Ford a conçu une nouvelle fonction logicielle qui permet de chauffer l’intérieur du véhicule jusqu’à ce que les virus qui s’y trouvent à l’intérieur soient inactivés.
Ford a conçu une nouvelle fonction logicielle qui permet de chauffer l’intérieur du véhicule jusqu’à ce que les virus qui s’y trouvent à l’intérieur soient inactivés.

Une solution logicielle conçue par Ford pour réduire la COVID-19 dans l’habitacle des voitures de police

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
En collaboration avec l’Ohio State University, Ford a conçu une solution logicielle pour réduire à plus de 99 % dans les véhicules utilitaires Police Interceptor la présence du coronavirus, responsable de la COVID-19.

Cette nouvelle fonction logicielle permet de chauffer l’intérieur du véhicule jusqu’à ce que les virus qui s’y trouvent à l’intérieur soient inactivés. La température intérieure peut s’élever à plus de 56 degrés Celsius (133 degrés Fahrenheit) pendant 15 minutes grâce aux systèmes de climatisation du Police Interceptor. Cette température correspond à celle des journées les plus torrides dans le Parc National de la Death Valley en Californie. Cela suffirait à aider à désinfecter les points de contact du véhicule, selon Ford.

«Nos études menées conjointement avec Ford Motor Company révèlent que l’exposition des coronavirus à des températures de 56 °C, ou 132,8 °F, pendant 15 minutes réduit la concentration virale de plus de 99 % sur les surfaces intérieures et les matériaux utilisés à l’intérieur des véhicules utilitaires Police Interceptor», affirment Jeff Jahnes et Jesse Kwiek, responsables de laboratoire à la faculté de microbiologie de l’Ohio State University, cités dans le communiqué envoyé par Ford.

Évidemment, cette méthode de réchauffage serait utilisée par les services de police sur une base régulière lorsque les agents ne se trouvent pas dans les véhicules. Ford mise sur cette méthode de remplissage de l’habitacle d’air très chaud, ce qui permettrait d’atteindre les endroits susceptibles d’avoir été manqués par la désinfection manuelle.

Le constructeur a mené des essais logiciels opérationnels sur des véhicules appartenant aux services de police des villes de New York et de Los Angeles, des États du Michigan et du Massachusetts et de la municipalité de Boardman en Ohio, ainsi qu’au bureau du shérif du comté de Seminole, en Floride.

La solution logicielle est maintenant offerte pour tous les véhicules utilitaires Police Interceptor des années 2013 à 2019. Ceux-ci équipent des corps policiers aux États-Unis, au Canada et dans d’autres pays du monde.