Tommaso (Willem Dafoe) devient jaloux de sa jeune femme Nikki (Cristina Chiriac).
Tommaso (Willem Dafoe) devient jaloux de sa jeune femme Nikki (Cristina Chiriac).

Tommaso: autoportrait en mode mineur ** 1/2

CRITIQUE / Tommaso marque un autre chapitre dans la fructueuse collaboration entre Abel Ferrara et Willem Dafoe. L’acteur y est fabuleux en alter ego du réalisateur. Mais ça ne suffit pas à insuffler un surplus d’âme à cet autoportrait décousu et bavard d’un artiste torturé et rongé par sa jalousie maladive.

La déception est grande. Ferrara mène une illustre carrière de cinéaste indépendant qui a souvent reposé sur films néo-noir sulfureux (Bad Lieutenant, Nos funérailles…). Il adopte ici un ton intimiste pour un récit fort peu original dont il n’arrive pas à renouveler le discours.

Tommaso (Dafoe) vit à Rome en compagnie de sa femme Nikki (Cristina Chiriac), 29 ans, et de sa fille Deedee (Anna Ferrara), 3 ans, où il écrit le scénario de son prochain film.

Sobre depuis six ans, notre homme passe son temps entre ses cours d’italien, ses séances de yoga et ses réunions aux alcooliques anonymes où ses confessions servent à décrire ses états d’esprit.

Son travail est perturbé par sa jalousie, au point où Tommaso s’imagine des choses. Son insécurité est exacerbée par le détachement de sa femme, qui délaisse son couple pour se concentrer sur leur fille. Son égocentrisme d’adulescente n’aide pas non plus.

Les deux protagonistes en arrivent de plus en plus à des vies parallèles, où règne l’incommunicabilité.

Rien de bien neuf dans ce drame ordinaire si ce n’est qu’il induit beaucoup d’autofiction. Non seulement il s’agit de la cinquième collaboration entre Dafoe et Ferrara, mais ce sont sa femme et sa fille dans la vraie vie qui jouent ces rôles auprès de l’acteur américain.

Anna, la fille du réalisateur, se glisse dans la peau de Deedee.

Or, le film s’empêtre dans certains clichés et une vision dépassée de la masculinité. On veut bien faire preuve d’indulgence, mais ça ne sauve pas Tommaso d’un certain ennui.

Il y a de superbes séquences, nul doute. Un cinéaste de la trempe de Ferrara réussit toujours à déployer un peu de magie — Tommaso a eu droit à une présentation en séance spéciale au Festival de Cannes 2019. Honnêtement, on s’attendait à beaucoup mieux, surtout que son Pasolini, la dernière fiction du réalisateur américain, remontait à 2014.

Tommaso est disponible sur la plateforme du Cinéma du Parc.

Au générique

Cote: ** 1/2

Titre: Tommaso

Genre: drame

Réalisateur: Abel Ferrara

Acteurs: Willem Dafoe, Cristina Chiriac, Anna Ferrara

Durée: 1h35