Passionnée par la lecture, Anne Larouche suggère à la communauté francophone de se rassembler autour d’un événement unique: le <em>Weekend sans signet</em>, un marathon de lecture de quatre jours lors desquels le but est de lire quatre livres.
Passionnée par la lecture, Anne Larouche suggère à la communauté francophone de se rassembler autour d’un événement unique: le <em>Weekend sans signet</em>, un marathon de lecture de quatre jours lors desquels le but est de lire quatre livres.

Weekend sans signet: un «lirathon» de lecture en ligne

Léa Harvey
Léa Harvey
Le Soleil
Tourner frénétiquement les pages d’un livre, le dévorer jusqu’au dernier mot pour… en commencer un nouveau. Anne Larouche, jeune blogueuse littéraire, propose aux lecteurs aguerris, comme aux débutants, de venir partager leur passion autour d’un marathon de lecture, du 30 juillet au 2 août prochain, sur sa chaîne YouTube.

Passionnée par la lecture, Anne Larouche suggère à la communauté francophone de se rassembler autour d’un événement unique: le Weekend sans signet, un marathon de lecture de quatre jours lors desquels le but est de lire quatre livres. «C’est un moment durant lequel tout le monde lit en même temps et priorise la lecture», explique la jeune femme de 16 ans, en entrevue au Soleil.

Les participants du «lirathon» sont tout d’abord invités à choisir leurs quatre livres selon quatre catégories proposées par Anne: un livre dont la couverture est leur couleur préférée; un livre sur lequel on retrouve la citation d’un auteur connu; un livre d’origine francophone et, finalement, un livre qui comporte des images.

Tout au long de la fin de semaine, la «booktubeuse» [vidéaste Web qui crée du contenu spécialisé autour de la littérature] animera l’événement sur sa chaîne YouTube, Annelitterarum, avec des vidéos en direct et des séances Zoom où les participants pourront partager leurs livres et lire ensemble. Anne souligne que plusieurs échanges avec d’autres «booktubeuses» du Québec et de France sont au programme. De petits défis, comme la création de poèmes à partir de titres de livres, attendent également les participants.

«C’est sûr que les “booktubeurs”, sur YouTube, sont moins connus que la communauté maquillage ou celle des jeux vidéo, mais on en retrouve beaucoup du côté anglophone. […] Les “lirathons” sont quand même bien connus dans la communauté anglophone, mais pas beaucoup dans la francophonie», explique Anne, qui précise toutefois que les «booktubeurs» français et québécois sont tissés serré et qu’ils échangent fréquemment entre eux.

Pour la jeune femme de Sainte-Foy, il était important et nécessaire de créer un événement comme le Weekend sans signet pour «rassembler les lecteurs francophones autour d’un événement phare où tout le monde peut connecter ensemble».

Une passion qui naît d’un… projet scolaire

Si Anne adore lire depuis qu’elle est toute petite, elle crée son blogue spécialisé, Litterarum, en 2014, dans le cadre d’un projet scolaire. «Quelques mois après la fin du projet, j’ai décidé de continuer le blogue. Et je n’ai jamais arrêté! Plus je vieillis et plus je m’investis dans ce projet-là», raconte-t-elle.

Le «partage» et l’idée de «rassembler», Anne y revient souvent parce que ça lui tient à cœur: «Ce n’est pas tout le monde qui peut partager sa lecture avec ses proches. Moi, j’ai la chance de pouvoir le faire, mais je suis consciente que ce n’est pas le cas de tous. Quand tu es un lecteur, ce qu’il y a de plus précieux, c’est d’échanger sur la lecture. Partager une passion, c’est décupler la passion.»

Originellement blogueuse, Anne a créé sa chaîne YouTube en septembre 2019. La vidéo permet alors à la jeune femme de délaisser quelque peu la critique et de traiter d’autres sujets légers et connexes à la littérature comme l’organisation de sa bibliothèque ou ses dernières nouveautés littéraires.

Avec un peu d’aide familiale, Anne gère tous les aspects de son projet, de la programmation Web à la création de son logo, en passant par le montage vidéo.

Anne, loin d’être du camp des puristes, aime partager et échanger sur toutes les littératures, qu’on lui parle de romans jeunesse, de fantasy, de mangas ou de science-fiction.

«Moi, personnellement, je pense que tous les livres méritent d’être lus. Il n’y a pas une littérature qui soit meilleure qu’une autre. Je pense que juste l’action de lire, c’est merveilleux», conclut-elle.

Tous les détails du Weekend sans signet sont disponibles sur le blogue d’Anne au litterarum.ca.