Paul-Robert Raymond
Pour se procurer une Chevrolet Spark EV d’occasion, il faut prévoir au moins 13 000 $ pour une 2014 et ça peut s’élever jusqu’à au-delà de 15 000 $ pour une 2016.
Pour se procurer une Chevrolet Spark EV d’occasion, il faut prévoir au moins 13 000 $ pour une 2014 et ça peut s’élever jusqu’à au-delà de 15 000 $ pour une 2016.

Questions des lecteurs: quel modèle de véhicule électrique d’occasion choisir?

CHRONIQUE / Certaines personnes s’interrogent sur des aspects des voitures électriques ou hybrides.

Sans vouloir marcher sur les pieds de nos amis de CAA-Québec — qui font un excellent travail —, je me permets de publier quelques questions qui m’ont été adressées par certains lecteurs. Sûrement que leur réponse viendra vous éclairer aussi. Cette semaine, la question concerne l’achat d’une voiture électrique (VÉ) d’occasion.

Q  «Je suis étudiante en médecine à Québec, mes parents restent à Sherbrooke et, en temps normal, j’y vais régulièrement passer la fin de semaine. Je commencerai sous peu des stages qui vont m’obliger à plusieurs déplacements dans la ville. Je tente autant que possible d’utiliser le transport en commun, mais je sais qu’il sera impossible de le faire pour certains stages. Ainsi, j’envisage l’achat d’un véhicule. Depuis quelque temps, je me dis : “Si j’achète une auto, c’est sûr qu’elle sera électrique.” J’aimerais avoir votre avis... Est-ce réaliste d’aspirer à l’achat d’une voiture électrique usagée? Si oui, quel budget devrais-je prévoir pour l’achat? Est-ce une aspiration utopique, devrais-je m’acheter une usagée à essence du genre Honda Civic à bas prix comme plusieurs de mes confrères étudiants?» demande Élise Maheux.

R  La réponse risque de ne pas être simple, à tout le moins, elle ne vous donnera peut-être pas une solution parfaite compte tenu de votre situation. D’emblée, les voitures électriques à des prix comparables à ceux des Honda Civic d’occasion, ça ne court pas les rues.

Un des modèles qui me vient à l’esprit, c’est la Chevrolet Spark EV. Pour s’en procurer une, il faut prévoir au moins 13 000 $ pour une 2014 et ça peut s’élever jusqu’à au-delà de 15 000 $ pour une 2016. Plusieurs de ces voitures ont été importées des États-Unis, après un retour de location, et des concessionnaires GM ou des revendeurs de voitures d’occasion se spécialisent dans ce marché d’importation. Dans le cas des Spark EV, si elles sont des années-modèles 2016 et 2017, elles sont admissibles au rabais de gouvernement du Québec pouvant aller jusqu’à 4000 $ (après les taxes). Ce lien vous donnera les autres modèles admissibles.

L’autre modèle qui me vient à l’esprit et qui est probablement disponible abondamment sur le marché, c’est la Nissan Leaf de première génération (2011-2017). Cependant, il faut s’assurer de faire bien inspecter la batterie, car les premières années ont été dotées de chimies de batteries qui se sont dégradées rapidement. Assurez-vous d’avoir un rapport d’inspection de l’état de la batterie. CAA-Québec offre un service d’inspection de batterie dans certains garages recommandés.

Il y aurait aussi la Chevrolet Volt, qui peut se révéler très intéressante et qui a été vendue en plusieurs exemplaires depuis 2011. Elle a un moteur à essence, mais il sert uniquement de génératrice pour recharger la batterie (prolongateur d’autonomie).

Enfin, cela m’amène sur la question de votre utilisation ultérieure de votre véhicule. Sachez que la plupart des modèles de voitures électriques usagées — à moins que vous tombez sur l’affaire du siècle pour une Tesla Model S, ce qui m’étonnerait — auront une faible autonomie, située entre 100 et 200 km, sauf dans le cas de la Volt. Cela sera parfait pour les déplacements quotidiens pour vos stages, mais il faudra bien planifier (et parfois être patiente) vos voyages de Sherbrooke vers Québec et vice-versa. Ce qui signifie au moins un arrêt à une borne de recharge rapide à courant continu (BRCC) d’au moins de 20 à 30 minutes durant le trajet. Par contre, le réseau du Circuit électrique d’Hydro-Québec est en pleine expansion, de même que ceux d’autres fournisseurs (Flo, Petro-Canada, etc.).

Probablement que dans votre situation, la Chevrolet Volt pourrait s’avérer le choix le plus judicieux. Il faudra bien magasiner.

Pour conclure, il y a sûrement une différence de prix, mais cette différence peut être absorbée par le fait qu’il n’y a plus d’essence à mettre. Et son prix ne restera pas éternellement sous la barre du 1 $ le litre. Rouler à l’électricité revient à au moins le quart, sinon le cinquième du prix du carburant. Il existe notamment un calculateur fait par la division nationale du Club automobile canadien (CAA) qui permet de comparer les coûts d’utilisation entre différents modèles.

Ou une hybride?

Dans le cas de Mme Maheux, une autre option peut être intéressante : l’achat d’une hybride.

Un détail qu’il ne faut pas oublier, c’est où vous demeurez. Si vous êtes locataire, c’est beaucoup plus complexe pour installer une borne de recharge, l’un des principaux avantages de posséder une voiture électrique ou hybride rechargeable. N’oublions pas que depuis 2019, les propriétaires de logements multiples peuvent bénéficier de subventions à l’achat et l’installation de bornes de recharge.

Or, on apprend que Mme Maheux a la Toyota Prius C dans sa mire. Ce modèle semble être un excellent compromis qui pourra assurer une autonomie suffisante pour faire d’un trait le trajet Québec-Sherbrooke et une faible consommation de carburant. Généralement, les modèles de Toyota sont réputés pour être fiables.