L’équipe de la pièce <em>Le gars de Québec</em> à La Bordée
L’équipe de la pièce <em>Le gars de Québec</em> à La Bordée

Une rentrée artistique pas comme les autres

L'équipe des arts
L'équipe des arts
Le Soleil
La pandémie de COVID a changé la donne pour la rentrée automnale, moins chargée qu’à l’habitude. Qu’à cela ne tienne, programmateurs et artistes ont fait preuve d’imagination pour offrir spectacles et expositions qui feront battre le cœur des gens malgré les mesures sanitaires. L’équipe des arts du Soleil vous propose ses choix.

1. Les Grandes retrouvailles du Trident
22 septembre au 18 octobre
Grand Théâtre

Dans l’impossibilité d’utiliser pleinement leur salle Octave-Crémazie, les artisans du Trident ont décidé d’aller voir ailleurs. Quatre lieux du Grand Théâtre vibreront cet automne dans les mots et les voix d’auteurs et d’acteurs de différentes générations, réunis pour célébrer, même dans l’adversité, les 50 ans d’une grande institution théâtrale à Québec. Des spectacles livrés en solo (ou presque), des espaces à découvrir ou à redécouvrir. Voilà un anniversaire à ne pas passer sous silence. Geneviève Bouchard

Les Grandes retrouvailles du Trident

2. Le Pommetier
Dès le 22 septembre
Périscope

Déjà experte dans la création de rencontres théâtrales intimistes, la compagnie Ubus Théâtre lancera la saison du théâtre Périscope en garant son célèbre autobus scolaire converti en lieu de diffusion aux abords de l’établissement de la rue Crémazie. On nous promet une œuvre inédite, une expérience «de proximité», un «objet théâtral» créé en coproduction avec les complices de la troupe Pupulus mordicus. Geneviève Bouchard

Agnès Zacharie

3. Le Gars de Québec
27 octobre au 21 novembre
La Bordée

Dans un contexte de pandémie et avec des contraintes strictes de distanciation physique, programmer un spectacle qui implique 11 acteurs relève du défi. Le directeur artistique de La Bordée, Michel Nadeau, a décidé de s’y mesurer en signant la mise en scène de la pièce Le gars de Québec de Michel Tremblay. C’était prévu avant la COVID-19, l’équipe fonce coûte que coûte. L’occasion est belle de retrouver le théâtre de la rue Saint-Joseph. Mais si certains spectateurs demeurent frileux, une captation vidéo leur permettra de renouer avec le théâtre dans le confort de leur foyer. Geneviève Bouchard

L’équipe de la pièce <em>Le gars de Québec</em> à La Bordée

4. Meet_Inc.
24 novembre au 4 décembre
Premier Acte

N’eût été la pandémie, nous aurions dû voir la pièce Meet_Inc. du Collectif Hommeries! au printemps dernier. Ce n’était que partie remise. La compagnie qui nous avait offert La cour suprême il y a trois ans nous ramène ses trois bouffons Douchebag, Lacharrue et Wannabe pour mettre en exergue les absurdités du monde du travail. En parallèle, la compagnie nous a mitonné une websérie, Enlarge your pensée, qui mettra à mal un dénommé Covid… Geneviève Bouchard

Visuel de la pièce Meet_Inc.

5. Boîte d’allumettes
14 novembre au 6 décembre
Caserne Dalhousie

Tandis que le théâtre jeunesse Les Gros Becs élira avant longtemps domicile à la Caserne Dalhousie, l’équipe profite des circonstances particulières liées à la pandémie de COVID-19 pour faire découvrir son nouveau lieu aux tout-petits. Là où les pompiers s’activaient jadis, le thème du feu sera au cœur du parcours déambulatoire Boîte d’allumettes, mis en scène par Olivier Normand. Une visite unique et ludique à expérimenter pour les amateurs de théâtre âgés de cinq ans et plus. Geneviève Bouchard

Caserne Dalhousie

6. Portes ouvertes au Diamant
Dès le 10 septembre

À défaut de rouvrir officiellement ses planches aux artistes en septembre, le Diamant se déconfine en accueillant le public dans ses murs. La salle de spectacle inaugurée l’an dernier recevra dès le 10 septembre les visiteurs, qui pourront découvrir ou redécouvrir le lumineux foyer du théâtre de la place d’Youville. Des visites guidées auront aussi lieu les 26 et 27 septembre. Le tout est offert gratuitement, mais sur réservation (dès le 14 septembre au lediamant.ca). Geneviève Bouchard

Le Diamant

7. Turner et le sublime
15 octobre au 3 janvier 2021
MNBAQ

S’il y a une exposition lumineuse qui risque de ravir notre œil cet automne, c’est bien celle-là. Le Musée national des beaux-arts du Québec accueillera Turner et le sublime, une exposition en exclusivité canadienne consacrée au grand maître J.M.W. Turner (1775-1851). Pas moins de 75 œuvres du peintre de la lumière, considéré comme un des précurseurs de l’impressionnisme, seront exposées — en majorité de la célèbre collection du musée Tate. Un incontournable. Éric Moreault

Joseph Mallord William Turner, <em>Départ pour le bal </em>(San Martino), exposé en 1846. Huile sur toile, 61,6 x 92,4 cm.

