Kristin Grady a déjà recueilli près de 6000 signatures demandant une étoile pour Carrie Fisher et profite de la sortie du dernier épisode de la saga «Star Wars, L’ascension de Skywalker», pour en obtenir d’autres.

Une clone de la princesse Leia mène sa propre guerre des étoiles

LOS ANGELES — Pétition à la main, Kristin Grady mène sa propre guerre des étoiles à Hollywood : toute vêtue de blanc et avec des tresses en macarons comme la princesse Leia, elle milite pour la reconnaissance sur Hollywood Boulevard de Carrie Fisher, la défunte actrice qui a incarné ce rôle.

Comme des centaines d’autres vedettes, Mark Hamill, qui joue Luke Skywalker dans la saga, et Harrison Ford (Han Solo), ont été honorés par une étoile sur le célèbre Walk of Fame qu’arpente sans relâche Kristin Grady. Mais pas Carrie Fisher, s’indigne la jeune femme de 33 ans.

«C’est absurde! lance-t-elle. Les deux vedettes masculines ont des étoiles, mais la vedette féminine de Star Wars, non», s’agace Kristin Grady, qui en a fait un combat «féministe».

Elle a déjà recueilli près de 6000 signatures demandant une étoile pour Carrie Fisher et profite de la sortie du dernier épisode de la saga Star Wars, L’ascension de Skywalker, pour en obtenir d’autres.

Beaucoup des fans qui se pressent devant le Chinese Theatre, où le dernier épisode est projeté en avant-première, ignorent d’ailleurs que l’actrice a été boudée de la sorte et signent volontiers la pétition.

Aussi louable soit-elle, cette initiative a peu de chances d’aboutir, explique à l’AFP Ana Martinez, responsable du Walk of Fame pour la Chambre de commerce d’Hollywood. Avant d’avoir une étoile, il faut obtenir l’autorisation de la famille du défunt et déposer une demande officielle au moins cinq ans après la date du décès.

Carrie Fisher est morte d’une crise cardiaque en décembre 2016. L’actrice n’avait fait aucune demande d’étoile de son vivant et «nous ne savons même pas si elle en voulait une», relève Mme Martinez.

Une étoile à 50 000 $

L’attribution d’une étoile sur le Walk of Fame d’Hollywood nécessite en outre une contribution de 50 000 $ pour l’organisation de la cérémonie et les frais d’entretien.

Kristin Grady, qui souligne admirer bien davantage Carrie Fisher que l’univers de Star Wars en tant que tel, n’en démord pas. «Je vais continuer à recueillir des signatures», assure la jeune femme, dont les seules ressources sont les pourboires laissés par les touristes qui se font photographier à ses côtés.