Les structures gonflables des Plasticiens volants

Village diurne, visions nocturnes

En se dirigeant vers les principales scènes extérieures du Festival d'été de Québec (FEQ), les spectateurs trouveront sur leur chemin les 150 cabanes/homes de L'Orchestre d'hommes-orchestres. En sortant, les soirs de fins de semaine, ce sera les structures gonflables des Plasticiens volants et les musiciens et acrobates de Transe Express qui accompagneront leurs pas jusqu'au Coeur du FEQ.
Le but avoué est de prolonger la magie des spectacles avec des images impérissables. «Les deux compagnies françaises ont plus de trente ans d'expérience et se spécialisent dans des spectacles à très grand déploiement», souligne Marc Gourdeau, responsable du volet Arts de la rue du FEQ. Ces propositions déambulatoires, avec une scène finale au Coeur du FEQ, dureront près d'une heure chacune.
 150 cabanes/homes
L'orchestre d'hommes-orchestres (Québec)
Parc de l'Amérique-Française, 7 au 16 juillet, entre 18h30 et 20h
Le spectacle <i>Cabaret brise-jour </i>de l'Orchestre d'hommes-orchestres, qui a préparé une nouvelle création pour le FEQ.
L'imaginaire collectif canadien sera sous la lorgnette de L'Orchestre d'hommes-orchestres dans une installation conçue dans le cadre des célébrations de Canada 150. Une quarantaine de performeurs évolueront dans une toute nouvelle installation - qui fera peut-être penser à Convoi ou au tableau Les Palais, d'Où tu vas quand tu dors en marchant - mais qui portera à coup sûr leur signature où récupération, bric-à-brac, machines, artefacts et personnages semblant tout droit sortis d'une caravane d'une autre époque composent de véritables tableaux vivants et sonores.
«On les connaît, ce ne sont pas des gens qui sont dans le premier degré, souligne M. Gourdeau. C'est réellement inspiré d'éléments qui composent l'identité canadienne : les premières nations, la jeunesse, les soucis environnementaux, la grandeur du pays, le multiculturalisme, mais vus dans le miroir un tantinet déformant de l'Orchestre d'hommes-orchestres.» Le public pourra traverser ce village protéiforme en début de soirée, tous les jours du festival.
Spectacle déambulatoire inédit
Les plasticiens volants (France)
De la Grande-Allée jusqu'au Coeur du FEQ, 7, 8 et 9 juillet, vers 23h
Les plasticiens volants ont puisé dans leur inventaire de personnages emblématiques, reconnaissables et mythologiques pour composer un spectacle spécialement pour le FEQ. De grandes racines entoureront la fontaine de Tourny. Il y aura Godzilla, une déesse... Le tout sous forme de structures gonflables et lumineuses, qui promettent d'en mettre plein la vue. Dix-huit manipulateurs contrôleront une dizaine de structures et il y aura, en plus, quelques éléments fixes. 
«C'est un spectacle à regarder, avec une portion déambulatoire qui démarre près du Parc de la Francophonie et qui se dirige vers le Coeur du FEQ», soit le chemin naturel que la plupart des festivaliers prennent en sortant des Plaines, note Marc Gourdeau.
Le lâcher de violons
Transe express (France)
De la Grande-Allée jusqu'au Coeur du FEQ, 14, 15 et 16 juillet, vers 23h
Le mobile du <i>Lâcher de violons</i> de Transe express
«Inventeurs de l'imaginaire», «architectes célestes», les artistes de Transe Express ne manquent pas de formules poétiques pour se définir. Ils présenteront Le lâcher de violons, un spectacle musico-acrobatique de haut niveau, si on se fie aux vidéos disponibles sur le Web. Un trio de violonistes, deux chanteuses lyriques et des acrobates seront entre autres soulevés par une grue dans ce qui ressemble à un grand mobile, pendant qu'un groupe de rock jouera sur un camion spectaculaire et qu'une fanfare guidera la foule jusqu'à la prestation finale, toujours au Coeur du FEQ.
«C'est un mix musical de percussions, de musique contemporaine qui a une certaine parenté avec du Stravinsky et de rock. Il y aura de la musique originale et des reprises. Il risque fort d'y avoir un clin d'oeil à un artiste québécois qui aura marqué l'histoire du festival», indique M. Gourdeau.