8. FEQXP
17, 18 et 19 septembre
L’Impérial

Le FEQ et Saint-Roch XP fusionneront le temps de six représentations musicales à la mi-septembre. Milk and Bone, Matt Holubowski, Louis-Jean Cormier, Fouki, Bleu Jeans Bleu et Les Louanges prendront place sur la scène de l’Impérial devant 140 spectateurs et les quelques caméras qui diffuseront le spectacle en direct. Même si les six spectacles affichent complet en salle, des billets pour la diffusion Web sont toujours offerts sur le site de l’Impérial Bell. Léa Martin

Louis-Jean Cormier

9. Voïvod
16 et 17 octobre
Capitole

«À la suite d’une forte demande», Voïvod se présentera deux soirs consécutifs au Capitole de Québec». Le groupe métal, qui cumule une quinzaine d’albums depuis 1982, a rempli la salle du Capitole en quelques jours. Au moment d’écrire ces lignes, il ne restait que quelques places pour la représentation du 16 octobre. Léa Martin

VoÏvod

10. J.-F. Mercier, revisité
20 octobre
Salle Albert-Rousseau

Parce qu’il sentait que certains de ses anciens numéros étaient toujours d’actualité, Jean-François Mercier remonte sur scène avec un best of de ses trois derniers spectacles. L’unique représentation, d’une durée de 60 minutes, s’inscrit dans la nouvelle «programmation distanciation physique», Là – Maintenant., de la salle Albert-Rousseau. Léa Martin

Jean-François Mercier

11. Basia Bulat
13 novembre
Palais Montcalm

La chanteuse canadienne d’origine polonaise s’arrêtera au Palais Montcalm le 13 novembre afin de notamment présenter son tout nouvel album. Lancé le 27 mars, Are You in Love envoûte et réchauffe le cœur de celui qui écoute, de quoi contraster avec le temps gris et glacial de la mi-novembre. Après ce dernier arrêt au Québec, Basia Bulat s’envolera vers l’ouest afin de poursuivre sa tournée canadienne. Léa Martin

Basia Bulat

+

L'ANTI EN DIRECT VIRTUEL

L’Anti, qui a réussi à présenter plus d’une quinzaine de spectacles virtuels au courant du mois d’août, continue sur sa lancée pour l’automne. 

Le 5 septembre, le groupe trash métal Anonymus présentera un concert virtuel en direct de L’Anti, dès 21h. Lancé le 12 juin, La Bestia, le dernier album du groupe originaire de Montréal, est majoritairement composé de chansons en espagnol.

Sur une note complètement différente, avec un son folk et des airs entraînants, l’auteur-compositeur-interprète Aliocha (photo) se produira, quant à lui, le 10 septembre devant les caméras de L’Anti. Avec sa voix unique, il interprétera notamment certaines pièces de NAKED, son deuxième album solo en carrière, sorti en mars.

L’auteur-compositeur-interprète Aliocha

Loin de présenter un nouvel album, Groovy Aardvark remet plutôt le déroulement de sa soirée entre les mains de ses fans. D’ici au 19 septembre, les intéressés sont invités à remplir un bon vieux google docs afin de créer, ensemble, le set-list de la soirée. Parmi les 80 chansons, 23 seront interprétées par le groupe rock québécois. 

Avec ses airs traditionnels, pop-rock, la musique de Bodh’aktan promet de faire danser plusieurs salons à travers le Québec et plus loin encore. Le 26 septembre, les sept musiciens offriront un spectacle virtuel haut en couleur parce que le groupe «n’a d’autre but que de s’éclater en votre compagnie», peut-on lire sur la page Facebook de Bodh’aktan.

Le 9 octobre, ce sera au tour de Dany Placard de fouler la scène de L’Anti afin de présenter notamment J’connais rien à l’astronomie, son dernier album sorti début 2020, inspiré des groupes «psychédéliques des late-60’s». Léa Martin