La compagnie russe Aviar Motors a dévoilé récemment ses plans pour produire une réplique 100 % électrique de la Ford Mustang des années 1960, la R67.

Aviar Motors R67: rétro électrique

CHRONIQUE / Pratiquement chaque semaine, un constructeur — déjà établi ou non — fait une annonce d’un concept ou de modèle de voiture électrique pouvant être commercialisé sous peu.

La semaine dernière, la jeune pousse américaine Rivian a volé la vedette au Salon de Los Angeles avec le dévoilement officiel de son camion R1T et de son VUS R1S. Depuis peu, il s’agit d’une compagnie russe, Aviar Motors (aviarmotors.com), qui a fait parler d’elle avec la mise au jour récente du premier muscle car électrique.

La voiture est une réplique parfaite de la Ford Mustang de première génération des années 1960. Celle-ci promet des performances qui équivalent — ou dépassent même — celles de supervoitures comme des Ferrari ou des Lamborghini.

On parle ici d’une voiture biplace ayant une puissance de 840 chevaux (626 kW) et d’un couple de 713 livres-pieds (966 N.m). Doté d’un rouage intégral et d’une batterie de 100 kWh, la R67 peut parcourir — sur papier, toujours — 507 kilomètres, selon les données affichées par Aviar.

Cette «fausse Mustang» peut atteindre la vitesse de 100 km/h en seulement 2,2 secondes. La vitesse maximale a été fixée à 250 km/h.

Évidemment, dans ce cas-ci, il ne s’agit pas d’une voiture restaurée. Mais bien d’un véhicule neuf ayant des caractéristiques d’aujourd’hui avec l’allure d’un muscle car d’il y a 50 ans. Parmi les caractéristiques annoncées, notons une plate-forme en aluminium avec une carrosserie en fibre de carbone, la possibilité de la conduite semi-autonome, la double motorisation, la suspension pneumatique, l’écran de 17 pouces du système d’infodivertissement (évidemment inspiré par Tesla), le système de navigation, pour n’énumérer que celles-ci...

Cependant, il est impossible de connaître le prix d’un tel véhicule. La documentation recueillie dans le site Web d’Aviar fait mention d’un «prix sur demande». Une information trouvée dans le site Cars UK fait état d’un prix qui frôle les 400 000 livres sterling (678 000 $). Le prix d’une supervoiture...

Quant au délai de livraison, Aviar parle «de six mois» et garantit ses R67 un an seulement.

Malheureusement, nous n’avons pas eu de retour de courriel de la part d’Aviar.

Même chose de la part de Ford à qui on a demandé si la mise en marché d’un de ses anciens modèles le chatouillait. Ne serait-ce qu’un petit peu...

Mercredi dernier, Aston Martin procédera à des conversions de ses classiques en voitures électriques à son atelier de restauration situé à Newport Pagnell, en Angleterre. La première Aston Martin à recevoir cette conversion à l’électricité est une DB6 MkII Volante 1970.

Conversions

Cela dit, la mode rétro fait toujours rêver depuis au moins 20 ans et laisse place à des projets de répliques ou de conversions de modèles classiques en véhicules électriques.

Mercredi dernier, Aston Martin a annoncé qu’il se lançait dans la conversion de ses modèles classiques en véhicules électrifiés. Le constructeur procédera à ces conversions à son atelier de restauration situé à Newport Pagnell, en Angleterre.

«Développée autour d’une “cassette”, cette technologie a pour but de se conformer à de futures réglementations qui viendraient restreindre l’utilisation de voitures classiques», peut-on lire dans le communiqué d’Aston Martin.

La première Aston Martin à recevoir cette conversion à l’électricité est une DB6 MkII Volante 1970.

En août dernier, Jaguar dévoilait ses plans pour convertir des E-Type des années 1960 vers l’électricité.

Cette annonce rappelle celle d’un autre constructeur anglais, Jaguar, qui dévoilait ses plans pour convertir des E-Type des années 1960 vers l’électricité en août dernier. Les conversions d’E-Type seront faites aux ateliers de restauration de Jaguar à Coventry et feront aussi appel aux technologies à bord du VUS électrique de Jaguar, l’I-Pace.

Certains crieront au sacrilège. Mais possiblement que la conversion de certains modèles classiques sera la seule solution pour que ceux-ci puissent encore rouler sur les routes. Surtout dans des États qui resserreront leurs lois en matière de pollution causée par l’automobile.