Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En duo, The Barr Brothers a lancé la cuvée 2021 du Festif! de Baie-Saint-Paul.
En duo, The Barr Brothers a lancé la cuvée 2021 du Festif! de Baie-Saint-Paul.

Un Festif! toujours bien nommé

Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
«Après un an de pandémie, je suis en train de buzzer ben raide!» Cette phrase lancée par une enthousiaste spectatrice du Festif! de Baie-Saint-Paul résumait bien l’état d’esprit, mercredi, en ouverture d’un festival certes plus tranquille que par les années passées à cause des mesures sanitaires en vigueur, mais qui porte toujours résolument bien son nom.

Oui, les arts vivants nous reviennent petit à petit depuis un moment. Des retrouvailles qui arrivent inévitablement avec certains compromis. Cette concluante première soirée au Festif! nous fait croire que la dégourdie bande d’organisateurs a réussi son pari, dans une certaine mesure, de faire oublier les contraintes. 

Après un Festival d’été de Québec à l’intérieur qui n’a quand même pas eu à rougir de sa proposition, il fait bon de retrouver des mélomanes dans des concerts à ciel ouvert. Surtout que Dame Nature a été de notre côté, mercredi.

Au parc de la Virevolte, plus habitué à recevoir des joueurs de pétanque que des musiciens, la formation The Barr Brothers a lancé le bal sur le coup de 17h, d’abord accueillie par une petite bruine, puis sous un soleil de plomb. Sur une scène boisée ornée de branches d’arbres, les frangins Brad et Andrew Barr ont cassé une nouvelle formule en duo devant une foule familiale très réceptive.

Après avoir servi une nouvelle pièce, Andrew s’est réjoui d’une critique positive. «Mon fils a dit : “papa, tu as fait une bonne chanson”. C’est la première fois qu’il dit ça. En général, c’est plus : “peux-tu mettre les Beatles?”» a rigolé le multi-instrumentiste. Bons joueurs, les frères ont quand même livré leur version de Here Comes the Sun quelques instants plus tard.

«Ça sent le bois sur la scène. Les gars sont contents», avait confié quelques minutes plus tôt le directeur général du Festif!, Clément Turgeon, croisé juste avant le début de ce premier spectacle de la cuvée 2021. «Tirez-vous une caisse de pommes!» a-t-il ajouté, en référence aux boîtes de bois de la Cidrerie Pedneault, ayant pignon sur rue au centre de Baie-Saint-Paul, qui servaient de sièges pour les spectateurs. Chouette façon d’accommoder ceux-ci tout en faisant respecter les mesures de distanciation physique.

Plusieurs festivaliers ont lancé leur Festif! en famille, mercredi, notamment au spectacle de Calamine.

Plus tard en soirée, ce sont des «pits à feu», rebaptisés «tipis» par plusieurs, qui ont accompli la même fonction au parc du Gouffre, qui sert généralement de terrain de camping pour les festivaliers. Le lieu s’est animé mercredi sous les rimes de la rappeuse originaire de Québec Calamine — «On a survécu, câl…!», s’est réjouie la très volubile artiste, visiblement heureuse de se retrouver devant des humains, dont plusieurs connaissaient les paroles de ses chansons — et de ses confrères d’Alaclair Ensemble, également en grande forme.

Alaclair Ensemble sur une des scènes du Festif!

Un plateau double mérité après une bonne marche mettant la table de pittoresque manière, en suivant un sentier balisé par des lanternes aux abords de la rivière du Gouffre. Rythmes urbains et pleine nature ont fait bon ménage en ouverture du Festif!...