Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Auto

Conversation avec notre chroniqueur Paul-Robert Raymond

L’automne dernier, vous avez répondu avec un immense enthousiasme à notre série Conversation avec nos chroniqueurs. Merci à nos lectrices et lecteurs d’avoir été si fidèles.

L’expérience a été si enrichissante que nous remettons ça cet hiver. Et le tout commence le mercredi 4 mars à 14h, cette fois-ci au Salon VIP du Salon international de l’auto de Québec pour une rencontre privilégiée avec notre chroniqueur automobile Paul-Robert Raymond.

Vous vous intéressez aux tendances en automobile? À notre rapport à cette industrie? Vous avez des questions sur le singulier métier de chroniqueur automobile? Ce rendez-vous est pour vous. 

La rencontre que j’aurai la chance d’animer sera composée d’un entretien suivi d’une période de questions du public.

Chaque personne inscrite aura aussi droit à un laissez-passer pour le Salon de l’auto.

Cette activité est offerte en priorité aux abonnés, membres et ambassadeurs du Soleil. Inscrivez-vous dès maintenant à l’adresse paulrobertraymond.lesoleil.com Places limitées à 40 chanceux!

D’autres rencontres Conversation avec nos chroniqueurs sont prévues dans les semaines à venir. Restez à l’affût!  

Essai-éclair: Ford Escape 2020

Le Ford Escape était mûr pour une refonte majeure. Et le résultat est très loin d’être vilain.

Plus long et ayant une apparence «plus voiture» que le Ford Edge, l’Escape se déplace vivement et tout en souplesse. Il faut souligner que la version essayée était la Titanium dotée du plus puissant moteur dans ce modèle soit le quatre-cylindres EcoBoost de 2,0 litres à double volute. 

Des moteurs de 1,5 et de 2,5 litres sont également offerts, incluant une version hybride et une autre rechargeable. 

Parlant de consommation, les déplacements urbains n’ont probablement pas rendu justice aux données avancées par le constructeur, soit 10,4 l/100 km en ville ou 7,5 l/100 km sur la route. 

Quant à l’aménagement intérieur, on constate que l’ensemble est réalisé avec goût, malgré la présence de certains plastiques de moindre qualité.

+

DONNÉES TECHNIQUES

Prix: à partir de 28 549 $

Prix du modèle essayé: 40 049 $ (Titanium)

Moteur: L4 2,0 litres EcoBoost (L4 1,5 et 2,5 litres aussi offerts)

Puissance: 250 ch (186 kW) à 5500 tr/min

Couple: 280 lb-pi (379 N.m) à 3000 tr/min

Transmission: automatique à huit rapports

Consommation réalisée: 17,4 l/100 km (conduite urbaine en hiver) 

Moto, quad et compagnie: les rappels sur les véhicules de loisir

Q  Comme pour les automobiles, est-ce qu’il existe des rappels de produits et des bulletins de sécurité pour les véhicules de loisirs?

R Oui. Un concessionnaire de la marque de votre quad ou de votre motoneige est en mesure de vérifier les bulletins ou rappels applicables à votre véhicule en faisant une recherche avec son numéro d’identification à 17 caractères. 

Vous pouvez aussi faire la recherche vous-même, sans frais, dans la banque de données des rappels de sécurité de Transports Canada

Ces démarches sont fort avisées pour vous assurer du bon fonctionnement de votre véhicule, surtout si vous vous en procurez un d’occasion.

Aides à la conduite: au moins 10 ans avant la conduite autonome 

CHRONIQUE / Ils sont de plus en plus offerts dans les véhicules, même les plus «communs». Les systèmes d’aide à la conduite sont la porte d’entrée vers la conduite complètement autonome. Est-ce que le monde est prêt pour ça? 

Il semble qu’il faudrait attendre au moins une dizaine d’années avant de voir des véhicules autonomes offerts sur le marché. Nous avons posé la question à Chris Davies, chef de la division de la recherche et du développement chez Belron Technical, basé en Grande-Bretagne. Lui et son équipe ont pour mission de bien comprendre comment les systèmes d’aide à la conduite fonctionnent, pour ensuite former les employés dans les centres de service de la multinationale. «Nous devons savoir où sont situés les capteurs et les caméras pour bien les calibrer quand vient le temps de remplacer un pare-brise. Il y a un réel manque de connaissance envers ces systèmes dans l’industrie», dit-il.

Mis à part le système Auto Pilot, offert dans les modèles de Tesla, on ne retrouve pas sur le marché de système pouvant prendre le contrôle total du véhicule.

«Certains systèmes d’aide à la conduite ont été mis en marché dans le courant des années 1990. Mais la complexité de ces systèmes a évolué durant les années 2000. À la fin des années 2000, ils ont commencé à être plus répandus dans les véhicules luxueux. Mais autour de 2015, il y a eu une explosion de l’offre de tels systèmes dans les véhicules», explique M. Davies. 

«Originalement, on croyait que les véhicules pouvant se rapprocher de la conduite autonome pouvaient être mis en marché cette année ou l’an prochain. On constate que les constructeurs ont pris un peu de recul sur le sujet. Il faut plus parler d’un horizon vers 2030 pour voir des systèmes plus évolués et à toute épreuve. Des GPS à haute résolution devraient aussi être intégrés d’ici les 10 prochaines années.»

