Univers déjanté au parc de l'Amérique-Française

Le terme «spectacle» est incomplet lorsque vient le temps de décrire l'univers dans lequel nous transporte L'orchestre d'hommes-orchestres avec son projet 150 cabanes, qui est présenté au parc de l'Amérique-Française jusqu'au 16 juillet.
Pour rester dans la métaphore spatiale, chaque station - il y en a une quinzaine au total - est une planète en soi, mais chacune de ces planètes tourne à l'unisson autour d'un même axe, créant une harmonie complexe et vivante. 
Vous trouvez mon explication confuse? C'est qu'il est difficile de décrire en mots la création de L'orchestre d'hommes-orchestres, qui prend vie grâce à une cinquantaine de musiciens, pour la plupart originaires de Québec, mentionne Marc Gourdeau, responsable du volet Arts de la rue au Festival d'été.
Un homme ayant des chaises en guise de souliers, un autre se prenant pour la reine d'Angleterre, des claviers d'ordinateur faisant une petite saucette dans une piscine pour enfants, un joueur de cor bien installé sur son toboggan, une femme-pâte - vous comprendrez quand vous la verrai -, des enfants en réunion de travail...  Le tout disposé sur, sous et autour d'un échafaudage de quatre étages.
Chacun des tableaux crée des sons, d'abord cacophoniques les uns avec les autres, puis finissant par s'unir en une riche mélodie.
Cette construction musicale éclectique dure une vingtaine de minutes, et est reprise quatre fois par soir entre 18h30 et 19h50. Ça peut paraître redondant, mais avec la quantité de détails à découvrir et de liens à faire entre chacun des tableaux, la répétition n'est pas de trop.
150 maisons a été créé à l'occasion du 150e anniversaire de la Confédération canadienne. Le titre en est d'ailleurs directement inspiré, le terme «maison» faisant référence à l'expression consacrée «ma cabane au Canada», explique Marc Gourdeau.
L'Orchestre d'hommes-orchestres est un collectif d'artistes fondé à Québec en 2002. Avec plus de 10 projets à son actif, dont une participation à Où tu vas quand tu dors en marchant en 2015, le groupe a été choisi par nul autre que Robert Lepage comme récipiendaire du prix Glenn-Gould Protégé de la Ville de Toronto en 2013, et s'est valu le prix Ville de Québec deux ans plus tard.