De gauche à droite, Monique Spaziani, Anne Trudel, Micheline Bernard et Ariane Côté-Lavoie.

«Ta maison brûle, une comédie un peu triste»: le feu du souvenir

CARLETON-SUR-MER — Pour sa pièce de théâtre «Ta maison brûle, une comédie un peu triste», Simon Boulerice, s’est inspiré d’un fait divers pour amorcer l’écriture.

Ce fait divers évoquait l’obligation pour une famille d’incendier sa maison en raison de la présence de la mérule pleureuse, un champignon dévastateur s’attaquant au bois.

«J’avais envie de donner un second souffle à cette histoire», aborde Simon Boulerice. Ce second souffle prend la forme de discussions familiales animées par quatre femmes, la propriétaire de la maison à détruire, ses deux filles, auxquelles se joint leur tante, belle-sœur de la proprio.

La venue de Simon Boulerice comme auteur pour les Productions à tour de rôle découle d’un petit détour, l’intervention de la metteure en scène Édith Patenaude, précise Dany Michaud, directeur artistique du théâtre gaspésien.

«J’ai vu plusieurs productions d’Édith Patenaude, dont 1984, au théâtre Denise-Pelletier. Je lui ai proposé de venir travailler avec nous, de faire son choix d’auteur […] C’est Édith qui a eu l’idée d’inviter Simon à écrire la pièce», souligne Dany Michaud.

«On me donnait carte blanche, ce qui n’est pas souvent facile», précise Édith Patenaude, qui y a vu l’occasion de proposer à Simon Boulerice, son cousin proche et son ex-­colocataire, l’écriture de la pièce.

«C’était le contexte idéal pour avoir juste du plaisir, avec des côtés tendre et drôle. Ta maison brûle, c’est venu après», précise-t-elle, à propos de la pièce qui explore le rôle de la famille pour donner une âme à une maison, et sans doute aussi le rôle d’une maison pour animer une famille.

Le Théâtre à tour de rôle a toujours eu un fort penchant pour les comédies dramatiques, se tenant loin du théâtre d’été «tarte à la crème», bien que l’humour prenne généralement beaucoup de place, un humour fin.

«Édith a été très présente dans le processus dramatique. Je ne voulais pas seulement de la colère et de la vengeance, comme on voit à la télé. J’avais envie de tendresse aussi», précise Simon Boulerice.

Ainsi, la maison de Murielle, jouée par Micheline Bernard, est infestée de mérules pleureuses. La veuve de 61 ans se voit donc contrainte de brûler sa demeure ancestrale et ce qu’elle contient. Mais avant, pour commémorer leur vie dans cette précieuse maison, Murielle convie ses deux filles, interprétées par Anne Trudel et Ariane Côté Lavoie, à manger un repas qui tournera au délire dès l’arrivée imprévue de sa belle-sœur, Agnès, jouée par Monique Spaziani.

«C’est une “ma tante” cinglée, vive, très vive même, et colorée», résume celle-ci à propos de son personnage, qui participe encore à des concours de beauté et qui adore la menuiserie.

Cette 38e production du Théâtre à tour de rôle voyagera après son passage en Gaspésie. «On discute avec des théâtres de Québec et de Mont­réal. Cette pièce devrait avoir une deuxième vie», note Dany Michaud.

Ta maison brûle, une comédie un peu triste est présentée jusqu’au 16 août 2019, au Quai des arts de Carleton-sur-Mer. Réservations au 418 364-6822, poste 351, en ligne au www.productionsatourderole.com.

+

UN TRANSPORT INTERURBAIN SVP

 La comédienne Micheline Bernard découvre la Baie-des-Chaleurs et Carleton-sur-Mer depuis le début de juillet. «C’est une ville magnifique. Je n’étais jamais venue», dit-elle. L’autre élément qui l’a frappée, c’est l’absence du service de train de passagers, un service suspendu par Vial Rail depuis septembre 2013 à l’est de Matapédia, en raison de l’état de certains ponts.

«Je trouve que ça n’a pas d’allure, que le service ne soit pas revenu depuis tout ce temps. La région se développe, on le voit, et avec le train, ce serait agréable de se rendre ici. Je fais de la pression pour que le train revienne le plus tôt possible», insiste Mme Bernard. «Je l’ai pris pendant des années et c’était merveilleux. On pouvait partir de Montréal le soir et débarquer ici le lendemain matin», renchérit Dany Michaud.

Le ministère des Transports du Québec réalise des travaux pour remplacer ou réparer les ponts situés entre Matapédia et Port-Daniel, en attendant un échéancier touchant le reste de la voie jusqu’à Gaspé. Cette première phase devrait être terminée à la fin de 2020 ou au début de 2021.