Quand on lui demande si les systèmes sont-ils assez robustes pour prétendre à être aptes pour la conduite autonome, il répond : «La technologie est très impressionnante. Elle fonctionne très bien. Mais, voyez-vous, le cerveau humain peut très rapidement détecter le danger. Une machine peut quant à elle se questionner sur les circonstances entourant ce qu’elle détecte. [...] On est encore loin de la perfection.»

Plusieurs systèmes d’aide à la conduite reconnaissent les panneaux de signalisation indiquant la vitesse ou utilisent les données contenues dans les GPS. Hélas, ce n’est pas au point. La caméra peut confondre un panneau de limitation de poids sur un pont avec celui de la limite de vitesse. Heureusement que le conducteur a encore le contrôle sur la vitesse du véhicule. Imaginez ce qui pourrait arriver si l’ordinateur de bord décidait si la limite de vitesse passait de 70 à 15 km/h, juste parce qu’il a «vu» le panneau de limitation de poids...

Et que dire de notre réalité nordique? Quand on roule en hiver, la carrosserie devient facilement enneigée et les capteurs deviennent obstrués. Les systèmes d’aide à la conduite ou de conduite autonome deviennent inopérants. «En ce moment, les caméras sous le pare-brise ont un dégivreur uniquement pour elles. Dans un avenir rapproché, je peux imaginer qu’il y aura des mécanismes de nettoyage et de dégivrage pour les capteurs installés sur la carrosserie», conclut M. Davies. 

Auto

La neige dans les roues, protéger le connecteur du verglas et les pneus d’hiver en Floride: les conseils de la semaine

Q  Comment faire pour enlever la neige des roues? Mon véhicule vibre et j’ai peur d’endommager la suspension ou la direction si je ne fais rien rapidement.

R  Vous pouvez d’abord tenter de passer un vieux balai à neige entre les rayons de la jante. Si ça ne suffit pas, allez dans un lave-auto à la main du type «faites-le vous-même». Dirigez le pulvérisateur vers l’intérieur des roues pour faire décoller la neige qui y aurait adhéré. Évidemment, c’est plus facile à faire pour les roues avant (qui pivotent) que les roues arrière. Mais attention : en fondant, la neige peut mal s’écouler et geler dans le bas de la roue s’il fait très froid, ce qui ne réglerait pas le problème.

Auto

Les problèmes de Renault liés au style de gestion de Ghosn, selon son prédécesseur

PARIS — Les difficultés actuelles de Renault sont liées au style de gestion de Carlos Ghosn, a estimé jeudi l’ancien pdg du constructeur automobile français, Louis Schweitzer, sur la radio RTL.

«Les difficultés propres à l’alliance Renault-Nissan [...] tiennent à la façon dont cette alliance a été pilotée avant le départ de Carlos Ghosn», a déclaré M. Schweitzer, qui a dirigé le groupe de 1992 à 2005 et mis sur pied le partenariat franco-japonais en 1999.

Actualités

Les nouvelles plaques d'immatriculation ontariennes difficiles à lire

TORONTO — Le gouvernement de l’Ontario a affirmé mardi qu’il maintenait le déploiement des nouvelles plaques d’immatriculation des véhicules malgré les indications de certains policiers selon lesquelles les nouveaux modèles sont difficiles à lire dans des conditions de faible luminosité.

La ministre des Services aux consommateurs, Lisa Thompson, a déclaré que la province examinait les plaintes concernant les nouvelles plaques, qui ont commencé à être déployées il y a quelques semaines, mais a souligné que les tests préalables à leur utilisation avaient été concluants.

Auto

Les voitures à transmission manuelle doublées par les véhicules électriques

CHRONIQUE / En 2019, aux États-Unis, la proportion de véhicules électriques (VÉ) a dépassé celle des voitures équipées d’une boîte de vitesses manuelle. Signe du déclin de popularité de cette manière de conduire…

L’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), citant des chiffres de Green Car Reports, ainsi que Drivetribe — la plateforme numérique fondée par les anciens animateurs de Top Gear, pas les plus grands fervents des VÉ — ont relayé cette information dans leurs sites Web et les médias sociaux.

Auto

Les phares bleutés, les huiles de transmission et l’amaxophobie: les conseils de la semaine

Q  J’ai souvent l’impression d’être aveuglé par des phares bleutés depuis quelque temps. Est-il légal de remplacer les ampoules d’une voiture par d’autres, colorées ou plus puissantes? — Pierre G., Québec

R  Oui, c’est permis, à condition que tous les composants portent la mention SAE appropriée à leur fonction et à leur position sur le véhicule. Par exemple, l’inscription SAE HL est inscrite sur les phares conçus pour recevoir une ampoule DEL. Dans cet esprit, il est interdit de remplacer des ampoules ordinaires par d’autres au xénon (DHI) ou des diodes électroluminescentes (DEL) lorsque le bloc optique d’origine n’est pas créé pour elles.

Essai-CAA: BMW Série 3 2020 

La septième génération de la légendaire BMW Série 3 est arrivée au Canada au printemps 2019.

