Tara Beagan
Tara Beagan

Tara Beagan remporte le prix Siminovitch en dramaturgie

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Le Prix Siminovitch, l’une des plus hautes distinctions théâtrales au Canada, a été décerné jeudi 26 novembre à la dramatuge amérindienne Tara Beagan.

Cette résidente de Mohkinstis (Calgary), «fière Ntlaka’pamux» (aux racines irlandaises, par son père), a été couronnée à l’issue d’une cérémonie virtuelle animée par le dramaturge Mani Soleymanlou.

Actuellement dramaturge en résidence du Prairie Theatre Exchange de Winnipeg, Tara Beagan est l’auteure des trente-deux pièces. Sept ont été publiées, et l’une d’elle a remporté un prix Dora et une autre a décroché le prix Gwen Pharis Ringwood 2020, souligne le Centre national des arts (CNA), partenaire de ce prix. Elle dirige le collectif ARTICLE 11, qu’elle a fondé avec son conjoint Andy Moro.

« Tous les créateurs de théâtre autochtones ont contribué à ce moment [de reconnaissance envers un créateur autochtone], simplement en travaillant fort, en étant là, a réagi Tara Beagan. Jeunes créateurs autochtones, vous êtes l’aboutissement des efforts de vos ancêtres. Soyez forts, connectez avec le ciel et la terre, et souvenez-vous que bien des êtres vous accompagnent. »

Tara Beagan a profité de la remise du prix Siminovitch pour offrir un vibant plaidoyer en faveur d'une plus grande reconnaissance des créateurs Autochtones. 

«Il est essentiel de connaître les conteurs de ce territoire. [...] Rares sont les alliés canadiens qui reconnaissent leurs privilège et qui sont prêts à partager leur place avec nous. C'est pourtant simple de faire cela: il suffit de reconnaître ce privilège et de nous laisser une petite place. Cela ne signifie pas disparaître, mais seulement faire un pas de côté, et qu'on se tienne côte-à-côte, ensemble. Et notre présence renforce le lien qui vous unit à votre espace», a-t-elle suggéré, dans une video préenregistrée.

Le jury a reconnu la «dimension à la fois sublime et insoutenable» de son écriture.

Tara Beagan «voit le théâtre comme une œuvre sacrée. [Son œuvre] vous touche en plein cœur et en plein corps», a commenté la présidente du jury, Vanessa Porteous, au moment de dévoiler le nom de la lauréate.

Tara Beagan «trace sa propre voie», a poursuivi Mme Porteous. «Aucun autre écrivain de ce territoire ne propose ce genre de contenu, si riche en personnages, récits, émotions, humour, humanité, compassion, complexité et désir d’intégrité. Sa vision est sans compromis, sa voix, nécessaire. Sa trajectoire incarne les plus profondes valeurs du Prix Siminovitch. Tara Beagan nous offre un théâtre simplement excellent, saisissant, inoubliable et du plus haut calibre.»

Tara Beafgan a profité de la remise du prix Siminovitch pour offrir un plaidoyer en faveur d'une plus grande égalité  des créateurs Autochtones. «Laisser une place, ce n'est pas disparaître, mais seulement faire un pas de côté et https://nac-cna.ca/fr/event/27727

« Mes filles et moi nous réjouissons que le Prix Siminovitch 2020 en dramaturgie soit accordé à Tara Beagan», a ajouté le Dr Lou Siminovitch, qui donne au prix son nom – et celui de sa défunte femme, Elinore, une «dramaturge féministe et avant-gardiste», rappelle-t-il. 

«Je pense qu’[Elinore] aurait aimé la nature audacieuse et forte de l’œuvre de Tara, et surtout son brio à faire entendre des voix qui, sans elle, n’auraient peut-être pas résonné sur les scènes de notre pays», a commenté M. Siminovitch, qui a célébré son 100e anniversaire en mai dernier. 

Après avoir félicité Tara Beagan «pour son œuvre extraordinaire »,  le président et chef de la direction du CNA, Christopher Deacon, a salué le talent des quatre autres dramaturges finalistes: Carmen Aguirre (Vancouver), Martin Bellemare (Montréal), Karen Hines (Calgary/Toronto) et Annick Lefebvre (Montréal).

La cérémonie, diffusée en direct sur le site web du CNA, a été l’occasion de rendre un hommage aux cinq candidats en lice.