Guillaume Boulay, le président de l'International des musiques sacrées de Québec, a dévoilé la programmation de la 20e présentation du rendez-vous musical qui aura lieu cette année du 2 au 5 novembre. Le concert d'ouverture aura lieu le 2 novembre à la Basilique Notre-Dame de Québec.

Une touche arabe pour les 20 ans de l'international des musiques sacrées

L'international des musiques sacrées de Québec (IMSQ) poursuit sur sa lancée plus modeste et plus ancrée sur les forces vives musicales et chorales de Québec amorcée l'an dernier. Pour ses vingt ans, l'organisme propose de célébrer en conviant ses collaborateurs de longue date et de nouveaux partenaires, dont le Festival de musique arabe.
«Avec ce qui s'est passé cette année à Québec [notamment l'attentat à la Grande Mosquée], il est important plus que jamais d'aller à la rencontre de l'autre, de nos voisins, de ceux qui font notre communauté», a souligné Guillaume Boulay, président de l'IMSQ, également impliqué dans l'élaboration de la programmation.
Outre le festival qui se tiendra du 2 au 5 novembre, l'organisme présente maintenant la série De parvis en parvis, qui s'ouvrira le 13 octobre avec un concert et une projection soulignant le 100e anniversaire des apparitions de Fatima. Entre autres, une promenade musicale qui permettra de découvrir des lieux du patrimoine religieux est prévue le 21 mai.
C'est d'ailleurs une des missions que s'est données l'IMSQ. En plus d'investir «l'immanquable» église Saint-Roch, où le choeur des Rhapsodes et Tango boréal entremêleront rhapsodies, folklore et tango pour clore le festival, l'IMSQ convie le public à la Basilique Notre-Dame de Québec, fraîchement remise de neuf mois de rénovation. Le lieu magistral sera le théâtre du concert d'ouverture du jeudi 2 novembre, où les Violons du Roy, l'ensemble OktoÉcho et la chanteuse marocaine Leila Gouchi puiseront dans les musiques du désert sous la direction artistique de Katia Makdissi-Warren. Un nouveau territoire musical pour les Violons, qui naviguaient entre Bach, Handel et Vivaldi lors de ses précédentes présences au festival. 
Le vendredi 3 novembre, Guillaume Boulay dirigera huit chanteurs de la relève à la cathédrale Holy Trinity pour De Tallis à Tavener, d'une reine Élizabeth à l'autre, consacré à la musique anglaise. Deux spectacles sont au menu le samedi : Kiya Tabassian et le joueur de oud Charbel Rouhana et nous convient à un voyage au Moyen-Orient et en Afrique du Nord en après-midi à la chapelle du musée de l'Amérique francophone. En soirée, les voix féminines de l'ensemble Scholastica chanteront de la musique liturgique médiévale - avec une touche moderne, promet-on - à la chapelle du monastère des Augustines.
L'International n'a toujours pas eu accès, cette année, aux contributions des différents paliers de gouvernements. La campagne de sociofinancement lancée cet été s'est également avérée infructueuse. L'organisme a toutefois établi différents partenariats qui lui permettent de se maintenir à flot. «Financer de la musique sacrée, c'est financer une niche à l'intérieur d'une niche», illustre M. Boulay. «Mais L'IMSQ est vivant, et nous continuons de donner vie aux lieux de patrimoine religieux», souligne-t-il.
Les billets et passeports pour le festival sont disponibles sur lepointdevente.com et au 1 855 550-7469.