Fini la propulsion, la boîte manuelle, la familiale et le moteur diesel : la gamme comprend strictement une berline à quatre cylindres, la 330i, et une autre à six cylindres, la 340i. 

Les deux arrivent avec la traction intégrale, un équipement enrichi, des dimensions agrandies... et des tarifs à la hausse. 

Une version hybride rechargeable est attendue plus tard en 2020; son autonomie devrait atteindre 50 km. La refonte de la Série 3 a-t-elle enfin remis l’agrément de conduite à l’avant-plan? 

Découvrez-le dans l’analyse des experts automobiles de CAA-Québec.

Essai-éclair: Mini Cooper S 60e anniversaire 

Pour souligner le 60e anniversaire de la sortie d’usine de la première Mini, le constructeur propose une édition spéciale 60 Years.

Évidemment, celle-ci est ornée sur les flancs et à d’autres endroits du logo rappelant cet anniversaire, ainsi qu’un ensemble de jantes spécifiques. Elle est aussi dotée du projecteur sous les miroirs qui illumine le sol avec le même logo. 

La version essayée arborait le mythique British Racing Green — version métallisée —, proposé d’emblée sur cette version. Toutefois, d’autres couleurs sont offertes sans frais comme le blanc argent métallisé, le noir minuit métallisé ou le gris Moonwalk semi-métallisé. 

Pour le reste, toujours le même plaisir de conduire que procure les Mini, et ce, même en hiver. On retient toujours l’audace de l’aménagement intérieur où les formes rondes sont à l’honneur et les interrupteurs de style aviation.  

+

DONNÉES TECHNIQUES

Prix: à partir de 27 390 $

Prix du modèle essayé: 35 690 $ (groupe 60 Years avec boîte automatique)

Moteur: L4 2,0 litres turbocompressé

Puissance: 189 ch (141 kW) à 5000 tr/min

Couple: 207 lb-pi (280 N.m) entre 1350 et 4600 tr/min

Transmission: automatique à sept rapports à double embrayage

Consommation réalisée: 16,4 l/100 km (conduite urbaine en hiver)

Moto, quad et compagnie: les signaux manuels pour motoneigistes

Q  Existe-t-il un code universel de signaux manuels pour les motoneigistes, un peu comme pour les cyclistes?

R Oui! Ces signes de la main sont approuvés par le Conseil canadien des organismes de motoneige (CCOM), l’American Council of Snowmobile Associations (ACSA) et l’International Snowmobile Council (ISC). 

Vous trouverez les schémas de ces signaux ainsi que la signification de chacun sur le site Web de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec

Prenez un moment pour les découvrir, puisque les motoneiges sont dépourvues de clignotants.

Auto

Plus de 20 millions $ en voitures de collections privées au Salon de l'auto de Québec

Pour son édition 2020, le Salon international de l’auto de Québec (SIAQ) présentera 12 voitures de grand luxe, représentant une valeur de plus de 20 millions $. Il s’agit d’une première pour l’événement.

Même si le SIAQ est l’endroit où on peut voir pratiquement toutes les marques de voitures à la même place, il reste toujours une place pour les amateurs de voitures de luxe.

Auto

Le F-150, la Civic et le RAV4 au sommet du «top» 50 des ventes au Québec

CHRONIQUE / «Protégez-Vous» vient de publier une compilation des 50 véhicules les plus vendus au Québec. Presque sans surprise, le camion Ford F-150 est au sommet, suivi par la compacte Honda Civic et le VUS Toyota RAV4.

En 2019, il s’est vendu au Québec 23 759 camions Ford F-150. Cependant, ce volume de vente est demeuré stable par rapport à l’année précédente, enregistrant une légère progression de 1,2 %. Par contre, ses concurrents directs, les camions Ram 1500-2500-3500, ont connu une hausse de popularité de 30,5 %, avec presque 14 000 unités vendues. Les Ram se trouvent au quatrième rang du top 50, alors qu’ils étaient au neuvième l’année précédente.

Dans les 10 véhicules se trouvant dans le haut de la liste, on retrouve six modèles appartenant aux catégories des VUS et des camions. Pour ceux-ci, leurs ventes en chiffres absolus sont en progression, alors que dans le cas des voitures se trouvant dans le top 10, leur variation annuelle est négative.

Cela confirme la tendance lourde à laquelle les VUS et les camions ont la cote auprès des acheteurs. Près de la moitié des véhicules vendus au Québec (47 % en première place) étaient des VUS et 15,3 % (en troisième place), des camions. Ce qui représente plus de 62 % des ventes de véhicules neufs.

Protégez-Vous dénombre 208 000 VUS vendus en 2019 au Québec. «Un record absolu.»

Maintenant, les voitures compactes demeurent au deuxième rang, en totalisant 19,8 % des ventes. Mais leur empreinte sur le marché est en baisse avec un déclin de 14 % de leurs ventes.

Dans les véhicules électrifiés, seulement deux modèles figurent dans ce top 50, soit la Toyota Prius (4549 unités vendues, progression de 109,1 % en 27e place) et la Chevrolet Bolt EV (2829 unités vendues, progression de 93 % en 40e place).

