Le Soleil
Anne Dorval a incarné un extraordinaire Hubert Lenoir «aux mamelons surexposés», plus vrai que vrai.
Anne Dorval a incarné un extraordinaire Hubert Lenoir «aux mamelons surexposés», plus vrai que vrai.

Un bon «Bye Bye», une parfaite Anne Dorval

Richard Therrien
Richard Therrien
Le Soleil
CHRONIQUE / Pas un grand «Bye Bye», mais un bon «Bye Bye». Et une Anne Dorval au sommet de son timing humoristique. Une revue humoristique rassembleuse pour ce 50e anniversaire, à laquelle les vedettes des années précédentes se sont greffées tout naturellement. Mais ceux qui rêvaient de revoir Dodo dans un sketch ont dû se contenter de ses souhaits pour défoncer l'année. Un moment qui avait tout de même quelque chose de solennel.