Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Paul-Robert Raymond
Au premier coup d’œil, le Ford E-Transit ressemble à la version à moteur à combustion interne. Aucune mise à jour majeure de l’allure du fourgon, à part la prise à l’avant. C’est à l’intérieur de celui-ci que tout change!
Au premier coup d’œil, le Ford E-Transit ressemble à la version à moteur à combustion interne. Aucune mise à jour majeure de l’allure du fourgon, à part la prise à l’avant. C’est à l’intérieur de celui-ci que tout change!

E-Transit: les investissements de Ford dans l'électrification portent fruit

CHRONIQUE / Ford a investi massivement dans les véhicules électrifiés au cours des dernières années. Le fruit de ces investissements commence à paraître.

On a été témoins au cours des 12 derniers mois des lancements du Mustang Mach-E, des concepts de drag Mustang Cobra Jet et le Mach-E 1400. Sans compter le dévoilement récent du camion F-150 hybride et l’annonce — dont on attend toujours l’apparition — du F-150 tout électrique.

Cela se sent, le constructeur a mis les bouchées doubles pour entrer dans la danse des véhicules électriques. Jeudi matin, Ford dévoilait au grand jour la version électrifiée de son fourgon utilitaire, l’E-Transit.

Au premier coup d’œil, il ressemble à la version à moteur à combustion interne. Aucune mise à jour majeure de l’allure du fourgon, à part la prise à l’avant. C’est à l’intérieur de celui-ci que tout change!

D’abord, la mécanique fait place à un système de propulsion tout électrique d’une puissance de 198 kW (équivalent à 266 chevaux), délivrant un couple de 429 newtons-mètres (ou 317 lb-pi). La batterie de 67 kWh donnera au E-Transit une autonomie de 200 kilomètres (pour le modèle à toit bas).

Deux cents kilomètres d’autonomie, vous direz peut-être que c’est peu, considérant que de plus en plus les voitures électriques ont des autonomies supérieures à 300 km ou même 400. Il faut voir le problème autrement. Dans le secteur du transport et de la livraison, surtout celle dite du «dernier kilomètre», ou bien pour des véhicules-outils ou des ateliers mobiles, 200 km d’autonomie peut très bien suffire.

Ford a déclaré jeudi que selon leurs études, la distance moyenne parcourue quotidiennement avec de tels véhicules se situait à 71 milles (114 km). Donc, 200 km serait amplement suffisant.

D’autant plus, lorsque le coût d’acquisition et le retour sur l’investissement comptent pour beaucoup dans la gestion de parcs de camions, une capacité superflue de batterie peut se révéler un frein pour la transition vers les véhicules électriques.

Et pour ceux qui demanderont : «Oui, mais quand vient le temps de faire un trajet interurbain?» On peut répondre que Ford a quand même pensé à cet aspect. Le chargeur interne du E-Transit a une puissance pouvant aller jusqu’à 115 kilowatts. Ce qui signifie que le fourgon peut se brancher sur une borne rapide à courant continu de 100 kW — on commence à en voir ici et là — et recharger 48 km en 10 minutes (pour la version à toit bas) ou 72 km en 15 minutes de recharge.

Véhicule-outil traçable

Quand le fourgon sert d’atelier mobile, il est toujours pratique d’avoir une génératrice à bord. Ford offre — en option — le dispositif Pro Power Onboard, un onduleur d’une puissance électrique maximale de 2,4 kW. Assez pour recharger ou brancher des outils sur un chantier.

Le constructeur a aussi pensé aux gestionnaires de parcs en proposant des outils de surveillance de la consommation énergétique et de gestion des véhicules, accessibles par l’entremise d’une application et d’une interface Web.

Ces outils, de la suite que le constructeur a nommée Ford Telematics, ont été conçus pour «optimiser les coûts et le temps de fonctionnement en surveillant la performance de chaque véhicule à l’aide de données propres aux véhicules électriques, comme la consommation électrique et la vitesse de recharge, en plus de gérer la recharge pour l’ensemble du parc».

Le fourgon E-Transit de Ford est censé être mis sur le marché à la fin de 2021, en tant que modèle 2022. L’information partielle publiée par le constructeur jeudi fait état d’un prix de départ de 58 000 $ pour le modèle de base tronqué.

Ce prix peut sembler élevé, mais n’oublions pas que le coût de l’électricité revient à une fraction de celui du carburant (essence ou diesel). Il en est de même que pour les coûts d’entretien. D’ailleurs, Ford estime que les coûts d’entretien du E-Transit seront de 40 % inférieurs à ceux d’un Transit 2020 à essence pendant huit ans ou sur une distance de 100 000 milles (ou 160 000 km).