Cela peut assurément s’expliquer par la disponibilité accrue de ces modèles sur le marché avec la suppression du rabais gouvernemental de 14 000 $ en Ontario, incitant les constructeurs à vendre ses véhicules électriques ici. Ce qui est notamment vrai pour la Chevrolet Bolt EV. 

Et pourquoi aucun autre véhicule électrique ne se trouve dans la liste? Probablement en raison de l’offre pour plusieurs modèles qui est faite au compte-gouttes.

Voilà ce qui m’amène à un argument souvent répété quant à la volonté de passer au véhicule électrique. Plusieurs répètent que les voitures électriques sont des «chars de riches» en raison des prix plus élevés à l’achat que des véhicules à moteur à combustion. Et sans compter sur l’image projetée par les Tesla (Model S et Model X) dont le prix est vraiment élevé.

Cependant, la lecture des chiffres de Protégez-Vous me fait réaliser que plusieurs sont prêts à payer des prix équivalents à ceux des véhicules électriques pour se payer un Ford F-150. 

Même si le moins coûteux des F-150 se vend 29 339 $, la plupart des acheteurs opteront pour les modèles de moyen ou haut de gamme, pouvant se détailler au-delà de 40 000 $. Le plus luxueux se vend 83 829 $. Le prix de base représente plutôt celui que paieront des parcs automobiles, dont les ventes sont aussi comptabilisées par Protégez-Vous.  

Les résultats complets de la compilation de Protégez-Vousbit.ly/37eyNA6

Auto

Vitres embuées, chaleur dans l’habitacle et informations sur les véhicules électriques: les conseils de la semaine

Q Comment se débarrasser de la buée dans les vitres l’hiver?

R  D’abord, entrouvrez une fenêtre de votre véhicule afin de bien l’aérer. Vous pouvez aussi vous servir de votre climatiseur : c’est une bonne façon d’éliminer l’humidité présente dans l’habitacle lorsqu’il ne fait pas trop froid.

Moto, quad et compagnie: la motoneige sur la glace

Q Même si je sais qu’on doit demeurer dans les sentiers balisés, quelle est, en théorie, l’épaisseur de glace minimale recommandée pour qu’on puisse s’aventurer sécuritairement sur un cours d’eau?

R  Effectivement, vous devriez toujours demeurer dans les sentiers balisés; la glace n’est jamais sécuritaire à 100 %, puisque son épaisseur est rarement uniforme. Selon la Société de sauvetage, l’épaisseur minimale pour soutenir le poids d’une motoneige ou d’un quad est de 12 cm (environ 5 po). Si la glace a une épaisseur de 7 cm (3 po) ou moins, ne vous y risquez même pas à pied.

Essai-éclair: Lexus RX 350 2020

Lexus a fait une mise à jour son VUS intermédiaire de luxe, le RX, à demi-parcours. Quelques retouches d’ordre esthétiques et des nouveautés technologiques.

Ce véhicule offre évidemment espace et confort dans un environnement soigneusement fini. 

On apprécie sa conduite assurée et précise, ainsi que son agilité. Merci au moteur V6 de 3,5 litres qui offre une douceur de roulement. 

Quant à la consommation de carburant, elle se situe au-dessus des 10 litres aux 100 kilomètres. Toutefois, on a pu constater une moyenne de 8,8 l/100 km, en roulant sur l’autoroute. Par contre, on peut l’abreuver d’essence ordinaire, ce qui augmente la consommation de quelques dixièmes de litres au 100 kilomètres. 

Une version hybride (légère) est aussi offerte, le RX 450h. Cependant, impossible de savoir si Lexus prépare une version rechargeable du RX, ce qui pourrait être grandement apprécié.

Quant au système d'infodivertissement, l'écran central est dorénavant tactile. Une des nouveautés qui peut faire éviter d'avoir à utiliser le fameux pavé tactile qui équipe les modèles Lexus et qui en fait rager plus d'un. 

Auto

Ferrari franchit un seuil historique avec 10 000 voitures livrées en un an

MILAN — Plus de 10 000 bolides livrés sur la planète, une première dans l’histoire de Ferrari : la prestigieuse marque au cheval cabré a connu une année 2019 record en terme de ventes et compte bien continuer à galoper en 2020.

Le fringant constructeur italien (il souffle ses 72 bougies cette année) s’est imposé dans l’imaginaire collectif comme l’une des marques emblématiques de l’automobile sportive.

Systèmes d’aide à la conduite: attention aux caméras non calibrées

CHRONIQUE / Les systèmes avancés d’aide à la conduite (SAAC) sont de plus en plus présents dans les véhicules neufs. Cependant, ceux-ci requièrent une caméra et des capteurs pour bien fonctionner.

Cette caméra doit être bien calibrée afin de bien calculer la distance entre l’objet ou le véhicule qui se trouvent devant notre pare-chocs. Il en avait été question dans une chronique parue en avril dernier, dans laquelle on voyait comment une telle opération se déroule.

Cependant, selon la division canadienne de Belron International, Belron Canada, qui possède notamment les bannières Speedy Glass, Lebeau Vitres d’auto, DURO, entre autres, le Canada serait à la traîne quant à l’obligation de calibrer les caméras des SAAC lors du remplacement d’un pare-brise. 

