<em>Panorama</em> s’étire sur la palissade de chantier qui longe le boulevard Henri-Bourassa.
<em>Panorama</em> s’étire sur la palissade de chantier qui longe le boulevard Henri-Bourassa.

Un mur d’art devant le chantier de l’hôpital de L’Enfant-Jésus

Josianne Desloges
Collaboration spéciale
Alors que la région de la Capitale-Nationale devenait une zone rouge, VU dévoilait le projet Panorama, exposant des œuvres d’une vingtaine d’artistes sur la palissade du mégachantier de l’hôpital de L’Enfant-Jésus. Un palliatif qui tombait à point, alors que les espaces d’exposition non commerciaux devaient fermer leurs portes.

«Ça ne remplace pas une expo en galerie, mais au moins, ça fait comme un baume par rapport à la situation», note Jacynthe Carrier, codirectrice générale et artistique de VU. Ce «timing parfait» est en fait un beau hasard, puisque le centre d’artistes, à l’invitation du Service de la culture de la Ville de Québec, travaille sur le projet depuis près de deux ans.

Pour montrer la diversité des pratiques des artistes actifs dans la région, le centre a fait un appel de projets et a sondé les organismes de production et les commissaires de son milieu.

Le jeu de composition fait se côtoyer des images d’une performance de Claudie Gagnon et L’orchestre d’hommes-orchestres, des peintures de Kaël Mercader, des estampes d’Émilie Bernard, des sculptures de Don Darby et des œuvres d’une quinzaine d’autres, qu’on peut découvrir au vuphoto.org ou en passant aux abords du chantier, sur le boulevard Henri-Bourassa.

«Il n’y a pas beaucoup d’art dans ce secteur-là de la ville et pour les résidents, le chantier prend beaucoup de place, c’est imposant. Le projet amène un changement de perspective et donne accès à des œuvres», souligne Jacynthe Carrier.

Panorama est présenté jusqu’au 31 décembre 2020, sur le boulevard Henri-Bourrassa, près de l’intersection de la 22e Rue, à Québec.

À la Maison jaune

Le centre dédié à la photographie (et plus largement à l’image) a déménagé temporairement ses pénates à cause d’un autre chantier — à l’arrêt, celui-là — à la coopérative Méduse. Ses bureaux, tout comme ceux d’Avatar, d’Engramme, de La bande vidéo et des Ateliers de la Mezzanine, sont relocalisés à l’ancienne Maison jaune, sur la rue Christophe-Colomb. «La COVID est venue bouleverser notre échéancier et créer d’autres retards. On est toujours en attente de certains accords, mentionne la codirectrice de VU. On a mis notre énergie sur des types de projets qui aident des artistes dans leur création, des résidences et des publications, en attendant de ravoir accès à nos galeries.»

À l’issue des travaux à Méduse, les espaces de VU seront réorganisés. Une partie des grandes chambres noires du 4e étage, devenues désuètes, sera démolie pour laisser place à l’équipement d’impression numérique, qui était au rez-de-chaussée. Tous les équipements de production seront ainsi regroupés sur le même plancher. Les espaces de diffusion seront remis aux normes (planchers, éclairage, murs) et un nouveau volet de microédition verra le jour.