Pour le directeur général des Gros Becs, Jean-Philippe Joubert, les théâtres jeunesse et leurs alliés doivent redoubler d’efforts pour s’assurer que les jeunes puissent avoir accès aux arts de la scène pendant leur parcours scolaire.

Sorties culturelles scolaires: le pire a été évité

Mise en péril un moment par une diminution des subventions gouvernementales, la saison des sorties culturelles dans les écoles ne sera finalement pas la catastrophe appréhendée. Après une période d’incertitude qui a semé le trouble cet été chez les diffuseurs de spectacles et les établissements jeunesse et fait diminuer le nombre de réservations, la situation semble se rétablir.

«On a une saison qui est au minimum de nos évaluations, c’est vraiment dans la fourchette basse», explique le directeur général et délégué artistique du Théâtre Les Gros Becs, Jean-Philippe Joubert.

«Certaines mesures ont été installées de façon tardive et l’information a fait défaut, ce qui fait qu’on a 2500 élèves de moins que notre moyenne des quatre dernières années. C’est principalement concentré au primaire, car au secondaire, on a dépassé la moyenne», ajoute-t-il, en disant espérer que la dernière semaine de réservations permettra d’augmenter l’achalandage cet automne.

Retour à la normale

À la Fédération des commissions scolaires du Québec, la porte-parole Caroline Lemieux estime que la situation est revenue à la normale. «Je n’ai pas eu d’échos voulant que les commissions scolaires et les écoles n’étaient pas en mesure d’effectuer leurs sorties. Tout semble rentrer dans l’ordre.»

Une épée de Damoclès était suspendue au-dessus de l’avenir des sorties culturelles scolaires depuis la directive du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, en juin, sur l’interdiction de charger des frais aux parents. Ce n’est finalement qu’à la rentrée, le 30 août, que les commissions scolaires ont appris le montant dont elles disposaient pour assumer leur mission.

«Les milieux culturels étaient inquiets parce que les conseils d’établissement des écoles ne pouvaient faire de réservations. On nous disait d’attendre les sommes qui allaient être attribuées et elles l’ont été assez tard», mentionne Mme Lemieux.

«Il va y avoir un peu moins [de sorties culturelles)], même si ce n’est pas tout le monde qui a finalisé son agenda de l’année, précise le porte-parole de la Commission scolaire des Découvreurs, Alain Vézina. Ça varie d’une école à l’autre, car il doit y avoir une concertation avec le conseil d’établissement.»

Propriétaire de la compagnie Les marionnettes du bout du monde, qui offre des spectacles dans les écoles, Louis Bergeron confirme que le téléphone s’est remis à sonner la semaine dernière, après un long silence. «Ce n’est pas décourageant, c’est en train de se régler, les directives ont été éclaircies. Ç’a été un peu la confusion, mais ça va finalement être comme les autres années.»

Même soupir de soulagement au Musée de la civilisation, où la relationniste de presse, Agnès Dufour, indique que «les effectifs sont en place pour accueillir les groupes scolaires comme le musée sait le faire depuis maintenant 30 ans.

«Lorsque nous avons ouvert les lignes pour les réservations, dans la troisième semaine d’août, nous accusions un retard par rapport aux autres années. C’était catastrophique.» Lentement, les choses se sont replacées.

«On ne se compare pas à 2017, avec l’exposition Hergé qui a fracassé des records de fréquentation, mais bien à 2016, une année plus normale et nous avons une diminution d’environ 25%. Le retard sera-t-il comblé totalement? Nous ne pouvons le dire pour le moment.»

Pour Jean-Philippe Joubert, il est important que les théâtres jeunesse et leurs alliés prennent le bâton du pèlerin pour faire des représentations auprès du gouvernement. À son avis, il leur faut redoubler d’efforts pour s’assurer que les jeunes puissent avoir accès aux arts de la scène pendant leur parcours scolaire.

«Les mesures mises en place sont sur la bonne voie, mais il va falloir travailler auprès des élus, après les élections, pour assurer le maintien et la bonification [des sorties culturelles scolaires].»