Lors de la démonstration en avril dernier, il a été possible de constater que la calibration de la caméra, qui se trouve tout près du rétroviseur central, est nécessaire après le changement du pare-brise. Car il est impossible de replacer celui-ci exactement au millimètre près à la même place qu’en usine. 

«Jusqu’à présent, les assureurs n’ont pas porté beaucoup d’attention sur les caméras des SAAC. On en a même vu certaines [arrivées dans nos ateliers ou chez des concessionnaires] qui ont été débranchées par des installateurs de pare-brise qui ne les calibrent pas», commente Sylvie Leduc, vice-présidente à la gestion de marques et la promesse client, chez Belron Canada. 

La multinationale a par ailleurs publié en 2019 un livre blanc intitulé Le lien caché entre les pare-brise et la sécurité routière. On y apprenait notamment que «seulement 28 % des conducteurs canadiens savent que leur caméra numérique doit être calibrée lors d’un remplacement de pare-brise». Étonnant pour des systèmes qui peuvent se trouver dans déjà 3,7 millions de véhicules qui circulent sur nos routes. «Et d’ici cinq ans, 80 % des nouveaux véhicules seront munis de la caméra digitale avant et 50 % du parc automobile canadien en sera également muni», indique Belron Canada dans un communiqué envoyé récemment.

Être bien équipé

Pour calibrer adéquatement ces caméras, il faut que les ateliers soient bien équipés. En avril dernier, on a été en mesure de constater que chaque constructeur automobile a son propre protocole de calibration. «On dépend des constructeurs pour la technologie de calibration. Chez certains, on doit acheter des cibles et chez d’autres, c’est du pay per use [payable à l’utilisation]», ajoute la vice-présidente.

«Les garages indépendants n’ont pas de système de calibration. Et les concessionnaires automobiles renvoient les clients dans les ateliers comme les nôtres lorsque vient le temps de remplacer un pare-brise», explique Mme Leduc. Elle ajoute que Belron Canada a investi plus de 8 millions $ afin d’équiper ses ateliers de remplacement de pare-brise au cours des 24 derniers mois. 

Belron avance que les assureurs pourraient économiser jusqu’à 1000 $ par réclamation si le taux de pénétration des SAAC continue de suivre les tendances actuelles et bien sûr si ces systèmes sont bien calibrés. La firme tente de sensibiliser le nouveau gouvernement fédéral de légiférer afin de rendre obligatoire les calibrations de caméras lors des changements de pare-brise. 

«Et pourtant, une calibration coûte 225 $. Les assureurs au Canada ne voient pas les bénéfices de bien calibrer ces systèmes. En Europe, ils sont beaucoup plus en avance que nous. Des études faites là-bas, entre autres par GM et l’assureur Allianz, ont démontré que le freinage automatique d’urgence a réduit de la moitié les accidents de la route. Et d’autres dispositifs comme l’alerte de franchissement involontaire de ligne ou le système anticollision réduisaient du quart chacun les accidents», conclut Mme Leduc.

Auto

Après la pluie verglaçante, virage sur feu de piéton et la ceinture pour les passagers: les conseils de la semaine

Q Que faire lorsque mon véhicule ressemble à un bloc de glace à la suite d’un épisode de pluie verglaçante?

R  Épandez des fondants près des pneus afin de les dégager de leur emprise. Si votre véhicule est équipé d’un démarreur à distance, il est alors justifié de l’utiliser! Vous pourrez ainsi faire «chauffer» votre voiture, ce qui facilitera le déglaçage. Sinon, laissez couler de l’eau chaude sur la portière pour avoir accès à l’intérieur de l’habitacle. Mais évitez d’arroser la serrure et asséchez bien les joints d’étanchéité!

Moto, quad et compagnie: les pneus pour rouler en quad sur la glace et la neige durcie

Q Quels conseils me donneriez-vous pour circuler plus sécuritairement dans les sentiers glacés ou sur la neige durcie avec mon quad? Je ne souhaite pas remplacer les pneus ordinaires par des pneus à crampons.

R  Ces conditions peuvent jouer bien des tours aux quadistes. L’adhérence des pneus n’est alors pas optimale. Le premier conseil serait d’abaisser légèrement la pression des pneus (1 ou 2 psi devraient suffire) pour améliorer l’adhérence. 

Deuxièmement, engagez les quatre roues motrices quand vous circulez. Troisièmement, nous vous suggérons de placer le matériel à transporter sur le support avant du véhicule. Vous aurez une meilleure maîtrise de votre machine, puisque vous pourrez mieux gérer le transfert de poids dans les courbes. 

Finalement, comme vous le faites avec votre voiture sur la route, ralentissez et adaptez votre conduite lorsque les conditions sont plus difficiles.

Auto

GMC ressuscitera le Hummer... en véhicule électrique [VIDÉO]

Un pied de nez aux écolos? Peut-être... GMC ressuscitera ce qui a été jadis le symbole du véhicule polluant, le Hummer, en... véhicule électrique.

Le constructeur américain General Motors (GM) a annoncé jeudi que le GMC Hummer EV sera lancé le 20 mai prochain à l’usine d’assemblage de GM de Detroit-Hamtramck, au Michigan.

