Le batteur des Black Keys, Patrick Carney

Y étiez-vous? The Black Keys sur les Plaines, en 2011

Remplir les plaines d'Abraham est un gros contrat, c'est pourquoi, généralement, le Festival d'été de Québec préfère jouer de prudence en sélectionnant ses têtes d'affiche. En 2011, toutefois, l'organisation s'est permis un risque en invitant les Black Keys.
Certains ont reproché au FEQ de miser sur la nostalgie pour faire courir le public sur les Plaines, mais avec le duo de Dan Auerbach (voix, guitares) et de Patrick Carney (batterie), le 10 juillet 2011, on avait affaire à une formation tout près d'atteindre le sommet de sa carrière, grâce à l'excellent album Brothers
La température peu clémente n'avait pas empêché les spectateurs d'être au rendez-vous, à la surprise, même, d'Auberbach : «C'est notre première fois ici et c'est pas mal impressionnant! Merci de passer du temps avec nous sous l'orage et les éclairs.»
OEuvrant dans un décor vintage - y compris sur les grands écrans, qui diffusaient en noir et blanc pour l'occasion - les Keys ont d'abord effectué une plongée en règle dans les titres plus anciens de leur répertoire, sans collaborateurs. Le jeu autant que le son était impeccable, mais preuve que le groupe s'appuyait sur son matériel présent plutôt que passé, c'est quand il a commencé à interpréter les titres de Brothers qu'il a amené son spectacle à un autre niveau, étant alors augmenté d'un complice aux claviers et d'un autre à la basse. La très soul Everlasting Light, la mélodique Howlin' for You, où le public ne se gênait pas pour chanter, et le succès Tighten Up ont tous fait mouche.
Un passage sans bavure, qui a mis la table à un retour encore plus couru, deux ans plus tard.
Y étiez-vous?
Réagissez sur le blogue de Nicolas Houle