Forte d’un indéniable succès sur les planches de Premier Acte en 2017, la pièce «Hypo» de Nicola-Frank Vachon traversera la rue pour s’installer au Périscope du 25 février au 7 mars.

Une saison de fièvre au Périscope [VIDÉO]

Le Périscope étant un diffuseur de théâtre, on ne retrouve pas d’emblée de ligne éditoriale dans ses programmations. Mais la saison 2019-2020 fera un peu figure d’exception. «Il y a quelque chose qui ressort, qui est présent et qui est au cœur de chaque spectacle. Si j’avais un mot pour le qualifier, je dirais : la fièvre. Fièvre passionnelle, fièvre devant l’agonie, fièvre du voyage», a résumé lundi la coordonnatrice artistique Marie-Hélène Gendreau.

La saison sera lancée dans une célébration des 30 ans de la compagnie Sortie de secours. La troupe remontera pour l’occasion son grand succès Le miel est plus doux que le sang (du 17 septembre au 5 octobre), qui détaille la rencontre entre Salvador Dalí, Federico García Lorca et Luis Buñuel.

Des génies espagnols, on passera aux grands Québécois Pauline Julien et Gérald Godin dans Je cherche une maison qui vous ressemble de Marie-Christine Lê-Huu, un hommage ancré dans les chansons, les poèmes et des extraits de la correspondance entre les deux artistes (du 8 au 19 octobre).

Dernier spectacle ayant dû être relocalisé dans la saison nomade du Périscope, Dévoré(s) de Jean-Denis Beaudoin marquera la période de l’Halloween avec un thriller empruntant au langage du film d’horreur (du 29 octobre au 16 novembre).

L’année 2019 se terminera au Périscope avec le spectacle documentaire Constituons! piloté par Christian Lapointe après une tournée de la province lors de laquelle il a tenu des assemblées citoyennes visant à doter le Québec d’une constitution «fictive, mais véritable» (du 4 au 15 décembre).

La pièce «Je cherche une maison qui vous ressemble» rendra hommage à Pauline Julien et Gérald Godin.

Retour de Gagnon et Ducros

L’hiver 2020 offrira l’occasion d’un retour au Périscope de l’auteur et metteur en scène Steve Gagnon, qui présentera sa pièce inspirée des écrits de Sylvain Trudel Pour qu’il y ait un début à votre langue. Le spectacle, présenté tout récemment à Montréal, se décline comme une ode à la désobéissance portée par un personnage mourant qui choisit de se terrer dans le mutisme (du 14 au 25 janvier).

Alors que son parcours théâtral et photographique La porte du non-retour n’a pas manqué son effet cet hiver, l’auteur et metteur en scène Philippe Ducros reviendra au Périscope avec La cartomancie du territoire : un «road-movie» poétique pour les fins duquel il est allé à la rencontre des Premières Nations du Québec (du 28 janvier au 8 février).

«La cartomancie du territoire» de Philippe Ducros sera présentée au Périscope en janvier 2020.

Décrit comme une «tragédie familiale multisensorielle», le spectacle Le projet HLA de Nicolas Fretel proposera nous dit-on une écriture inspirée d’une partition de musique électronique pour revenir en boucles sur les circonstances qui ont mené au meurtre d’un père (du 4 au 22 février).

Forte d’un indéniable succès sur les planches de Premier Acte en 2017, la pièce Hypo de Nicola-Frank Vachon traversera la rue pour s’installer au Périscope du 25 février au 7 mars. L’auteur et acteur retrouvera Mary-Lee Picknell pour prêter vie à cette histoire dans laquelle un homme apprenant sa mort imminente s’évade en Islande, où il fera la rencontre d’une complice inattendue.

Après le percutant passage de M.I.L.F. l’automne dernier, le théâtre du Trillium s’installera de nouveau sur la rue Crémazie avec Néon Boréal, dépeint comme un «voyage sonore et scénique du Nevada à l’Alaska» (du 10 au 14 mars).

Thriller psychologique récemment présenté à Montréal, Madra explorera de son côté les angoisses d’une jeune mère consumée par l’inquiétude après qu’un incident soit survenu alors que son fils se faisait garder par sa grand-mère. «Un show coup de cœur et coup de poing», a résumé Marc-André Thibault, directeur artistique du Théâtre Bistouri, qui joue également dans la pièce (du 24 mars au 4 avril).

Souvent vu dans le stationnement du Périscope, l’autobus jaune d’Ubus Théâtre s’y garera de nouveau du 7 au 25 avril pour accueillir le spectacle de marionnettes L’écrit, une histoire d’amour et de résilience dans laquelle une jeune fille rencontre sa grand-tante survivante d’Hiroshima.

Ubus Théâtre garera son autobus jaune dans le stationnement du Périscope le temps de présenter «L'écrit», du 7 au 25 avril 2020.

Après l’engouement suscité par la pièce documentaire J’aime Hydro, gageons qu’ils seront nombreux à vouloir voir Tout inclus, collaboration entre la compagnie Porte Parole d’Annabel Soutar et le collectif Nous sommes ici d’Alexandre Fecteau, qui en signe la mise en scène. Cette fois, l’auteur François Grisé a mené l’enquête sur les résidences pour personnes âgées en allant lui-même y vivre pendant deux mois (du 15 avril au 3 mai).

Détails et programmation complète au www.theatreperiscope.qc.ca.