Trois chiffres ont émané du communiqué publié jeudi : une puissance de 1000 chevaux, un couple de 11 500 livres-pieds (!) et le 0 à 60 milles à l’heure (96 km/h) en seulement trois secondes. Aucune information quant à l’autonomie de la batterie n’a été divulgée.

En attendant le dévoilement du véhicule, une publicité de 30 secondes, intitulée «Quiet Revolution» (révolution silencieuse), sera diffusée lors du LIVe Super Bowl, dimanche, durant le deuxième quart de la partie. «La publicité mettra de l’avant la performance anticipée du super camion tout-électrique de GMC, qui générera des mesures remarquables en termes de puissance, de couple et d’accélération tout en procurant des capacités incroyables en conduite hors route. Tout ça combiné avec un bruit considérablement réduit et aucune émission polluante», peut-on lire dans le communiqué de GM.

Pour l’anecdote, Arnold Schwarzenegger doit rire dans sa barbe. En 2017, l’ancien gouverneur de la Californie était ambassadeur du constructeur autrichien Kreisel Electric qui se spécialisait dans la conversion à l’électricité de véhicules, comme le Hummer H1 qui avait été présenté par l’acteur. Le H1 converti avait une puissance de 482 chevaux et une autonomie de 300 km. Mais la vitesse maximale était limitée à 120 km/h.

Sur Internet : www.gmc.com/hummerev

Actualités

Sa Lamborghini jaunit à la chaleur

L’expertise de l’évaluateur automobile granbyen Denis Fausse se retrouve au cœur d’une poursuite de plus de 400 000 $ intentée par un Montréalais et son fils à l’endroit d’un concessionnaire Lamborghini.

En tout près de 40 ans de carrière, M. Fausse n’avait jamais vu un tel phénomène : exposée à la chaleur ou au soleil, la peinture blanche du véhicule, une Lamborghini Huracan Spyder 2017, tourne au jaune.

Ce faisant, le rêve de Gasparino Caruso est devenu « un cauchemar total », note la poursuite rapportée d’abord par Le Journal de Montréal, jeudi matin.

M. Caruso avait reçu la voiture de luxe en cadeau de son père Calogero, un homme d’affaires de Montréal. Celui-ci avait réhypothéqué sa résidence pour acquérir le véhicule en juillet 2017 pour la somme de 365 000 $ plus taxes auprès du concessionnaire John Scotti Automotive.

Au retour d’une première escapade de 440 kilomètres, M. Caruso, fils, remarque un changement de couleur de la peinture à l’arrière de la voiture. 

Le plaignant et son père retournent donc chez le concessionnaire, qui leur dit que le changement de couleur de la peinture n’est que le reflet du soleil sur la carrosserie. Or, même à l’intérieur, dans un garage, l’effet jaunâtre est bien visible, allèguent-ils.

Le concessionnaire pose alors l’hypothèse que la chaleur émise par le moteur de la voiture pourrait être en cause. 

Insatisfaits, les Caruso ont retourné la Lamborghini chez le concessionnaire, qui a fait venir un spécialiste d’Italie pour inspecter la voiture. Un représentant de Lamborghini U.S.A a pour sa part reconnu que le changement de couleur observé n’était pas normal et leur a offert de remplacer les parties de la voiture touchées par le problème ou de les repeindre, ce qui ne devrait pas miner la valeur de l’automobile.

Dommages

La voiture est entreposée chez le concessionnaire depuis août 2018, où elle est aussi à vendre « telle quelle » pour 349 900 $.

Jugeant la situation « inacceptable », les demandeurs réclament le remboursement de 366 662,21 $ avec intérêts pour l’achat du véhicule ainsi que le remboursement de tous les frais d’assurances, d’immatriculation et d’hypothèque encourus depuis l’entreposage du véhicule. Les Caruso offrent aussi l’option au concessionnaire de remplacer le véhicule par un neuf ou de le décaper et de le repeindre entièrement, à ses frais.

À l’une ou l’autre de ces options s’ajoute une requête en dommages de 50 000 $ pour pallier le « stress, aux inconvénients et aux journées de congé » prises en raison de la situation. 

Essai-éclair: Mazda CX-5 diesel 2020

Alors que plusieurs constructeurs délaissent la motorisation diesel, Mazda va à contre-courant et met sur le marché nord-américain une version de son VUS CX-5 équipé d’un diesel.

Trop peu trop tard, diront certains. Mazda réplique qu’il y a toujours des amateurs de moteurs diesel qui veulent toujours cette motorisation. 

Avec sa capacité de remorquage de 1588 kg (3500 lb), ce CX-5 peut servir à remorquer une roulotte de dimension moyenne. Parfait pour ceux qui ne veulent pas s’encombrer d’un VUS plus volumineux, pouvant tirer plus de poids, mais à un prix comparable? Peut-être. Il faut alors être prêt à débourser 5000 $ de plus par rapport à la version la plus luxueuse de cet utilitaire.

Offert dans la version Signature uniquement (avec tout le luxe que cette livrée apporte), ce CX-5 est en tous points semblable aux autres, mis à part le petit ronron du diesel. Ce dernier offre plus de couple (290 lb-pi contre 227) à bas régime que le moteur 2,5 litres turbocompressé offert dans le CX-5 de haut de gamme.  

