Le réalisateur de «Green Book», Peter Farrelly, accompagné des vedettes de son film: Mahershala Ali, Viggo Mortensen et Linda Cardellini.

Victoire-surprise de «Green Book» au TIFF

TORONTO — «Green Book» du réalisateur américain Peter Farrelly a remporté dimanche le prix du public au Festival international du film de Toronto (TIFF), une récompense qui pourrait en faire un prétendant-surprise aux Oscars.

Le film, avec en vedettes Mahershala Ali et Viggo Mortensen, raconte les tribulations d’un videur italo-américain engagé comme chauffeur par un pianiste noir pour l’accompagner lors d’une tournée dans le sud des États-Unis, dans les années 1960.

«Cette victoire va au-delà de mes rêves les plus fous», s’est réjoui le réalisateur dans une brève déclaration lue par les organisateurs.

Green Book a devancé Si Beale Street pouvait parler de Barry Jenkins et Roma d’Alfonso Cuaron, respectivement deuxième et troisième dans le choix du public.

Décerné depuis 1978, le prix du public (People’s Choice Award) est fondé uniquement sur les votes du public. Le Festival de Toronto (TIFF), principale manifestation du genre en Amérique du Nord, est souvent considéré comme un tremplin vers les Oscars américains.

Il n’est pas rare que les films distingués à Toronto le soient aussi par les Oscars. Sept anciens vainqueurs à Toronto ont ensuite obtenu l’Oscar du meilleur film, dont Les chariots de feu, American Beauty, Slumdog Millionaire, Le Discours d’un roi, 12 Years a slave, ou Spotlight.

Le film choisi par le public de Toronto retrace les aventures, basées sur une histoire vraie, d’un musicien noir contraint d’engager un assistant pour une tournée qu’il ne peut effectuer tout seul dans des États du sud des États-Unis encore en proie à la ségrégation.

Né dans une famille d’immigrants jamaïcains, le musicien Don Shirley interprété par Mahershala Ali — lauréat de l’Oscar du meilleur second rôle pour Moonlight — est un personnage précieux à l’anglais châtié et aux tenues soignées, mal préparé à faire face aux préjugés et au racisme dans le sud des États-Unis.

Il engage donc Tony «Lip» Vallelonga, joué par Viggo Mortensen, qui est son exact opposé, souligne le TIFF dans sa présentation du film. Italo-américain élevé dans les rues et les bars de New York, Tony sait manier le juron et éventuellement les poings pour obtenir ce qu’il veut. Leur cohabitation ne sera pas toujours facile, mais ils apprendront à mieux se connaître et à réaliser que, noir ou blanc, ils ne sont pas si différents.

Les deux hommes se servent dans leurs pérégrinations du Negro Motorist Green Book, un guide destiné, à l’époque, aux Afro-américains pour les aider à trouver des hôtels ou des restaurants susceptibles de les accueillir malgré la discrimination.

D'autres se démarquent

D’autres productions ont aussi fait parler d’elles lors du Festival, qui s’est déroulé du 6 au 16 septembre, notamment A Star is born de Bradley Cooper avec Lady Gaga, qui était considéré comme un vainqueur possible du prix du public.

Parmi ces films figurent aussi First Man - Le premier homme sur la lune de Damien Chazelle avec Ryan Gosling dans le rôle de l’astronaute Neil Armstrong, Les Veuves de Steve McQueen, ou The Death and Life of John F. Donovan (Ma vie avec John F. Donovan), premier film en anglais de Xavier Dolan.

Les performances de Nicole Kidman dans Destroyer, de Steve Carell et Timothée Chalamet dans Beautiful Boy, et de Robert Redford pour son dernier rôle d’acteur dans The Old Man and the Gun ont aussi été soulignées.

Plus de 300 longs et courts métrages de 74 pays ont été  présentés, lors de cette la 43e édition du TIFF, qui s’est achevée dimanche.

Des prix ont également été décernés à Free Solo dans la catégorie documentaire, et à The Man feels No Pain de Vasan Bala dans la catégorie des films d’horreur. Ont également été distingués La Disparition des Lucioles de Sébastien Pilote, meilleur film canadien, et le film vietnamien The Third Wife, d’Ash Mayfair, meilleur nouveau film asiatique.