Théâtre

Albert Millaire inhumé à Montréal

MONTRÉAL — La famille du comédien Albert Millaire, décédé le 15 août à l'âge de 83 ans, recevra les condoléances de la population lundi, entre 10h et 13h, au Centre funéraire Côte-Des-Neiges, à Montréal.

L'inhumation se déroulera par la suite au Cimetière Notre-Dame-Des-Neiges.

Un hommage sera rendu à l'homme de théâtre le 17 septembre au Théâtre du Nouveau Monde, où il a joué à maintes reprises au cours de sa carrière de 60 ans. La cérémonie sera animée par la comédienne Marie-Thérèse Fortin.

Albert Millaire s'est aussi signalé à la télévision, ayant interprété des rôles majeurs dans plusieurs séries dont D'Iberville, Le Courrier du Roy, et plus récemment Mémoires vives.

On l'a aussi vu au cinéma, dans des productions comme Mustang, J'en suis et La vie heureuse de Léopold Z.

Théâtre

Christian Lapointe en quête d'une constitution québécoise

Christian Lapointe en convient, parler de constitution est loin d’être le sujet le plus sexy qui soit. C’est pourtant l’ambitieux projet de doter le Québec de la sienne, écrite par et pour les citoyens, que l’homme de théâtre portera à bout de bras au cours des prochains mois. Avec, à la clé, dans le courant de 2019, une pièce de théâtre documentaire baptisée Constituons! visant à éveiller les consciences à cette «vaste entreprise de définition collective».

«La constitution, c’est la base de tout. C’est l’exercice démocratique citoyen ultime qui sert à définir qui on est, qu’est-ce qu’on veut faire comme société et comment on va le faire. D’une constitution découle toutes les lois et les règles du vivre ensemble», lance avec un enthousiasme non feint Christian Lapointe, attablé avec Le Soleil à une terrasse d’un café de la rue Saint-Joseph.

Théâtre

L'homme de théâtre Albert Millaire s'éteint à 83 ans

L'acteur québécois Albert Millaire, dont la voix grave et le port altier ont sillonné pendant un demi-siècle le théâtre et la télévision au Québec et ailleurs au Canada, est décédé chez lui, entouré de ses proches, mercredi après-midi. Il était âgé de 83 ans.

Selon un communiqué publié par son agence Premier Rôle, il continuait jusqu'aux dernières minutes de sa vie à «parler de théâtre avec passion, de ses souvenirs d'une vie bien remplie par ce travail qui le comblait».

L'acteur avait été atteint d'un cancer en 2000, mais il avait repris ses activités par la suite, même si on le voyait moins.

Acteur «élégant», jouant davantage les dandys et les grands rôles classiques, il est surtout, pour les Québécois plus âgés, l'image d'Épinal du héros historique Pierre Le Moyne d'Iberville, qu'il avait incarné dans une populaire série télévisée en 1969. Il a aussi été Wilfrid Laurier dans une minisérie sur l'ex-premier ministre libéral en 1987.

Albert Millaire avait obtenu un prix Gémeaux en 2014 pour le meilleur rôle de soutien masculin dans le téléroman Mémoires vives.

Né à Montréal le 18 janvier 1935, Albert Millaire étudie au Conservatoire d'art dramatique du Québec, puis à Paris et à Londres. On dit qu'il a amorcé sa carrière professionnelle à l'âge de 20 ans en s'attaquant à de la grande pointure: Vladimir dans «En attendant Godot», de Beckett. Il visitera ensuite tous les grands rôles du répertoire classique et contemporain — Molière, Shakespeare, Musset, Claudel, Brecht, Shaffer, Dubé... Il sera ainsi tour à tour Lorenzaccio, Tartuffe, Hamlet, Figaro, Salieri, Dom Juan ou Alceste.

La télévision naissante vient le recruter rapidement pour interpréter dans les «téléthéâtres» des Beaux Dimanches les mêmes classiques - Racine, Shakespeare, Camus, et bien sûr «Cyrano», incontournable pour un acteur de son type. C'était l'époque glorieuse des grands réalisateurs-metteurs en scène de Radio-Canada - Carrier, Blouin, Fugère, Faucher...

Le nouveau genre des téléromans vient aussi le cueillir — Le Chenal du Moyne, de Guèvremont, Les Filles d'Ève — et il participe à des émissions jeunesse, Le Courrier du roy (1959-1961), Le Grand Duc (1959-1963).

Le Théâtre du Nouveau Monde se l'attache bientôt comme «acteur-résident» — il y sera d'ailleurs un temps directeur artistique adjoint, et on l'a même pressenti, beaucoup plus tard, pour remplacer Olivier Reichenbach. Il a aussi dirigé le Théâtre populaire du Québec, le Théâtre du bois de Coulonge à Québec et le Théâtre de Repentigny. Le Rideau vert, qui montait surtout à l'époque des pièces sur mesure pour son style, l'accueillera très souvent sur sa scène de la rue Saint-Denis.

Albert Millaire est aussi l'«acteur-résident» de la pièce La Céleste bicyclette, de Roch Carrier, qu'il a jouée des années durant, en français et en anglais — il avait commandé pour lui ce spectacle-solo après avoir monté à Stratford La Guerre, yes Sir!, du même auteur.

Plus récemment, il était de la distribution des Sorcières de Salem en 1998 au TNM, et de Célimène et le Cardinal en 1994, où il retrouvait, dans une pièce contemporaine, un Alceste vieilli, du Misanthrope de Molière, qu'il avait joué plus jeune.