Paul-Robert Raymond
Le jeune constructeur Nikola Motor a annoncé lundi dernier qu’il dévoilera en septembre 2020 son prototype du Badger, un camion de la taille similaire à un Ford F-150, électrique et à pile à combustible (hydrogène).
Le jeune constructeur Nikola Motor a annoncé lundi dernier qu’il dévoilera en septembre 2020 son prototype du Badger, un camion de la taille similaire à un Ford F-150, électrique et à pile à combustible (hydrogène).

Les voitures à transmission manuelle doublées par les véhicules électriques

CHRONIQUE / En 2019, aux États-Unis, la proportion de véhicules électriques (VÉ) a dépassé celle des voitures équipées d’une boîte de vitesses manuelle. Signe du déclin de popularité de cette manière de conduire…

L’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), citant des chiffres de Green Car Reports, ainsi que Drivetribe — la plateforme numérique fondée par les anciens animateurs de Top Gear, pas les plus grands fervents des VÉ — ont relayé cette information dans leurs sites Web et les médias sociaux.

En fait, les véhicules à moteur neufs équipés d’une transmission manuelle représentaient 1,1 % des 17,1 millions de voitures vendues aux États-Unis. Un déclin d’un demi-point de pourcentage par rapport à 2018. En même temps, les VÉ représentaient 1,6 % des ventes de véhicules neufs.

L’AVEQ va jusqu’à faire le parallèle avec les téléphones à cadran ou les Blackberry. «Ils sont de plus en plus rares, mais toujours présents et à peu près exclusivement utilisés par les adeptes de la conduite manuelle peu désireux ou incapables de se mettre à niveau. Cependant, une fois que l’électrification sera complètement intégrée, nous prédisons qu’ils seront perçus comme le sont maintenant les machines à écrire ou les tourne-disques qui feront le bonheur des amateurs nostalgiques», écrit l’association dans son site Web.

N’empêche qu’on ressent toujours un certain plaisir de conduire une voiture à transmission manuelle. Un plaisir qui s’en ira avec le temps.

Fervents amateurs des moteurs à combustion, rassurez-vous en vous disant que 98,4 % des véhicules vendus l’an dernier roulent encore à l’essence.

Un camion électrique et à hydrogène

On ne l’avait pas vu venir celui-là. Le jeune constructeur Nikola Motor — clin d’œil à Tesla, dont c’était le prénom — a annoncé lundi dernier qu’il dévoilera en septembre 2020 son prototype du Badger, un camion de la taille similaire à un Ford F-150, électrique et à pile à combustible (hydrogène).

Nikola prévoit équiper son Badger d’une batterie de 120 kWh, lui procurant une autonomie de 500 kilomètres (300 milles). À cela, ajoutez un réservoir d’hydrogène de huit kilogrammes qui donnera un autre 500 km d’autonomie.

Si vous me suivez depuis presque deux ans, vous connaissez mon opinion sur les véhicules à pile à combustible. Je dois reconnaître que cette combinaison peut faire un certain sens. Surtout pour ceux qui doivent parcourir plusieurs kilomètres d’un seul coup.

Si le kilométrage est majoritairement fait en milieu urbain, le Badger pourrait rouler pratiquement toujours sur la batterie, sans consommer un gramme d’hydrogène. Mais ce combustible sera bienvenu lorsque viendra le temps de parcourir un long trajet. Ensuite, si le réservoir d’hydrogène est vide, on peut recharger la batterie pour un autre 500 km. Il y a plus de chances de croiser sur notre chemin une borne de recharge rapide avant de voir une pompe à hydrogène.

«Nous savons qu’il n’y a pas beaucoup de pompes à hydrogène», reconnaît Colleen Robar, porte-parole de Nikola Motor. «Cependant, nous prévoyons mettre en place un réseau de 700 stations à hydrogène, mais ça va prendre du temps.»

Parmi les données préliminaires sur le Badger, notons une puissance prévue de 455 chevaux (339 kW) et un couple de 980 lb-pi (1328 N.m). Tout cela permettra à ce camion de pouvoir remorquer jusqu’à 3628 kg (8000 lb). Le prix n’a pas encore été dévoilé.

Nikola, basé à Phoenix en Arizona, propose depuis 2014 des tracteurs de semi-remorque à pile à combustible, mais qui peuvent avoir une batterie aussi. «Mais notre priorité est l’hydrogène. Pour les longues distances, l’hydrogène est la meilleure option», conclut Mme Robar.