Le groupe s'apprête à fêter ses 20 ans, cet été, sur les plaines d'Abraham.

Y étiez-vous? Les Cowboys Fringants en 2005

Vous croyez que c'était hier que les Cowboys fringants faisaient vibrer la province avec les chansons de Break syndical? Pas tout à fait: le groupe s'apprête à fêter ses 20 ans, cet été, sur les plaines d'Abraham...
Si la formation a toujours su se débrouiller en studio, c'est sur scène qu'on apprécie pleinement son énergie contagieuse. En deux décennies, Jean-François Pauzé (guitare), Karl Tremblay (chant), Marie-Annick Lépine (violon, voix, mandoline, accordéon) et Jérôme Dupras (basse) ont multiplié les spectacles. Parmi les plus marquants à Québec, il y a certainement ceux de mars 2005. À l'époque, la troupe, qui avait encore Dominique Lebeau derrière la batterie (il a quitté en 2007), venait de sortir le successeur de Break syndical, intitulé La Grand-messe. Et le public avait hâte d'entendre ce nouveau matériel live: les Cowboys ont occupé la salle Louis-Fréchette pas moins de trois soirs, soit les 4, 5 et 7 mars.
L'album avait été accueilli chaudement par certains, jugé trop léché par d'autres ou encore pas assez différent du précédent, mais en concert, les Montréalais avaient fait l'unanimité. On avait eu la bonne idée, au Grand Théâtre, de retirer les sièges à l'avant pour installer une piste de danse et le party a levé solidement, que ce soit avec La Reine, en ouverture, les locomotives comme La Manifestation ou Toune d'automne, bénéficiant de l'apport des cuivres, ou encore les solides Mon pays et Si la vie vous intéresse... 
La magie de cette rencontre était aussi imputable aux fans, franchement enthousiastes. Ils entonnaient en choeur chacun des textes, dansaient avec frénésie, allumaient les briquets durant les ballades - ou pour griller des joints! - et faisaient du crowd surfing. De quoi faire dire à Dom Lebeau: «on dirait que c'est la Saint-Jean!»
Y étiez-vous?
Réagissez sur le blogue de Nicolas Houle.