Cependant, au chapitre de la conduite, ce CX-5 s'est révélé très agréable et surtout fort... Difficile de rester pris dans la neige avec.

+

DONNÉES TECHNIQUES

Prix: 45 950 $ (version Signature seulement)

Moteur: L4 2,2 litres diesel

Puissance: 168 ch (125 kW) à 4000 tr/min

Couple: 290 lb-pi (393 N.m) à 2000 tr/min

Transmission: automatique à six rapports

Consommation réalisée: 12,7 l/100 km (conduite hivernale)

Essai-vidéo: Mitsubishi RVR 2020

Au moment de son lancement, en 2011, le Mitsubishi RVR a défriché le terrain pour le segment des VUS sous-compacts. Presque tous les constructeurs en ont ajouté un à leur gamme depuis ce temps, tandis que le RVR, lui, restait à peu près inchangé.

La refonte de 2020 n’arrive donc pas trop tôt, même si elle n’est que partielle. Au menu des changements: un nouvel écran tactile, des versions revisitées et, bien sûr, des retouches esthétiques. Mécaniquement, le statu quo prévaut, sauf pour l’ajout de la traction intégrale en option dans la version de base.

Ce léger renouvellement suffit-il pour maintenir le RVR dans le coup?

Visionnez leur compte-rendu vidéo afin de savoir pourquoi.

D'autres essais peuvent être consultés à caaquebec.com/essaisroutiers.

Auto

Rivian contribuera au développement du premier véhicule électrique de Lincoln

La division de véhicules luxueux de Ford, Lincoln, a annoncé mercredi qu’elle s’associe avec la jeune pousse Rivian pour travailler conjointement sur le premier véhicule électrique de la marque Lincoln.

Ce véhicule électrifié Lincoln sera construit à partir de la technologie de «planche à roulettes» proposée par Rivian. Rappelons que Ford a investi 500 millions $US (659 millions $) dans Rivian. Cet investissement fait partie des 11,5 milliards $US (15,1 milliards $) que le constructeur américain injecte dans l’électrification de sa gamme de véhicules.

Moto, quad et compagnie: transporter des enfants dans la remorque de motoneige

Q Peut-on promener des enfants dans une remorque attachée derrière une motoneige?

R  C’est légal, mais CAA-Québec le déconseille. Le risque d’intoxication au monoxyde de carbone est bien réel pour les occupants de la remorque, puisqu’ils se trouvent alors directement dans le sillage du tuyau d’échappement de plusieurs modèles de motoneige. Cela dit, si vous tenez à le faire, privilégiez une remorque ouverte ou, à tout le moins, qui possède une cabine bien ventilée. Prenez aussi des pauses fréquentes pour limiter l’exposition des passagers aux gaz nocifs.

La Loi sur les véhicules hors route exige notamment que les remorques soient munies de deux réflecteurs à l’arrière, de deux autres sur le côté, d’un feu arrière central qui s’allume lorsque vous freinez ainsi que d’une attache rigide. N’oubliez pas que les occupants de la remorque doivent porter un casque de sécurité même si elle a une cabine fermée.

Fait-on vraiment trop la promotion des véhicules électriques?

CHRONIQUE / Un lecteur m’écrivait récemment que la presse en général fait trop la promotion des véhicules électriques (VÉ), en soulignant le manque de neutralité de la part des journalistes. Mise au point.

Dans un court courriel, ce lecteur écrit : «Vous faites, vous et vos collègues, une forte publicité pour les VÉ. Jamais, par contre, vous ne mentionnez les fortes subventions reçues à l’achat des véhicules, ni le fait qu’ils ne paient aucune taxe pour circuler, taxes très élevées qu’on paie à l’achat d’essence. Je paie quand même pas mal de taxes de toutes sortes et d’impôts, et ça m’énerve un brin de devoir payer les véhicules de gens plus riches que moi. Si vous étiez un peu plus neutre dans vos commentaires, vos collègues et vous en feriez mention dans vos articles comme celui d’aujourd’hui [lundi dernier].»

Ceci est le genre de critique souvent lues et vues dans les réseaux sociaux provenant de ceux qui résistent aux changements qui peuvent survenir. Et c’est tout à fait normal, car l’humain a toujours peur du changement. Tout le monde, un jour ou l’autre, a eu une résistance au changement, même votre humble serviteur.

Cependant, quant à la «révolution» qui est présentement en route, on ne peut que la saluer. Car, lentement mais sûrement, on pourra se libérer de l’essence, à moyen et à long terme. 

Je peux comprendre qu’il est difficile de se défaire d’un paradigme auquel on est habitués depuis plus d’un siècle. On a l’habitude de faire le plein lorsque le réservoir d’essence est vide. Alors qu’avec les véhicules électriques, on peut partir de chez soi avec une batterie pleine qu’on a rechargée durant la nuit. 

Et à ceux qui disent qu’il n’y a pas de voitures électriques qui peuvent parcourir 500 kilomètres avec une charge, sachez qu’il y en a sur le marché. Cependant, il faut aussi savoir que près de 9 automobilistes sur 10 pourraient très bien se servir d’un VÉ avec une autonomie de 200 km et moins pour faire leur parcours quotidien.

