Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Paul-Robert Raymond
Les voitures participant à la Coupe Nissan Sentra sont des berlines Sentra S qui sont ensuite modifiées par la firme Motorsports In Action. Les commandes se font auprès du promoteur de la série de courses.
Les voitures participant à la Coupe Nissan Sentra sont des berlines Sentra S qui sont ensuite modifiées par la firme Motorsports In Action. Les commandes se font auprès du promoteur de la série de courses.

Coupe Nissan Sentra 2021: nouveau modèle, nouvelle série

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Lancée en 2015, la Coupe Nissan Micra a connu un franc succès. Maintenant, on passe à un autre modèle, la nouvelle berline Sentra qui a vu le jour en 2020. Bienvenue dans la Coupe Nissan Sentra.

Cela ne signifie pas l’élimination des Micra du circuit. Celles-ci pourront participer à la Coupe Nissan Sentra. «Les propriétaires de Micra pourront continuer de courir quand même, dans la classe Micra qui sera dans le deuxième peloton», explique Jacques Deshaies, président de J.D. Promotion & Compétition et promoteur de la série.

Pourquoi ce changement? Pour la simple raison que la Micra n’est plus offerte par Nissan. Mais rien n’empêchera les Micra de course de pouvoir compétitionner.

Comme cela a été le cas pour les Micra, les voitures participant à la Coupe Nissan Sentra sont des berlines Sentra S qui sont ensuite modifiées par la firme Motorsports In Action. Les commandes de voitures se font auprès de J.D. Promotion & Compétition, qui s’occupe par la suite d’envoyer la Sentra à l’atelier pour la rendre conforme aux normes de course.

La voiture qui coûte 39 990 $ ne peut pas être commandée auprès d’un concessionnaire Nissan. «Certains concessionnaires embarquent dans l’aventure [en tant que participants]. Ceux-ci prennent leur voiture dans leur parc et vont me l’envoyer pour la transformer», précise M. Deshaies.

À ce prix, que retrouve-t-on dans la Sentra modifiée? Elle reçoit entre autres une suspension de course avec ressorts hélicoïdaux ajustables sur mesure, un système de freinage haute performance à l’avant avec disques de 355 mm sur 32 mm, une barre stabilisatrice réglable à l’avant et un volant de course avec moyeu à dégagement rapide. Sans oublier tous les éléments imposés et homologués par la Fédération internationale de l’automobile (FIA) dont une cage de sécurité à six points d’ancrage et un siège de course. Évidemment, la Sentra modifiée n’est plus homologuée pour la route. «De toute façon, tout de suite en partant, on enlève les coussins gonflables. Du moment que les coussins de sécurité sont enlevés, la voiture n’est plus légale», répond le promoteur.

La première épreuve de la Coupe Nissan Sentra se déroulera durant la fin de semaine du 21 au 23 mai, au circuit Mosport, près de Toronto. Ensuite, ce sera au tour de Montréal, du 10 au 13 juin, lors du Grand Prix de Formule 1 du Canada. Il ne faut pas oublier que la Coupe Nissan Sentra est une course de soutien. «C’est présenté en parallèle à un événement majeur, comme, par exemple, pendant le Grand Prix de Trois-Rivières, l’événement principal est la série [NASCAR] Pinty’s.»

Pas pour le premier venu

Par contre, participer à la Coupe Nissan Sentra n’est pas à la portée de n’importe qui. Comme pour la série précédente, une qualification de pilote de course est requise.

«Ça prend une licence régionale. Pas obligé d’avoir une super-licence de Formule 1, quand même», explique Jacques Deshaies. «Pour obtenir cette licence-là, il faut passer un cours dans une école reconnue par l'ASN Canada [Autorité sportive nationale du Canada]. Les écoles au Québec, il y a Jim Russell à Mont-Tremblant, il y a aussi Perry Performance qui organise une école. Il y a aussi l’école de Jean-Paul Cabana, à Sanair. Et il devrait y avoir une autre école qui s'ouvrirait sous peu chez ICAR [à Mirabel].»

Une série électrique?

On a demandé à Jacques Deshaies si, un jour, on pourrait voir une série avec des Nissan Leaf, par exemple. Bien qu’il ne soit pas fermé à l’idée, le promoteur répond qu’il y a tout un défi logistique à relever.

«J’ai déjà eu des discussions avec Nissan. On a déjà discuté de la possibilité d’avoir une série de voitures électriques», ajoute-t-il. Il rappelle qu’une voiture électrique poussée au maximum, cela prend plus d’énergie emmagasinée. «Si je mets en piste ces voitures-là pendant 40 minutes, ça va me prendre des voitures d’une autonomie d’au moins 400 kilomètres, minimum. Parce que c’est sûr que si on met la pédale au fond, on ne fera pas l’autonomie que le constructeur a annoncée.»

Ensuite, il y a aussi la logistique derrière la recharge de plusieurs véhicules tous en même temps. «Admettons que j’ai 25 Leaf sur la grille de départ, je les recharge comment ces voitures-là, après?» demande M. Deshaies. «C’est sûr que si Hydro-Québec m’arrivait demain matin avec une remorque de 53 pieds et que tu peux brancher 25 voitures en même temps, pour moi, il n’y a pas de problème!»

Enfin, il y a le côté de la sécurité qu’il ne faut pas négliger, selon le promoteur. «C’est une autre façon de faire. Par exemple, les équipes de sécurité, les équipes d’incendie, les secouristes qu’il y a autour du circuit, il faut aussi qu’ils aient suivi une formation. Parce qu’une voiture électrique qui prend le mur, tu ne traites pas ça pareil [qu’une voiture à essence]!» conclut-il.

++
CALENDRIER DES COURSES DE LA COUPE NISSAN SENTRA 2021

21 au 23 mai

Victoria Day Speedfest, Canadian Tire Motorsport Park

10 au 13 juin

Grand Prix de Formule 1 du Canada, Circuit Gilles-Villeneuve

22 au 25 juillet

Classique d’été, Circuit Mont-Tremblant

13 au 15 août

Grand Prix de Trois-Rivières, Circuit de Trois-Rivières

27 au 29 août

Week-end ICAR, Circuit ICAR

23 au 26 septembre

Classique d’automne, Circuit Mont-Tremblant

* Du 25 au 27 juin , une piste est réservée en cas d’annulation d’une épreuve.