François Bellefeuille, recevant son Olivier de meilleur vendeur de 2017 lors du Gala des Oliviers de dimanche dernier.

Vincenzo Guzzo a payé 10 100 $ pour l’Olivier de François Bellefeuille

Trois-Rivières — L’humoriste d’origine trifluvienne François Bellefeuille aura finalement réussi un coup fumant en mettant en vente l’Olivier reçu en reconnaissance de son titre de meilleur vendeur dans le domaine de l’humour en 2017 au Québec. Au terme de 72 heures d’enchères, il a obtenu un montant de 10 100 $ pour sa statuette qui a été achetée par Vincenzo Guzzo, vice-président exécutif de la chaîne de cinémas Guzzo.

L’humoriste en a fait l’annonce jeudi après-midi et a même procédé à une remise officielle de son trophée au nouvel acquéreur lors d’une rencontre présentée dans une vidéo de près de deux minutes sur la page Facebook de l’humoriste. Dans cette capsule, Bellefeuille se montre particulièrement enthousiaste devant le résultat financier de son initiative puisqu’il y confirme que lui et le Groupe Phaneuf, qui assure la gestion de sa carrière, fourniront eux aussi la somme de 10 100 $ tout comme le Groupe Juste Pour Rire. C’est donc dire que c’est un montant global de 30 300 $ qui sera remis au Regroupement des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS).

On se souviendra qu’en recevant son Olivier dimanche soir lors de la retransmission télévisée du gala sur les ondes de ICI Radio-Canada Télé, l’humoriste avait annoncé son intention de le mettre aux enchères tout en incitant le Groupe Juste Pour Rire
à s’impliquer en égalant le montant amassé par la vente. Demande qui a, par la suite, reçu une réponse favorable.

Vincenzo Guzzo n’était pas disponible pour commenter l’événement jeudi et l’horaire très chargé de François Bellefeuille ne lui permettait pas lui non plus de répondre directement aux questions du Nouvelliste puisqu’il part en vacances vendredi et devait se plier à une séance de photographies peu après l’enregistrement de la vidéo présentée sur Facebook.

Lors de cette remise officielle, Vincenzo Guzzo demande s’il peut désormais être considéré comme un humoriste lui aussi ce à quoi Bellefeuille lui répond que ce qui est sûr, c’est qu’il est un bien meilleur vendeur que lui. 

L’humoriste vante également le très beau geste de générosité de l’homme d’affaires qui a assuré qu’il réserverait une très belle place à sa nouvelle acquisition puisqu’il devrait l’installer dans son bureau «...à côté d’un César», a-t-il indiqué.