C’est la Société de l'assurance automobile du Québec qui annule les anciens numéros de plaques quand une nouvelle plaque de vétéran est commandée et assigne le nouveau numéro au détenteur, selon les explications de Gino Desrosiers, relationniste à la société d'État.

Plaques d’immatriculation de vétérans: des numéros annulés sur les routes? Oui, mais...

Il semblerait que certaines plaques de vétérans, les anciens modèles avec le coquelicot, seraient annulées et rouleraient toujours sur les routes du Québec.

Une situation soulevée par le détenteur d’une ancienne plaque de vétéran sur Facebook. «Je me promène depuis le 3 juin avec une plaque non valide sur mon camion. J’ai tenté à deux reprises d’appeler la SAAQ [Société de l’assurance automobile du Québec] pour savoir ce qui arrivait avec ma plaque sans avoir réussi à parler à une personne», a écrit Louis Dufour sur sa page Facebook. «Je suis allé au poste de la SQ [Sûreté du Québec] et demandé de vérifier ma plaque. Et la réponse : “Plaque annulée depuis le 3 juin”. Mais moi, [je n’ai] rien reçu encore. La personne au bureau de la SQ trouvait ça bizarre de faire vérifier ma plaque, mais eux ne savaient pas que les plaques étaient envoyées par la poste. […]»

«Moi aussi, ma plaque n’est plus valide depuis le 15 mai. Je n’ai pas reçu l’autre encore. Les policiers me tolèrent, mais pas pour le mois au complet, répond Nancy Montminy sur la publication de M. Dufour.

En effet, il est possible que des numéros de plaque d’immatriculation annulés se retrouvent toujours sur les véhicules. Il y a un «mais»...

Contrairement aux plaques personnalisées pour lesquelles le détenteur doit lui-même activer sa nouvelle plaque sur Internet ou dans un bureau de la SAAQ, c’est la société d’État qui procède à l’annulation de l’ancien numéro, selon les explications de Gino Desrosiers, relationniste à la SAAQ.

«Après la fabrication, la mise à la poste des plaques de vétérans est faite à nos bureaux. Et dû à la forte demande que suscitent les nouvelles plaques de vétéran, il y a eu certains délais dans la livraison. Cependant, nous mettons une note au dossier du détenteur que les policiers peuvent voir lorsqu’ils interrogent la base de données du Centre de renseignements policiers du Québec», affirme-t-il. «Si une contravention est émise, nous nous arrangerons pour qu’il n’y ait pas de problème.»

La procédure est similaire pour ceux qui demandent pour la première fois une plaque de vétéran. «Lorsque nous serons prêts à lui expédier sa plaque par la poste, nous désactiverons [son ancienne] plaque dans nos systèmes et activerons sa plaque de vétéran. Ainsi, dès qu’il reçoit sa [nouvelle] plaque, il ne lui reste qu’à l’apposer sur son véhicule», ajoute M. Desrosiers.

En ce qui concerne la demande pour les changements de plaques, il faut souligner qu'elle a été très forte. «En date du 5 juin, nous avions remplacé 5262 plaques vétérans [plaque coquelicot remplacée par une plaque avec un nouveau visuel] et nous avons émis 1178 nouvelles plaques à la suite d’une nouvelle demande. De plus, 475 demandes étaient en traitement», a répondu par courriel au Soleil M. Desrosiers.

Rappelons que c’est la Légion canadienne qui détermine l’admissibilité à la plaque de vétéran. Ensuite, la Légion avise la SAAQ. Le formulaire de demande et les critères d’admissibilité se trouvent en ligne à bit.ly/2K2XmsX.