Harvey Weinstein et son avocat Benjamin Brafman à leur arrivée au palais de justice, mardi

Weinstein plaide non coupable

NEW YORK — Le producteur déchu Harvey Weinstein a plaidé non coupable, mardi, à des accusations de viol et d’agression sexuelle lors d’une brève audience devant un juge de New York, et son avocat a déjà signalé son intention de gagner la cause avant même qu’elle se rende en procès.

À son arrivée au palais de justice, M. Weinstein est sorti d’un véhicule utilitaire sport et a été escorté jusqu’à la salle d’audience alors qu’une meute de journalistes l’attendait à l’entrée.

Pendant l’audience, l’accusé a calmement répondu par oui et par non aux questions du juge, qui lui a notamment demandé s’il comprenait la nature des accusations portées contre lui.

Quarante minutes plus tard, il est retourné dans son véhicule sans répondre aux questions des journalistes.

Son avocat, Ben Brafman, a déclaré aux médias que la cause était «totalement défendable», selon ce qu’il a appris de la preuve.

«Je crois qu’aujourd’hui est le premier jour de ce processus. Nous commençons notre bataille maintenant», a-t-il lancé, ajoutant qu’il tenterait de convaincre les procureurs d’abandonner les accusations.

«Si nous réussissons, il pourrait ne pas y avoir de procès.»

Un grand jury a formellement déposé des accusations contre M. Weinstein la semaine dernière relativement aux allégations de deux femmes.

Une victime présumée a raconté aux enquêteurs que M. Weinstein l’avait violée dans un hôtel. Une autre, l’actrice Lucia Evans, affirme que M. Weinstein l’a contrainte à lui faire une fellation en 2004.

L’Associated Press n’identifie pas les victimes présumées d’agression sexuelle, sauf si elles s’expriment publiquement.

Des dizaines d’autres femmes accusent M. Weinstein d’inconduites sexuelles allant du harcèlement à l’agression.

L’homme de 66 ans nie toutes leurs allégations et prétend que tous les actes sexuels étaient consentants.

Crédibilité mise en cause

Son avocat a notamment attaqué la crédibilité de la femme qui l’accuse de viol, en prétendant que M. Weinstein et elle entretenaient une relation sexuelle consentante depuis dix ans, qui aurait continué après le viol présumé de 2013.

«Aussi terrible que puisse être le crime du viol, il est aussi répréhensible d’être faussement accusé», a déclaré Me Brafman.

Le procureur du district de Manhattan, Cyrus R. Vance Jr, a affirmé qu’il s’attendait à ce que le camp de Harvey Weinstein remette en doute la crédibilité des plaignantes et du système judiciaire.

M. Vance, un démocrate, a subi des pressions de la part de groupes de femmes pour porter des accusations contre M. Weinstein, après avoir refusé de le faire en 2015, lorsqu’une mannequin italienne avait dénoncé le producteur à la police parce qu’il lui aurait fait des attouchements.

La police avait organisé une mise en scène, lors de laquelle la femme s’était enregistrée en train de confronter M. Weinstein, qui s’était excusé pour son comportement. M. Vance jugeait toutefois que la preuve n’était pas assez solide pour porter des accusations.

Harvey Weinstein a versé une caution de 1 million$US pour recouvrer sa liberté durant les procédures judiciaires. Les deux parties seront de retour en cour à la fin du mois de septembre.