Jérôme Couture prépare son prochain spectacle au Vieux Théâtre de La Baie, depuis mardi. Le chanteur originaire du Saguenay lui donnera des accents plus dansants, dans la foulée de l’album «Mon paradis».

Un Jérôme Couture plus dansant

Gros chantier au Vieux Théâtre de La Baie, mardi et mercredi. Le chanteur Jérôme Couture a réservé la salle afin de préparer le spectacle qui découlera de l’album «Mon paradis», le troisième de sa carrière. Une part du défi que pose la prochaine tournée tient au caractère dansant, tirant sur le funk, de plusieurs compositions provenant de cet enregistrement. Il y aura des chorégraphies et aussi des vidéos qu’il faut arrimer à la musique.

Désormais producteur, l’artiste assume pleinement ce choix qui est celui du public, autant que le sien. Même lorsqu’il se produit dans un cadre intimiste, en effet, ses fans lui demandent de danser. Ayant gardé en mémoire ses moves remontant à l’époque de La Voix, ils savent que cet homme peut raconter une histoire grâce à ses pieds, pas juste avec des mots.

«Je suis venu au Vieux Théâtre parce qu’il est géré par des gens que je connais. Dans cette salle, nous aurons le temps de travailler sur le spectacle, tout en étant relax. Il faut intégrer les vidéos conçus par la firme BZOING, qui seront diffusés sur huit écrans. Je serai aussi appuyé par deux danseurs et moi-même, je vais bouger. Le chorégraphe Tommy Tremblay a monté des numéros en tenant compte de mes forces», a décrit Jérôme Couture mardi, lors d’une entrevue accordée au Quotidien.

Pour comprendre la nature de sa démarche, il suffit d’écouter Sur le rythme, un extrait du nouvel album. Le beat est enlevé, avec des effets électros et une pincée de funk réveillant le souvenir de Michael Jackson. Or, celui-ci compte parmi les sources d’inspiration du chanteur, aux côtés de James Brown, Justin Timberlake et Bruno Mars. D’être associé à eux lui ferait le plus grand plaisir.

«Je souhaite danser afin de me démarquer puisqu’au Québec, ils sont peu nombreux, les artistes qui pratiquent la danse. Je suis excité par ce projet qui offrira quelque chose de nouveau, tout en me donnant la chance de m’éclater», rapporte Jérôme Couture qui, en raison de son statut de producteur, se sent libre d’aller au bout de ses idées. On pourra d’ailleurs voir le résultat le 20 octobre au centre d’art La chapelle.

Cette marge de manœuvre accrue, il en a profité dès la création de Mon paradis. Cet enregistrement qui sera lancé le 9 octobre à La Tulipe de Montréal colle étroitement à la vision entretenue par le Saguenéen. «Dans ce sens, il s’agit de mon album le plus personnel. Je me suis laissé aller davantage», avance-t-il.

Esprit du temps

Le son moderne, plus électro, va de pair avec l’esprit du temps. On a parlé de Mars et Timberlake tantôt, mais l’artiste mentionne également les airs latins qui, régulièrement, s’infiltrent dans ses écouteurs. «Même Maroon 5 trouve le moyen d’en intégrer et on perçoit cette influence dans des pièces à moi, notamment Te le dire et C’est toi l’amour», précise Jérôme Couture.

Dans l’immédiat, cependant, il mise sur le deuxième extrait, 100 x grand, afin de préparer le terrain en vue de la tournée. C’est l’un des deux titres composés en compagnie de son ami Marc Dupré, les premiers qui ont germé dans le cadre de ce projet. «J’ai ensuite participé à un camp d’écriture de la SOCAN, où j’ai écrit des pièces pour d’autres personnes, dont un rappeur, relate le chanteur. Cette expérience m’a aidé à aborder des thèmes plus personnels, de mes filleules à la guerre dans le monde.»