Le rappeur Mac Miller est mort accidentellement après avoir absorbé un «mélange toxique» de fentanyl, de cocaïne et d’alcool en septembre 2018, à l’âge de 26 ans.

Un dealer qui a vendu du fentanyl à Mac Miller avant sa mort arrêté

LOS ANGELES — Les autorités américaines ont annoncé avoir arrêté mercredi un dealer accusé d’avoir vendu des médicaments contrefaits contenant du fentanyl, un opiacé extrêmement puissant, au rappeur Mac Miller deux jours avant le décès de l’artiste d’une overdose, voici tout juste un an.

Mac Miller, qui s’était fait remarquer du grand public notamment par une chanson sur le président Donald Trump et une séparation difficile avec la chanteuse Ariana Grande, est mort accidentellement après avoir absorbé un «mélange toxique» de fentanyl, de cocaïne et d’alcool, selon l’autopsie.

L’artiste de 26 ans, Malcolm McCormick de son vrai nom, avait été retrouvé à son domicile de Los Angeles le 7 septembre.

Vendeur habituel

Cameron James Pettit est accusé par les services du procureur de lui avoir fourni du fentanyl à son insu, dans le cadre d’une livraison de divers produits stupéfiants que le rappeur avait l’habitude de lui commander.

Le dealer présumé a été arrêté mercredi matin à Los Angeles et risque jusqu’à 20 ans de prison s’il est reconnu coupable, précisent les services du procureur fédéral de Californie centrale.

D’après l’acte d’accusation, qui se réfère notamment à des textos retrouvés dans le téléphone du rappeur, Cameron Pettit avait accepté de fournir à Mac Miller des cachets de 30 mg d’oxycodone, un antidouleur de la famille des opiacés utilisé par de nombreux toxicomanes, ainsi que de la cocaïne et un somnifère.

«Mais au lieu de lui fournir à McCormick de l’oxycodone authentique lors de la livraison tôt dans la matinée du 5 septembre, Pettit est accusé d’avoir vendu à McCormick des pilules contrefaites contenant du fentanyl, un puissant opiacé de synthèse qui est cinquante fois plus puissant que l’héroïne», affirme le procureur Nick Hanna dans un communiqué.

Deux jours plus tard, Mac Miller mourait d’overdose. Quelques heures après l’annonce du décès par les médias, Cameron Pettit envoyait un message à un ami disant : «Je vais probablement mourir en prison», ajoute le communiqué.

«Le fentanyl maquillé en médicament authentique est meurtrier, on en a la preuve tous les jours en Amérique», a déploré Nick Hanna.

Le fentanyl est au cœur d’une crise sanitaire majeure aux États-Unis depuis quelques années. Le chanteur Prince et pas moins de 32 000 Américains en 2018 y ont succombé.

En lui-même, il n’est pas nécessairement illégal et peut être utilisé comme sédatif pour des malades du cancer en grande souffrance.