, j'imagine, si c'est à partir des années 60 et 70 que la popularité de l'expression a fini par exploser. C'est aussi à cette époque que le mouvement de la «santé naturelle» s'est mis à gonfler.

P.S. La section blogues de notre site est encore en construction. Pour participer à une discussion à propos de ce billet, rendez-vous sur ma page Facebook professionnelle.