Paul-Robert Raymond
RVE a mis sur le marché un boîtier, le DCC Condo, qui s’installe entre le compteur d’Hydro-Québec et le panneau électrique. La borne est branchée directement sur ce boîtier (qui fait aussi office de disjoncteur). Ce qui évite d’avoir à faire passer un fil du panneau électrique (souvent dans le condo) vers l’espace de stationnement.
RVE a mis sur le marché un boîtier, le DCC Condo, qui s’installe entre le compteur d’Hydro-Québec et le panneau électrique. La borne est branchée directement sur ce boîtier (qui fait aussi office de disjoncteur). Ce qui évite d’avoir à faire passer un fil du panneau électrique (souvent dans le condo) vers l’espace de stationnement.

Questions de nos lecteurs: l’installation de bornes en condos

CHRONIQUE / Certaines personnes s’interrogent sur des aspects des voitures électriques ou hybrides.

Sans vouloir marcher sur les pieds de nos amis de CAA-Québec — qui font un excellent travail —, je me permets de publier quelques questions qui m’ont été adressées par certains lecteurs. Sûrement que leur réponse viendra vous éclairer aussi.

Cette fois, une seule question sera publiée. Elle concerne l’épineux problème de l’installation de bornes de recharge privée dans les condominiums. Cette démarche peut se révéler fastidieuse et même représenter un frein dans les efforts d’électrification dans les transports.

Q  «J’ai vu votre article dans Le Soleil, en septembre 2017, concernant les bornes électriques. Je suis propriétaire dans un complexe des tours de condos, relativement nouveau [construit en 2009]. Depuis quelques mois, j’ai enclenché le processus pour installer une borne électrique [trouver une compagnie, évaluer et estimer, planifier]. Je rencontre beaucoup de difficultés à contacter le syndicat et le conseil d’administration. Dans le complexe, il y a déjà une borne. J’ai contacté le propriétaire et il m’a expliqué qu’il a rencontré beaucoup de difficultés. Pourriez-vous me référer vers un organisme ou une association où on peut me renseigner sur les aspects juridiques de ce problème? La situation risque de se prolonger avec les années», écrit Pavel Mihaltchev du quartier Ahuntsic à Montréal.

R  Pour le moment, la seule entreprise à laquelle je pourrais vous recommander serait RVE (pour Recharge véhicules électriques) qui propose des solutions techniques et de la consultation pour l’installation de bornes de recharge en condos. J’en avais parlé d’ailleurs en 2018 dans une chronique.

RVE a mis sur le marché notamment un boîtier, le DCC Condo, qui s’installe entre le compteur d’Hydro-Québec et le panneau électrique. La borne est branchée directement sur ce boîtier (qui fait aussi office de disjoncteur). Ce qui évite d’avoir à faire passer un fil du panneau électrique (souvent dans le condo) vers l’espace de stationnement, réduisant les frais et les demandes d’autorisation. En plus, RVE propose même des guides pour justement aider les gens à présenter les projets d’installation aux syndicats de copropriétaires.

Hélas, tout cela est complexe parce que tous les travaux de transformation, d’agrandissement ou d’amélioration des parties communes, ainsi que la répartition du coût de ces travaux, doivent être soumis à un vote et approuvés «à la majorité des copropriétaires, représentant les trois quarts des voix de tous les copropriétaires». C’est ce qu’on appelle la «double majorité», en vertu de l’article 1097 du Code civil du Québec. Et depuis trois ans, rien n’indique que des amendements ont été votés.

Heureusement, certains promoteurs qui construisent de nouveaux complexes de condos pensent à cet aspect soit en installant des boîtiers vides de RVE, prêts à recevoir l’unité de contrôle. Il y a aussi des projets de condos qui font appel à des fabricants de bornes comme Flo et font installer une quantité de bornes dans le stationnement. Le service de recharge est facturé mensuellement au copropriétaire de l’unité de condo qui utilise un véhicule électrique.

Maisons neuves

Il est aussi important de souligner que toute maison unifamiliale neuve doit dorénavant être prête à y brancher une borne de recharge de 240 volts. Ce qui signifie qu’un espace pour un disjoncteur est prévu dans le panneau électrique et que le fil est déjà passé dans les cloisons pour brancher la borne.

En effet, selon les modifications apportées au Code de construction du Québec en vigueur depuis le 1er avril 2019, «l’installation du câblage élémentaire pour la recharge éventuelle de véhicules électriques pour certains logements individuels» doit être faite. Cela pour «éviter la réouverture des murs et des plafonds lorsqu’un propriétaire décidera de se faire installer une borne de recharge pour véhicules électriques à 240 volts».