Je vous mets au défi de mettre votre odomètre trajet à zéro avant de partir pendant quelques jours et de relever le nombre de kilomètres parcourus quotidiennement pour aller au travail et en revenir, avec les courses et autres déplacements. Vous constaterez sûrement que le nombre se situera sous les 100 km. 

Trop subventionnés?

Notre lecteur soulève le fait que les VÉ sont fortement subventionnés. Je me suis amusé à faire ce petit calcul : il y aurait présentement 66 000 VÉ immatriculés au Québec. Si on attribue la somme de 8000 $ à chacun (ce qui n’est pas la vraie somme, car certains ont obtenu moins de rabais parce qu’ils sont rechargeables, etc.), ça nous donne un total de 528 millions $. Distribués sur huit ans...

On est loin des 19 milliards $ consentis à l’industrie pétrolière — en subventions, en congés fiscaux, en lignes de crédit, etc. — depuis l’élection des libéraux de Justin Trudeau en 2015. Ce montant inclut toutefois les 4,7 milliards $ pour l’achat du pipeline KinderMorgan par Ottawa, annoncé en 2017. Pour les fins détails, je vous invite à lire la Vérification faite de mon collègue Jean-François Cliche. La comparaison n’est pas difficile à faire.

Également, plusieurs s’arrêtent souvent au prix d’achat pour prétendre que les VÉ sont des «chars de riches». Le coût du carburant, qui ne cesse de jouer au yo-yo, est souvent ignoré dans l’équation. Savez-vous que la différence de prix entre les véhicules à essence et les VÉ peut s’annuler après quatre ou cinq ans, quand on met bout à bout tous les frais? Il existe d’ailleurs un excellent outil mis en ligne (coutsdutilisation.caa.ca/fr/) par le CAA (la division canadienne) pour calculer le coût total d’acquisition en fonction du kilométrage fait chaque année, etc.

Parlant du coût de l’essence qui joue au yo-yo, savez-vous que certaines stations-service opérant sur 24 heures haussent le prix à la pompe durant la nuit? On y reviendra.

Et comme toute nouvelle technologie, il faut s’attendre à ce que les prix à l’achat diminueront avec le temps. Il arrivera un moment où le prix d’achat d’un VÉ sera le même qu’un à essence. À ce moment, il sera certes superflu d’offrir des rabais gouvernementaux.

Enfin, sachez qu’au Québec, il y a un écosystème d’une trentaine d’entreprises, d’instituts et d’individus qui œuvrent dans l’électrification et qui se forgent une expertise unique. Il serait dommage que cet écosystème n’existe plus parce que les VÉ seront de plus en plus fabriqués en Chine...

Auto

Démarrer par temps froid, photo du certificat d’immatriculation et une 2020 ou une 2019?: les conseils de la semaine

Q Comment bien faire démarrer ma voiture à essence par temps froid?

R  En général, une tentative de démarrage ne devrait pas dépasser de 8 à 10 secondes. Si elle ne fonctionne pas, laissez passer 30 secondes, puis recommencez en suivant la recommandation du manuel du propriétaire (par exemple, maintenir l’accélérateur enfoncé au plancher sans risque de noyer le moteur). Après quatre tentatives infructueuses, chacune à 30 secondes d’intervalle, abandonnez. Si votre voiture a un bouton-poussoir, vous devrez peut-être appuyer de nouveau sur celui-ci pour arrêter le démarreur.

Essai-éclair: BMW M340i xDrive 2020

Ce véhicule entre dans la gamme des modèles M Performance que BMW lance depuis peu. Il ne s’agit pas d’une M3, mais bien d’un bolide bien plus performant qu’une Série 3 dite «conventionnelle».

Avec cette M340i, le mode Sport n’est pas de la frime. Tout en raffermissant la suspension et la conduite, il émet une sonorité bien distincte avec le système d’échappement régulé à l’aide de valves. 

Cette voiture est aussi proposée avec uniquement la propulsion (roues arrière motrices), mais force est d’admettre que la traction intégrale xDrive s’est révélée très utile lors d’un voyage entre Victoriaville et Québec pendant une chute de neige assez soutenue. La conduite ferme et précise a su nous donner toute l'assurance voulue pour faire ce parcours. 

Quant à la consommation, on a pu rouler sur l’autoroute en «buvant» que 7,3 l/100 km, en mode Sport. Mais avec les parcours urbains combinés aux kilomètres sur la route, la consommation s’élève à 10,5 l/100 km. Et cette bête s'abreuve de carburant super...

Cette Série 3 semble assez spacieuse, mais ne vous y trompez pas. À l'avant, rien à redire. À l'arrière, l'espace est assez restreint, surtout pour le dégagement des jambes des occupants. Et enfin, avisez-vous d'asseoir plus de deux adultes. À trois occupants, vous risquez d'avoir des griefs quant à la largeur de l'habitacle.

Dans l'ensemble, pour une voiture qui n'est pas «une vraie M», elle en a quand même beaucoup à offrir. Mais il s'agit plutôt d'une voiture pour un couple sans enfant ou au maximum avec deux.