Le maire Régis Labeaume a pu profiter d’une brève expérience avec la Brigade littéraire extraordinaire, qui sillonnera les quartiers centraux le 13 octobre pour partager poésie, slam et contes avec les passants.

Un dixième Québec en toutes lettres bien rempli [VIDÉO]

Incursion dans la bibliothèque d’Alexandre Jardin, parcours multisensoriel, spectacle mêlant piano et science, journée familiale : la dixième présentation de Québec en toutes lettres fera la part belle à des activités surprenantes, pour «faire de Québec une ville de littérature à part entière», a souligné Dominique Lemieux, directeur du festival.

Depuis juillet, on savait déjà qu’un auteur chouchou des Québécois, Alexandre Jardin, serait de la partie pour cette nouvelle mouture, qui s’étendra du 17 au 27 octobre. Mardi, on a pu apprendre que le moment phare de sa présence sera un spectacle, samedi le 26 octobre à l’Impérial Bell. 

Dans la bibliothèque d’Alexandre Jardin proposera une mise en lecture et en musique de souvenirs littéraires et d’extraits de l’œuvre du coloré personnage, par Émilie Bibeau et Benoît McGinnis, entrecoupée d’un entretien entre l’auteur et Claudia Larochelle. L’animatrice, véritable passionnée de l’œuvre de Jardin, se promet déjà une belle rencontre. «C’est un être charismatique, je serai sous le charme comme vous tous, j’ai vraiment hâte de lui parler», a-t-elle lancé, en conférence de presse.

En plus de donner une classe de maîtres, Jardin participera à la série des Heures du thé, des rencontres d’auteurs. Marie Laberge et Dominique Fortier figurent aussi au programme. 

Ceci n'est pas une pub

En plus des différents spectacles à l’horaire, Québec en toutes lettres investira comme à son habitude l’espace public. «Tout le monde va pouvoir vivre son moment littéraire à l’automne»,  a rappelé Isabelle Forest, responsable de la programmation.

En guise de mise en bouche, il y aura une Brigade littéraire extraordinaire, une activité signature du festival. Quarante artistes se promèneront dans Montcalm, Saint-Roch, Saint-Jean-Baptiste et le Vieux-Québec, le dimanche 13 octobre, pour interpeller les passants avec de la poésie, du slam, des contes et des microrécits. 

Les citoyens se feront aussi surprendre par les différentes manifestations du projet Ceci n’est pas une pub, du 13 au 27 octobre. Affiches, banderoles, graffitis, planches de bd, capsules sonores diffusées dans différents lieux mettront de l’avant les mots d’une quarantaine d’auteurs sur le thème du festival, Pour la suite du monde.

À souligner, un événement a été pensé spécialement pour les familles, le 19 octobre, à la bibliothèque Paul-Aimé-Paiement. Alex A., le bédéiste derrière la populaire série L’agent Jean, sera là toute la journée, pour des séances de dessin improvisé, des entretiens et des dédicaces, entre autres. C’est gratuit, mais il faut réserver sa place. 

Patience récompensée

Présent à l’événement avec Alicia Despins, conseillère responsable de la culture, le maire Régis Labeaume a insisté sur l’importance d’être patient lors de la création de nouveaux événements, alors que Québec en toutes lettres fête ses 10 ans d’existence, et que d’autres organisations comme le Festival de cinéma de la Ville de Québec et le Festival d’Opéra de Québec atteindront dans les prochaines années cette étape importante. Il croit que la vitalité de ces trois événements est une preuve qui justifie les investissements municipaux. «On pense que la littérature, c’est non seulement immensément important dans une communauté, mais il faut qu’il y ait des moments charnières pour donner la parole aux artisans», a lancé le maire.

Québec en toutes lettres a présenté l’ensemble de la programmation de son 10e anniversaire, mardi, en présence de Regis Labeaume, Isabelle Forest, Richard Vallerand, Elkahna Talbi, Claudia Larochelle, Dominique Lemieux et Alicia Despins.

+

Les spectacles, en rafale

Outre celui consacré à Alexandre Jardin, sept autres spectacles sont au programme, dans différents lieux. En rafale : un Cabaret souvenir, spectacle inaugural qui rassemblera dix auteurs qui ont marqué autant d’années d’existence du festival; une 10e Nuit de la poésie, cette fois au Musée national des beaux-arts, bonifiée d’une performance poétique en lien avec les expositions du pavillon Pierre Lassonde; La République des rêves, un spectacle déambulatoire participatif sollicitant les cinq sens, «un rendez-vous très prometteur», selon Dominique Lemieux; une mise en lecture d’une fabulation théâtrale de Michel Garneau sur l’univers de la poète Emily Dickinson, avec Maude Guérin et Sylvie Ferlatte; une mise en lecture d’extraits de Géolocaliser l’amour, de et par Simon Boulerice, avec des dessins en direct du bédéiste Richard Vallerand et la musique de Millimetrik; un détour par la science, dans les mots de Darwin, Einstein et Hubert Reeves, choisis et lus par le journaliste scientifique Yanick Villedieu, accompagné par la pianiste Marianne Trudel; et finalement, Mishta Meshkenu, un spectacle de l’artiste innu Florent Vollant, qui s’attarde au territoire et au mouvement. Pour une première année, Québec en toutes lettres aura aussi une programmation satellite dans différents lieux de la ville, au Morrin Centre et dans des libraires, notamment. Pour tout connaître de la programmation : www.quebecentouteslettres.com